• MOON VINCENT MUSICIEN DE MOUVEMENTS

    Vincent Moon Photo R.Brmalj    

    Né le 25 août 1979 à Paris, Vincent Moon, est un réalisateur français indépendant de films musicaux. Il fut le réalisateur principal des Concerts à Emporter de La Blogothèque de 2006 à 2009, un projet exclusivement pensé pour internet de films musicaux en situation, le plus souvent en extérieur, dédié à la musique indie-rock ainsi qu'à des musiciens plus connus comme R.E.M., Tom Jones ou Arcade Fire. De 2009 à 2013, Moon a parcouru le monde une caméra dans son sac à dos, pour sa collection Petites Planètes, documentant les rituels religieux, la musique sacrée, et les folklores locaux. Il travaille seul ou avec l'unique assistance des populations locales, et la plupart du temps sans argent engagé dans ses projets, en essayant de produire ses films sans suivre les schémas établis de l'industrie cinématographique. Il partage tout son travail, films et enregistrements musicaux, gratuitement sur internet, sous licence Creative Commons. Lire article wikipedia

    LES PRÉVISIONS ØØØØØØ 1 ØØØØØØ from Vincent Moon / Petites Planètes

    Formation/Pocket Films : Quel est ton parcours ? Mathieu Saura : J’ai fait une fac de cinéma à la sortie du lycée, un peu par hasard. À 18 ans, je ne connaissais rien à rien. À la fac, j’ai eu une prise de conscience et je me suis dit : « et si je connaissais tout ? ». Du coup, pendant six, sept ans, j’ai essayé de tout connaître. Au début, je n’étais pas motivé pour faire des films et puis je suis rentré dans un processus créatif à travers la photo. J’ai fait un atelier à Montreuil : l’atelier Réflexe. J’ai vraiment commencé à réfléchir sur moi à ce moment là. Je me foutais un peu de la technique, j’avais en tête des photographes à l’influence écrasante comme Michael Ackerman et Antoine D’Agata. J’ai commencé la photo lorsque ces deux photographes ont été découverts. Ces photographes n’ont pas un parcours classique. Cela m’a beaucoup marqué.
    Après l’atelier, j’ai continué à faire de la photo pendant quatre, cinq ans. Plus je faisais de la photo, plus ma fascination pour le cinéma resurgissait. Je ne sais pas d’où cette fascination venait, ni quels sont les premiers films qui m’ont marqué. La photo m’est toujours apparue comme un moyen un peu bâtard de faire du cinéma. Je faisais du cinéma à travers la photographie, toujours dans une pratique très amateur. J’aime la pratique amateur. Car pour moi l’amateur c’est avant tout celui qui aime ce qu’il fait. J’ai toujours repoussé toute les tentatives professionnalisantes.
    Je me suis mis a la vidéo il y a un an et demi, au moment ou je me suis vraiment intéressé aux nouvelles technologies. A ce moment là, je me suis décidé à monter mon site web, je le voyais comme un portail de création. Ce portail me permettait d’avoir un retour rapide sur ce que je faisais. Je cherchais aussi un moyen d’aborder le cinéma. Ce site web, c’était vraiment pouvoir « exposer » des travaux vidéos et avoir un retour critique rapide dessus. Ce type de retours modifie vraiment en profondeur la façon de créer. Ça peut être aussi des retours sur des choses en train de se faire. J’ai souffert pendant longtemps de travailler dans mon coin. Au début, je gardais pour moi mon travail, je le cachais. J’avais très peur de le monter aux autres. Et puis j’ai eu envie de le faire partager. 
À ce moment là, je me suis aussi posé la question « mon travail doit-il plaire ? ». Très rapidement je me suis dit que oui, qu’il était important que mon travail parle à certaines personnes. + > suite article Festival Pocket Film "Concerts à emporter" Entretien Vincent Moon et Mathieu Saura

    LES PRÉVISIONS ØØØØØØ 2 ØØØØØØ from Vincent Moon / Petites Planètes

    Raison/Pourquoi, et pour qui, fais-tu tout ça? Mes films sont d’abord destinés aux gens que je filme. Je suis comme un photographe qui va de village en village, et donne les photos aux gens. Le rêve, c’est de leur donner un film dont ils seront heureux, dont leurs enfants et leurs petits-enfants seront fiers. Mais quand je filme au fin fond du Daghestan, je galère  après pour leur faire parvenir les films. Et je partage tout sur internet, ça prend une autre dimension. Je ne cherche pas à ce que mes films soient vus par un maximum de gens. Ils ne sont pas à respecter, ni dans le spectacle du cinéma, qui ne m’intéresse pas. Ce sont des objets du quotidien, qui doivent générer des discussions, des rencontres, des projets. Un jour, une fille m’envoie un mail du fin fond de la Russie, pour me dire qu’elle regarde mes films avec sa fille depuis des années. Elle me remercie. Je lui réponds en lui demandant de m’organiser un voyage en Russie. Et elle l’a fait, j’ai passé trois mois en Russie, le plus beau voyage de ma vie. C’est pour ça que je fais des films, rencontrer des gens, aller les voir chez eux, créer des dialogues, créer ces mondes nouveaux. + > suite article Entretien Vincent Moon Caméra Monde lesinrocks

    Vincent Moon Website

    Vincent Moon Music Vincent Moon Video

    Vincent Moon Petites Planète Films

    + infos

    Les siestes électroniques Musée du Quai Branly avec Vincent Moon

    Flickr Photo Vincent Moon

    Imdb Filmmaker

    Youtube Vincent Moon

    PAGE QUI COURT © studio point to point

    « UNE ESSENCE DE CIEL, POÉTIQUE ET POLITIQUE, DE L'ESSENTIEL BEAT, BEAT B-b-beat dis JUST FEEL IT for play Russian ROULETTE »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :