• ÉTOILE DE MER POEME ROBERT DESNOS ŒIL MAN RAY

    L'ÉTOILE DE MER

    lumière, elle, l'étoile tourne fixée à l'abat-jour

    poëme de Robert Desnos tel que l'a vu man Ray

    une fenêtre s'ouvre ;  un couple marche dans une allée ; leurs pieds lentement, l'homme fait une remarque à la femme ; la scène se  coupe pour laisser place à la légende

    les dents des femmes sont des objets si charmants...  Women's teeth are such charming things...

    Image. la femme réajuste son bas ; jarretière sur le haut de sa jambe.

    ... qu' on ne devrait les voir qu' en rêve ou à l'instant de l'amour. ... that one ought to see them only in a dream or in the instant of love.

    La fente d'un rideau s'ouvre ; au travers la caméra suit le couple qui monte un escalier, tableau ; l'homme s'installe sur un lit la femme se déshabille ; il pense, elle se couche ; l'homme s'avance lui baise la main

    Adieu Farewell

    L'homme se glisse hors champs la femme reste, une nue

    Si belle ! Cybèle ? So beautiful! Cybèle?

    L'homme descendant l'escalier et disparait à la porte dans la lumière ; la fente du rideau se ferme

    Nous sommes à jamais perdus dans le désert de l'éternèbre. We are forever lost in the desert of eternal darkness. Éternèbre is a portmanteau of éternel-al and ténèbre. 

    le plan descend de la cheminée industrielle sur une rue des faubourgs de la ville ; rue, une femme, elle, présente des journaux un rue ; son portrait bordé des papiers.

    Qu'elle est belle How beautiful she is

    La camera monte sur les pages d'un journal les yeux de femme cercle ; un noir ; la vendre des nouvelles, l'homme l'entraine par le bras à un tonneau où les journaux sont déposés tenu par un bocal; la femme prend le bocal, elle l'offre à son compagnon ; intérieur un bocal, une étoile de mer, il observe.

    " Après tout " After hall  5'06"

    Une étoile vivante lentement déplace ses membres ; vite, les journaux tourbillonne au vent sur une plage ; les pieds, course de l'homme ; rattrape une page il l'a lit ; L'entrevue du 1er mars. Varsovie public ce matin … ; froisse le page ; elle caresse ses cheveux ; scène de voyages train lumière sur les rails, train fenêtre ; port bateaux fumées écume ombre ; ville brume ; hyacinthe 

    Si les fleurs étaient en verre If the flowers were made of glass 8'22"

    Image ;  miroir bocaux,étoiles, sabre roulette  hyacinthe 

    si les fleurs étaient en verre If the flowers were made of glass

    la femme vue de dessus lascive ; table journal verre banane étoile de mer vin ; lle lit une femme s'en extrait, le pied pose sur un livre-étoile ; la femme marche seule dans l'allée

    " Belle, belle Comme une fleur de verre " Beautiful, beautiful like a  flower of glass 

    étoile de mer couple elle masqué masque 

    " Belle, belle comme une fleur de chair " Beautiful like a flower of flesh

    L'homme observe son bocal ; mains et les lignes de la main  encre

    ll faut battre les morts quand ils sont froids. One must strike the dead while they are cold

    Rideau légèrement se ferment, elle monte ; robe de soirée couteau  étoile escalier elle avance couteau à vue de poignet–étoile de mer

    Les murs de la Santé. The walls of the Santé

    Nous rejoignons l'homme comme il monte l'escalier à la chambre supérieure dans la maison, laissant l'étoile de mer, au pied de l'escalier. Le film coupe à la femme brandissant un grand couteau superposée avec l'étoile de mer.

    Les murs de la Santé The walls of the Santé

    Rue pavée univers carcéral, caméra monte au ciel, étoiles et noir

    Et si tu trouves sur cette terre une femme à l'amour sincère ... And if you find on this earth a woman whose love is true...

    Nuit sur la rivière  reflet de lune coule lumière feu mèches et chenets cadre le visage de la femme flamme

    " Belle Comme une fleur de feu"  Beautiful like a flower of fire

    phrygienne elle pose au manche flamme la rue des faubourgs de la ville le plan remonte à la cheminée industrielle  

    Le soleil, un pied à l'étrier, niche un rossignol dans un voile de crêpe. The sun, one foot in the stirrup, nestles a nightingale in a veil of crepe.)

    Nue elle allonge le corps au lit ; portrait bijoux couchée nue dans la chambre.

    Vous ne rêvez pas you are not dreaming

    la femme une allée l'allée elle marche vers nous, l'homme la salut lui serre la main, un second  homme chapeaux intervient et l'emmène hors du champ ; restée seul l'homme

    " qu'elle était belle " How beautiful she was

    le bocal vide

    " qu'elle est belle " How beautiful she was

    La blanche étoile de mer sur fond noir et le blanc sur tout l'écran

    belle sur vitre, elle arrière se brise, miroir ; la fenêtre du premier plan se ferme

    THE END

    Avec Alice Prin Kiki de Montparnasse, André de la Rivière, Robert Desnos, assisant opérateur Jacques-André Boiffard Paris 1928

    Dans ce film les prises de vue des scènes sont réalisées au travers de verre déformant opaque et de miroir.

    dddddddddddddd

    ÉTOILE DE MER POEME ROBERT DESNOS ŒIL MAN RAY

    « Tu me suicides, si docilement
    Je te mourrai pourtant un jour.
    Je connaîtrons cette femme idéale
    et lentement je neigerai sur sa bouche
    Et je pleuvrai sans doute même si je fais tard, même si je fais beau temps
    Nous aimez si peu nos yeux
    Et s’écroulerai cette larme sans
    raison bien entendu et sans tristesse.
    sans. »

    + Infos

    " Je possède une étoile de mer (issue de quel océan?) achetée chez un brocanteur juif de la rue des Rosiers et qui est l'incarnation même d'un amour perdu, bien perdu et dont, sans elle, je n'aurais peut-être pas gardé le souvenir émouvant. C'est sous son influence que j'écrivis, sous la forme propice aux apparitions et aux fantômes d'un scénario, ce que Man Ray et moi reconnûmes comme un poème simple comme l'amour, simple comme le bonjour, simple et terrible comme l'adieu. Man Ray seul pouvait concevoir les spectres qui, surgissant du papier et de la pellicule, devaient incarner, sous les traits de mon cher André de la Rivière et de l'émouvante Kiki, l'action spontanée et tragique d'une aventure née dans la réalité et poursuivie dans le rêve. Je confiai le manuscrit à Man et partis en voyage. Au retour, le film était terminé. Grâce aux opérations ténébreuses par quoi il a constitué une alchimie des apparences, à la faveur d'inventions qui doivent moins à la science qu'à l'inspiration, Man Ray avait construit un domaine qui n'appartenait plus à moi et pas tout à fait à lui...

    Qu'on n'attende pas une savante exégèse des intentions du metteur en scène. Il ne s'agit pas de cela. Il s'agit du fait précis que Man Ray, triomphant délibérément de la technique, m'offrit de moi-même et de mes rêves la plus flatteuse et la plus émouvante image". SIC Robert Desnos

    Man Ray Portrait rire Libre Point-to-point

     

    Man Ray Portrait Libre

    "Je le voyais très bien en film, en film Surréaliste, et je déclarais à Desnos qu’avant son retour j’aurais fait un film de son poème." SIC Man Ray

    Man Ray 1929 photo du calendrier des quatre Saisons

    Films des années vingt trente   

     

     © Studio Point to Point

    « 1925/26 EMAK BAKIA MAN RAY SÉMINAIRE ART À L'ENSBA DE NÎMES < Je /ux/ d'Exposition > LE 8 DÉCEMBRE 2009. »

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :