• JEAN-PIERRE MELVILLE

    Jean-Pierre Melville Portrait Animé

    Jean-Pierre Grumbach, reconnu sous le nom de  Jean-Pierre Melville, est né en 1917 à Paris France. Il décède le 02 août 1973.

    Le Silence de la Mer, de 1947 est adapté de la nouvelle de Jean Bruller aka Vercors écrite en 1942. Avec ce film le réalisateur, Jean-Pierre Melville, sera reconnu comme l'un des fondamentaux du cinéma des auteurs réalisateurs de la nouvelle Vague. Lire le film entier clique Ici

    Synopsis: sous l'occupation pendant la Seconde Guerre Mondiale. Dans un village français, un homme et sa nièce sont contraints d'héberger un officier allemand. Celui-ci, homme délicat sincère et cultivé, partisan d'un rapprochement entre les deux pays s'offre à ses hotes avec candeur; ceux-ci, attentifs à ses qualités lui opposent le silence. Lors d'une permission à Paris, l'officier découvrira les véritables intentions de l'Allemagne nazie. Écœuré, il se portera volontaire pour le front russe. A son départ, la jeune fille sortira de son mutisme pour ouvrir ses lèvres d'un seul et unique mot ... dont la phrase titre filmée, " il est beau qu'un soldat désobéisse à des ordres criminels" d'Anatole France se fera l'écho.

    Ouverture du film Un flic, de Jean-Pierre Melville voir video film The cop > Clique Ici

    Viseur

    Impressionné par l'innovation du premier long métrage de Jean-Pierre Melville, Le Silence de la mer (1947), adapté du roman de Vercors, Jean Cocteau lui confie en 1949 l'adaptation des Enfants terribles. Cinéaste indépendant, Melville s'affranchit des règles cinématographiques de l'époque et réalise en 1953 Quand tu liras cette lettre, avant d'acheter les studios Jenner où il tournera une grande partie de ses films. Les cinéastes de la Nouvelle Vague s'inspireront du travail de Melville qui réalise ses films à la façon d'un reportage. Avec Bob le Flambleur (1955), Jean-Pierre Melville inaugure une nouvelle forme de films de gangsters, en partie inspirée de sa passion pour le cinéma américain. Deux hommes dans Manhattan (1958) est un film noir dans lequel il scrute les rues sombres de New York. Echaudé par l'échec du film, Jean-Pierre Melville décide de réaliser des films plus commerciaux. Après Léon Morin prêtre (1961), il revient au policier deux ans plus tard avec Le Doulos et L'Aîné des Ferchaux, adaptation du roman éponyme de Georges Simenon. Après quatre ans d'absence, il réalise Le Deuxième Souffle (1966) avec Lino Ventura et Le Samouraï (id.) avec Alain Delon. Durant le tournage du film, une grande partie de ses studios est détruite par un incendie. En 1969, Jean-Pierre Melville met en scène L'Armée des ombres où, sans romance, il retrace certains de ses souvenirs de la Résistance dans laquelle il fut très actif. L'homme au Stetson renoue avec les films policiers avec Le Cercle rouge (1970) qui connaît un succès considérable et tourne son dernier film en 1971, Un flic. + le lien

    + infos

    Film 1962 L-D

    Film 1970 C-R

    Plus de film

    © studio point to point

    « MONUMENT À LA VICTOIRE DE LA FAMILLEGILBERT MONNIER AU DRAWING ROOM DE MONTPELLIER »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :