• Joseph Plateau 1833 Pubd. by McLean's Optical Illusions, Magic Panorama.

    Edison kinetoscopic, W. K. L. Dickson; 9 Jan1894, acteur, Fred Ott

    1898 L'homme de têtes de Georges Méliès.

    Series of 12 phenakistiscope discs was published in the same year this first real animation device was presented to the world by Belgian inventor Joseph Plateau. The artist(s) only had 8 to 12 frames to work with and these had to form a loop.

    Série de 12 disques phénakistiscope a été publiée la même année ce dispositif d'animation première véritable a été présenté au monde par le Belge Plateau inventeur Joseph. L'artiste (s) n'avait que 8 à 12 cadres de travailler avec et ceux-ci devaient former une boucle.


    Jean Suquet Photo

    L'affaire Lumière du mythe à l'histoire.

    Confus, trop riche, mal construit, toutes griffes dehors comme une caméra décortiquée, ce livre reflète avec sa verte rigueur batailleuse comment le cinéma est né. Il ne fut pas fait par un, mais par deux, mais par tous. Pour qu'une invention voit le jour il faut que l'air du temps – ses frissons, ses rires, ses dérives – sème l'étincelle et souffle le feu. Marey qui arrêta l'image du temps qui passe, Plateau qui s'aveugla à regarder fixement le soleil, Édison, Méliès, et lui et l'autre, les reconnus, les entrevus, les oubliés, autant de maillons indispensables, indissociables de la chaine en celluloïd perforé. Grâce leur soit rendue, à tous ses magiciens. Léo Sauvage s'encolère – et ses éclats de pamphlétaire ressuscitent la passion des inventeurs – que la postérité s'entête à attribuer la paternité de tant de trouvailles à deux seuls photographes Lyonnais qui ont fait d'ailleurs leur part de travail. Pourquoi cette faveur ? Simple et juste retour de flamme de leur prédestiné : Lumière. Jean Suquet
    Mars 1986 numéro 285, Léo Sauvage. L'affaire Lumière du mythe à l'histoire ; enquête sur les origines du cinéma Éditions P. Lherminier 1985 248 pages Le cinéma et son histoire.

    LECTURES CHOISIES EXTRAIT [285]

    + d'infos

    Léo Sauvage Bio

    © Pointtoppoint studio XXI°


  • Samuel Fuller, Portrait Cinéaste, Filmmaker, Roland Godefroy, Point to Point Studio

     

    Film T N K Samuel Fuller - 1964

    Kelly, une prostituée, quitte la ville où elle était en activité, pour échapper à la domination de son proxénète, Farlunde. Elle se réfugie dans la petite localité de Grantville où son premier client est le chef de la police, Griff, qui lui conseille, si elle ne veut pas avoir d'ennuis avec les autorités, de se réfugier dans le bordel de Candy, juste au-delà de la frontière de l'État. Mais Kelly veut à tout prix rompre avec son ancienne vie. Elle trouve une place d'infirmière à l'hôpital de la ville entièrement consacré à la rééducation des enfants handicapés moteur. Prévenu mais décidé à lui offrir sa chance, Griff ferme les yeux. Elle est très vite acceptée par ses collègues et par les enfants, pour qui elle fait preuve d'un immense dévouement. Peu après, Kelly tombe amoureuse du richissime Grant, un bienfaiteur et le dernier descendant du fondateur de la ville, qui ne tarde pas à la demander en mariage. Kelly ne peut croire à sa soudaine bonne fortune. Jusqu'au moment où elle découvre que Grant est un pédophile et qu'il a décidé de l'épouser, connaissant son passé, parce qu'il pense qu'ils formeront un couple idéal en assumant leurs perversions sexuelles respectives. Choquée, Kelly, dans un accès de fureur, l'assomme avec un téléphone puis se constitue prisonnière. Griff a du mal à la croire. Par bonheur, Kelly retrouve la petite fille qu'elle a surprise en compagnie de Grant le jour du meurtre. Innocentée, elle quitte la ville non sans recueillir les témoignages de sympathie de tous ceux qui ont apprécié ses qualités humaines et l'aide qu'elle a su apporter aux enfants.


    Q: What about the main character in The Naked Kiss, a hooker, and the upstanding citizen who's a child molester? That's pretty dark.
    Fuller: Well, sure, I wanted it to be a shocking film. You know the opening, the victim's point of view as the call girl beats on him, the visual shock when her wig comes off; but after that, the audience knows who she is. There's no surprise there. What I wanted was the whole concept of a a caste system--not the formal one like they have in India or Japan--but a real sense among the social outcasts that there is something so vile, so low, that even they must scorn it. In prisons, you know, the convicts all revile the child molesters. They call them chicken hawks, and a lot of them get killed by murderers and thieves who are outraged at what they did. And that's the hypocrisy in our society. Constance Towers is a hooker but she has a moral belief. She tries to change her life, thinks it's going to happen, finds out this guy is scum, and kills him. And when they find out about her past everybody assumes she's guilty as hell. I guess that is something of a film noir situation, but for me the irony was more straight-forward. She is a hooker for business reasons. She loves children for personal reasons. She can love kids and be a good person and still go back to being a hooker without a second thought because that's just business. Again I hate the cliché, whether it's the whore with a heart of gold or that stupid, self-sacrificing stuff, like Stella Dallas. You know, the guy loves her anyway, or he's a phony but someone genuine turns up, or she walks away in the rain. Whatever the ending, it's phony and it stinks.

    +d'infos

    Samuel Fuller Films

    Samuel Fuller  Biography

    Samuel Fuller Abaout film noir

    Stanley Cortez

    Forty Guns 40 Pistollas

    © studio point to point


  • Médéa. Dessin pendule d'échecs, Composition D&P Point to Point Studio

    Dans Comment figurer la pensée ? Pascal Quignard nous rappelle qu'en grec les medea sont les testicules; celles que les hommes se tranchent avec leur couteau de pierre pour les déposer sur l’autel de Cybèle... Que la naissance d'Aphrodite, se réalisa grace à la faucille de Gaia sa grand-mère ; dont Kronos son créateur s'empara pour trancher les couilles (médéa) d'Ouranos qui tombèrent dans l'océan et y produisirent l'écume qui donna naissance à la naissance de la fille du ciel.

    Tout comme pour Médée qui serait la petite fille du soleil qui certainement la conçu au zénith de son parcours, au plus visible, au plus brillant du jour ; là, où la vitalité semble suspendue au milieu de sa course. Médée serait le médian de l'espace éclairé, petite fille et fille des dieux qui ont voulu stoppé l'avenir: Elle est le Midi répété du moment arrêté.

     

    The player will show in this paragraph

    <script src="http://ubumexico.centro.org.mx/video/flash/swfobject.js" type="text/javascript"></script> <script type="text/javascript">// <![CDATA[ var s1 = new SWFObject('http://ubumexico.centro.org.mx/video/flash/player-viral.swf','player','580','330','9'); s1.addParam('allowfullscreen','true'); s1.addParam('allowscriptaccess','always'); s1.addParam('flashvars','file=http://ubumexico.centro.org.mx/video/flash/Richie-Donald_Cybele_1968.flv'); s1.write('preview3'); // ]]></script>

    <script src="http://ubumexico.centro.org.mx/video/flash/swfobject.js" type="text/javascript"></script> <script type="text/javascript">// <![CDATA[ var s1 = new SWFObject('http://ubumexico.centro.org.mx/video/flash/player-viral.swf','player','580','330','9'); s1.addParam('allowfullscreen','true'); s1.addParam('allowscriptaccess','always'); s1.addParam('flashvars','file=http://ubumexico.centro.org.mx/video/flash/Richie-Donald_Cybele_1968.flv'); s1.write('preview3'); // ]]></script>

    Cybele: A Pastoral Ritual in Five Scenes
    Donald Ritchie 1968

    Playlist : Μήδεια-Mếdeia-Médéa-Médée

    Lars von Trier,,Kirsten Olesen,1988 Pier Paolo Pasolini, Maria Callas, 1969, TV 1959, Luigi Cherubini 1797 Leyla Gencer 1968

    + dinfos

    Pascal-Guignard-Extraits-litteraires.pdf

    Mayday

    MAYday MÉdée Marcel Duchamp
    Donald Ritchie

    Page en cours © studio point to point


  • Accessories of the crime in art Capture Point to Point Studio Film of Roy William Neil

    © studio point to point


  • °

    Marcel Hanoun Portrait Photo David Hakoun 2012

    Fioretti pour Marcel Hanoun avec Raphaël Bassan, Stéphanie Serre, Pip Chodorov.


    Une Simple Histoire


     

    Présentation d'une simple histoire par Bernard Benoliel,  à la Cinemathèque  française

    L'authentique histoire de Carl Emmanuel Jung

    Marcel Hanoun Master-Class INHA-2011

    Entretien avec Laura Laufer A1//8

     

    Entretien avec Laura Laufer B2/8

     

     La nuit claire Marcel Hanoun, 1978

    À la rencontre de Marcel Hanoun

    Les Amants de Sarajevo

    Bosko  et Admira lui Serbe, elle Musulmane seront tués le 19 mai 1993 en traversant un pont à Sarajevo qui devait les conduire hors de la guerre. En savoir plus clique ici

    Mettre Jeanne en écriture cinématographique comme d'autres ont la liberté de la mettre en Image

    Jeanne Aujourd'hui de Marcel Hanoun 2002


    La vérité toute la vérité Composition Jean-Marc Andrieu 1997

     
      
    La femme de chambre Un corps sans visage de Marcel Hanoun - 2011


    L'être à l'autre de Marcel Hanoun 2001
     
    + Infos


  • [item image]
    Charlie Chan's Secret (1936) < CLIC HERE Charlie Chan in Dark Alibi (1946) < CLIC HERE
    San Francisco is the scene of Chan's newest and most baffling mystery! The master of mystery exposes a genius of crime
    An ocean liner sinks off Honolulu and Allen Colby, heir to millions, is presumed dead...but local sleuth Charlie Chan is not so sure, and flies to San Francisco to investigate further. Somehow, the missing Colby is there ahead of him...but is knifed in the back before seeing anyone. Further events revolve around spiritualist Mrs. Lowell, her family of suspicious characters, and the spooky, untenanted Colby mansion, where the body turns up during a seance!
    Three men are convicted of bank robbery, the main evidence against them being that their fingerprints were found at the scene. However, Charlie Chan believes them to be innocent, and his investigation reveals that they are indeed innocent and that their fingerprints were forged and planted in the prison files to frame them. Charlie sets out to uncover the real bank robbers. 

    + infos




  • Das Cabinet des Dr Caligari Poster

    Au crépuscule, assis sur un banc deux hommes et un vision?  Franz (Friedrich Feher), le plus jeune, raconte son histoire.

    Cela a commencé dans l'ambiance bigarrée de la foire d'Holstenwall. Parmi les attractions, un docteur aux allures inquiétantes, Caligari (Werner Krauss), exhibant dans sa roulotte un somnambule diseur de bonne aventure, Cesare(Conrad Veidt). Leur venue coïncide avec des morts mystérieuses. Alan, un ami de Franz, est l'une des premières victimes, puis c'est au tour de Jane(Lil Dagover), une jeune femme dont Franz est épris. Elle est enlevée en pleine nuit et sauvée par miracle.

    Le coupable n'est autre que Cesare, mais le diabolique docteur parvient à détourner les soupçons. Un soir, Franz suit le docteur à travers les rues tortueuses de la ville, jusqu'à un asile d'aliénés où il a ses entrées. Un grimoire révèle qu'en l'an 1703 un criminel du nom de Caligari se produisait déjà dans les foires avec pour complice un faux somnambule. On enferme le docteur qui se prenait pour cet ancêtre.

    L'histoire est-elle terminée? Non, car Franz est en vérité, lui-même un malade, ainsi que Jane et Cesare. Le directeur du véritable asile ressemble lui aussi à Caligari. Franz est-il fou? Ou le sont-ils tous? Le somme Nous ? +

    Le Cabinet du Docteur Caligari 1919/20 version 51'

    The Cabinet of Dr. Caligari 1919/20 version 72' sonorisé Hada Benedito

    Autre versionson plus relevée Das Cabinet des Dr. Caligar de ProfilmicSpace on Vimeo. Sonorisation Michael Horstein Alto Saxo, Robert Digioa Poano, Carsten Piening Bass, Benedikt Hoenes Percussion.

    FILM Expressionniste Allemand qui s'impose par une esthétique fondée sur une géométrie décorative associée à de forts contrastes de lumière et une action démonstrative est à relier aux mouvements  artistique: nabis et futuriste italien et russe du début du XX siècle. Un film de référence.

    Réalisé par Robert Wiene. Assistant-réalisateur : Rochus Gliese Scénario : Carl Mayer et Hans Janowitz Directeur de la photographie : Willy Hameister Décors : Hermann Warm, Walter Reimann, Walter Röhrig Musique : Giuseppe Becce Genre : fantastique Producteur Erich Pommer Production : firme Decla-Bioscop Noir et blanc - film muet - durée 1,33:1

    Page qui court © point to point studio


  • Jewgeni Slawtschenko-Eugène Deslaw 1926 Né à Tahancha, Ukraine 08 décembre 1898, décédé à Nice, France le 10 Septembre 1966.

    Jewgeni Slawtschenko-Eugene Deslaw 1926 Born in Tahancha December 8, 1898, died at Nice, france Sept. 10, 1966.

    Je regarde mes films comme des films d'essais. La Marche des machines n'est qu'un moyen d'« action directe » optique, d'actions sur les nerfs des spectateurs, sans aucune espèce de logique littéraire. Dans La marche des machines, il n'y a pas de commencement littéraire, ni de fin, les scènes ne durent que juste le temps qu'il faut pour que le spectateur ne puisse les prendre pour la réalité. Le rythme des images réduit à néant leur côté documentaire «instructif Eugène Deslaw.

    Il n'y a pas à comprendre. Il y a à sentir.» 

    Eugène Deslaw, L'indépendance belge, 1929. Film accompagné d'une création de Xavier Garcia à partir des sons de luigi Russolo. 

     

    " Autour de La Fin Du Monde " Réalisé et monté en 1930 par Eugene Deslaw, est un documentaire sur lle film " La Fin Du Monde " qu'a dirigé Abel Gance.

    Eugen Deslaw La Marche des Machines, Photographie : Boris Kaufmann frère de Dziga Vertov et Fred Zinnemann 1929, 5 min, muet.  


    Eugène Deslaw Montparnasse/Quatre cafés quatre crèmes. 1929

    " Montparnasse " d'Eugène Deslaw est une réussite avant-gardiste, où l'oeil bascule en permanence, nourri d'insolite et de mouvement. Après avoir surpris la ville de nuit dans Les Nuits électriques (1928), le cinéaste biélorusse construit une valse rythmée, torsade ses plans dans les sinuosités de la capitale. Plans obliques, plongées déroutantes sur la fourmilière, vues qui glissent et se chassent. Le spectateur, pris d'un somnambulisme visuel, se laisse guider par l'euphorie des images. L'intertitre devient inutile. Deslaw balaie le quartier, ce qui en fait la vie et la misère, avec une minutie qui justifie cette succession d'esthétismes. Ombres et lumières sont arbitrées habilement et inondent les lignes brisées de tel ouvrage bétonné ou de cette cariatide au dessin sensuel. La caméra se promène entre les tables de La Rotonde et surprend une coquette saupoudrant un nez brillant ou un intellectuel, des révoltes pleines le crayon. On y devine Foujita, la clope élégante, ou Buñuel rêvassant pas loin d'Enrico Prampolini, Filippo Tommaso Marinetti et de Luigi Russolo devant des mollets qui dansent. Deslaw aime l'insolite: troupeaux de chèvres, hommes sandwiches, clowns et funambules, clochards, partagent le même périmètre. Ateliers d'artistes, foires et brocantes pavent les trottoirs et rappellent les plus belles heures du foyer intellectuel que fut Montmartre». Gael Le Bellego

    Eugen Deslaw Les nuits électriques. 1930 / 10' / 35mm / nb / muet

    « Le film "à acteurs" ne me tente absolument pas. J'estime que la nuit moderne, peu- plée de lumières étranges et chantantes, la nuit moderne qui ne ressemble vraiment à aucune autre nuit de l'histoire, est photogénique autant, plus encore que le visage d'une belle femme. [...] Je ne travaillais pas selon un scénario préconçu.
    Je sortais le soir avec beaucoup de foi et mon petit appareil que tout le monde prenait pour un simple appareil photographique. Je me perdais dans la mer, dans la nuit, dans la foule. Je chassais les images comme on chasse des oiseaux. Des vagues sonores déferlaient. Le miracle venait à pas rapides, haletant. Je le saisissais confusément et l'enfermais dans ma boîte. » Eugène Deslaw, Filmliga, 1928.

    Eugène Deslaw, Un monsieur qui a mangé du taureau.1935

    A l'issue d'un repas, un monsieur clame que c'est du taureau qu'il a mangé, et se dispose à encorner tout le monde. Il décroche du mur une paire de cornes, se la flanque sur la tête et entame une corrida frénétique. Les convives affolés téléphonent d'urgence en Espagne pour réclamer un matador.

    1957 Vision fantastique
    1956 Images en négatifs (short)
    1952 Meutre à Monte Nero
    1943 La Flute enchantée (short)
    1938 À nous la jeunesse (short)
    1936 La revue de la rail (short)
    1935 Un monsieur qui a mangé du taureau
    1933 La cité universitaire de Paris (short)
    1932 Le monde en parade (short)
    1932 Négatifs (short)
    1932 Vers les robots (short)
    1930 Autour de la fin du monde (short)
    1929 Montparnasse, poème du café crème 
    1928 Les nuits électriques (short)
    1927 La marche des machines (short)
    1927 Vieux châteaux (short)

    + d'infos

    Ombre Blanche Lumière Noire Cahier 15


  • The Wizard of Oz directed by Larry Semon, silent film, 1925/00

    Le magicien d'Oz réalisateur Larry Semon, film muet, 1925/00.

    © studio point to point


  • Cinéma Jean-Luc. Amen Anna. "ic"  Godard Karina Point to Point

    Jean-Luc Godard - Olivier Bombarda Julien Welter et Thomas Schwœrer. discution #A

    Entretien, autour des problématiques de la discutable connaissance, de la création du regardant, du respect de l'œuvres ; avec Jean-Luc Godard. Par Olivier Bombarda, Julien Welter pour les questions et Thomas Schwoerer à la caméra. Il se rencontrent dans l'atelier suisse du cinéaste en 2007.

    Jean-Luc Godard - Olivier Bombarda Julien Welter et Thomas Schwœrer discution #B

    Jean-Luc Godard - Olivier Bombarda Julien Welter et Thomas Schwœrer discution #C

    1955 : Opération ‘‘Béton’’
    1956 : Une femme coquette
    1958 : Une histoire d'eau (co-réalisé avec François Truffaut)
    1958 : Charlotte et son Jules
    1959 : Tous les garçons s’appellent Patrick, ou Charlotte et Véronique
    1960 : À bout de souffel


    Hommage à Jean Cocteau Charlotte et son jules 1961

    1960 : Le Petit Soldat
    1961 : Bande-annonce de Lola de Jacques Demy
    1961 : Une femme est une femme
    1961 : La Paresse (épisode du film Les Sept Péchés capitaux)
    1962 : Vivre sa vie. Film en douze tableaux
    1962 : Le Nouveau Monde (épisode du film RoGoPaG)
    1963 : Les Carabiniers
     1963 : Le Grand Escroc (épisode du film Les Plus Belles Escroqueries du monde)
        1963 : Le Mépris
        1964 : Bande à part
        1964 : Une femme mariée. Fragments d’un film tourné en 1964
        1965 : Montparnasse-Levallois. Un action film (épisode du film Paris vu par…)
    1965 : Alphaville, une étrange aventure de Lemmy Caution
        1965 : Pierrot le fou
        1966 : Masculin féminin
        1966 : Made in USA
    1966 : Bande-annonce de Made in USA

    19662 ou 3 choses que je sais d'elle
        1967 : Anticipation, ou L’amour en l’an 2000 (épisode du film Le Plus Vieux Métier du monde)

    1967 : Caméra-Œil (épisode du film Loin du Vietnam)
        1967 : La Chinoise trailer
        1967 : L’Amour (épisode du film Amore e Rabbia)
    1967 : Week-End
        1968 : Le Gai Savoir
        1968 : Ciné-tract (numéros 7, 8, 9, 10, 12, 13, 14, 15, 16, 23, 40)
        1968 : Un film comme les autres (revendiqué a posteriori par le Groupe Dziga Vertov)
     1968 : One American Movie (abandonné par le Groupe Dziga Vertov, puis terminé par Richard Leacock et D.A. Pennebaker en 1971 sous le titre One P.M.)
        1968 : One Plus One (distribué dans une version modifiée par le producteur sous le titre Sympathy for the Devil)

    1969 L'amore #  [Film Italien la contestation+ Part 2


        1969 : British Sounds (signé a posteriori par le Groupe Dziga Vertov)
        1969 : Pravda (signé a posteriori par le Groupe Dziga Vertov)
        1969 : Vent d’est (signé par le Groupe Dziga Vertov)
        1970 : Luttes en Italie (Lotte in Italia) (signé par le Groupe Dziga Vertov)

    1970 British Sounds

    1970 : Jusqu’à la victoire (Méthodes de pensée et de travail de la révolution palestinienne) (signé par le Groupe Dziga Vertov) (inachevé)
        1970 : Vladimir et Rosa (signé par le Groupe Dziga Vertov)


    1971 : Schick (coréalisé avec Jean-Pierre Gorin) (film publicitaire

    1972 : Tout va bien (coréalisé avec Jean-Pierre Gorin)
        1972 : Letter to Jane : An Investigation About a Still (coréalisé avec Jean-Pierre Gorin)
        1974 : Ici et ailleurs (coréalisé avec Anne-Marie Miéville)
        1975 : Numéro deux (en) (coréalisé avec Anne-Marie Miéville)
        1976 : Comment ça va (coréalisé avec Anne-Marie Miéville)


    1976 : Six fois deux (Sur et sous la communication) (coréalisé avec Anne-Marie Miéville)

    1a : Y a personne
    1b : Louison
     2a : Leçons de choses
      2b : Jean-Luc
      3a : Photos et Cie
     3b : Marcel
     4a : Pas d’histoires
     4b : Nanas
     5a : Nous trois
     5b : René(e)s
      6a : Avant et après
      6b : Jacqueline et Ludovic
        1977 : Quand la gauche aura le pouvoir

    Les monstres 1978 1à6  Les Monstres 7 à 12
        1979 : France tour détour deux enfants (coréalisé avec Anne-Marie Miéville)
    1. Obscur/Chimie
     2. Lumière/Physique
    3. Connu/Géométrie/Géographie
     4. Inconnu/Technique
     5. Impression/Dictée
     6. Expression/Français
    7Violence/ Grammaire7
    8Désordre/Calcul
    9Pouvoir / Musique9
    10. Roman / Économie10
     11. Réalité/ Logique11
    12. Rêve/ Morale11
    1979 : Scénario de Sauve qui peut (la vie). Quelques remarques sur la réalisation et la production du film
     1979 : Sauve qui peut (la vie)
    1980 : Une bonne à tout faire
    1982 : Lettre à Freddy Buache. À propos d’un court-métrage sur la ville de Lausanne
    1982 : Passion, le travail et l’amour : introduction à un scénario, ou Troisième état du scénario du film Passion
    1982 : Passion
    1982 : Scénario du film Passion
    1982 : Changer d’image. Lettre à la bien-aimée (épisode de la série Le Changement à plus d’un titre)
    1983 : Prénom Carmen
    1983 : Petites notes à propos du film Je vous salue, Marie
    1985 : Je vous salue, Marie
    1985 : Détective
     1985 : Soft and Hard. Soft Talk On a Hard Subject Between Two Friends (coréalisé avec Anne-Marie Miéville)
    1985Grandeur et décadence d'un petit commerce de cinéma révélées par la recherche des acteurs dans un film de télévision publique d’après un vieux roman de J.H. Chase (alias Chantons en chœur -titre de la sortie VHS)
    1986 : Meetin' WA
    1987 : Armide (épisode du film Aria)
     1987 : Soigne ta droite. Une place sur la Terre
    1987   King Lear


    1987 : On s'est tous défilés

    1987Closed (deux séries de dix et sept films publicitaires)
     1988 : Puissance de la parole
     1988 : Le Dernier Mot (épisode de la série Les Français vus par…)
    1988 : Histoire(s) du cinéma
    1A : Toutes les histoires
    1B : Une histoire seule
    1989 : Le Rapport Darty
    1990 : Nouvelle vague
     1990 : Metamorphojean (série de cinq films publicitaires)
     1990 : Pue Lulla (film publicitaire)
        1991 : L'Enfance de l'art (épisode de la série Comment vont les enfants ?) (coréalisé avec Anne-Marie Miéville)
        1991 : Allemagne année 90 neuf zéro. Solitudes, un état et des variations
        1991 : Pour Thomas Wainggai (épisode du film Écrire contre l’oubli) (coréalisé avec Anne-Marie Miéville)
        1992 : (Parisienne People)s (coréalisé avec Anne-Marie Miéville) (film publicitaire)
    1993 : Hélas pour moi
    1993 : Les enfants jouent à la Russie
        1993 : Je vous salue Sarajevo
    1995 : JLG/JLG. Autoportrait de décembre
        1995 : Deux fois cinquante ans de cinéma français (coréalisé avec Anne-Marie Miéville)
        1996 : Espoir/Microcosmos
        1996 : Le monde comme il ne va pas
        1996 : For Ever Mozart
        1996 : Bande-annonce de For Ever Mozart
        1996 : Adieu au TNS
        1996 : Plus Oh!
        1998 : Histoire(s) du cinéma
            1A : Toutes les histoires (nouvelle version)
    1B : Une histoire seule (nouvelle version)
     2A : Seul le cinéma
    2B : Fatale beauté
    3A : La Monnaie de l’absolu
    3B : Une vague nouvelle
     4A : Le Contrôle de l’Univers
    4B : Les Signes parmi nous
    1998 : The Old Place. Small Notes Regarding the Arts at Fall of 20th Century (coréalisé avec Anne-Marie Miéville)
    2000 : L'Origine du XXIe siècle
    2001 : Éloge de l'amour
    2002 : Dans le noir du temps (épisode du film Ten Minutes Older : The Cello)
    2002 : Liberté et patrie (coréalisé avec Anne-Marie Miéville)
    2004 : Notre musique
     2004 : Moments choisis des Histoire(s) du cinéma
    2004 : Prière pour refusniks
    2004 : Prière (2) pour refusniks
    2006 : Reportage amateur (maquette expo)
    2006 : Vrai faux passeport. Fiction documentaire sur des occasions de porter un jugement à propos de la façon de faire des films
    2006 : Ecce homo
    2006 : Une bonne à tout faire (nouvelle version)
     2008 : TSR - Journal des réalisateurs : Jean-Luc Godard

    2010 : Maurice Schérer


    2010FilmSocialisme

    Jean-Luc Godard, sur les droits d'auteursenfin voilà,  ce n'est que du texte ce n'est que du TEXTE

    + infos

    Il est à toi ce film

    Livres

    Page en cours © studio point to point





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique