• TRACTS ET SLOGANS 1968.

    Plus je fais l'amour, plus j'ai envie de faire la révolution. Plus je fais la révolution, plus j'ai envie de faire l'amour


    Travailleur : tu as 25 ans mais ton syndicat est de l'autre siècle.


     

    Le vent se lève.  Il faut tenter de vivre

    Ceux qui ferment les portes à clé sont des froussards donc des ennemis


    Autogestion de la vie quotidienne

    Si vous continuez à faire chier le monde, le monde va répliquer énergiquement

    Vibration permanente et culturelle


    Êtes-vous des consommateurs ou bien des participants ?

    Manquer d'imagination, c'est ne pas imaginer le manque

    Make love, not war

    C'est pas fini

    La révolution est incroyable parce que vraie


    À bas les groupuscules récupérateurs

    Et cependant, tout le monde veut respirer et personne ne peut respirer et beaucoup disent "nous respirerons plus tard".  Et la plupart ne meurent pas car ils sont déjà morts.

    Si tu veux être heureux, pends ton propriétaire

    C'est en arrêtant nos machines dans l'unité que nous démontrons leur faiblesse

    Tout réformisme se caractérise par l'utopiste de sa stratégie et l'opportunisme de sa tactique

    La vie est ailleurs

    La liberté commence par une interdiction.  Celle de nuire à la liberté d'autrui

    La révolution doit se faire dans les hommes avant de se faire dans les choses


    Les motions tuent l'émotion

    À bas la société de consommation

    Si tu rencontres un flic, casse-lui la gueule

    En tout cas pas de remords !

    Ce n'est pas seulement la raison des millénaires qui éclate en nous, mais leur folie, il est dangereux d'être héritier

    Tout pouvoir abuse.  Le pouvoir absolu abuse absolument

    La liberté, c'est la conscience de la nécessité

    Attention les cons nous cernent. Ne nous attardons pas au spectacle de la contestation, mais passons à la contestation du spectacle

    Le pouvoir sur ta vie tu le tiens de toi-même

    Espérance : ne désespérez pas, faites infuser davantage

    Si besoin était de recourir à la force, ne restez pas au milieu

    La Révolution doit cesser d'être pour exister

    Vigilance ! Les récupérateurs sont parmi nous !


    À bas la société spectaculaire-marchande

    Celui qui peut attribuer un chiffre à une (é)motion est un con

    SEXE : c'est bien, a dit Mao, mais pas trop souvent

    Jouissez ici et maintenant

    Le respect se perd, n'allez pas le rechercher

    Tout le pouvoir aux conseils ouvriers (un enragé).
    Tout le pouvoir aux conseils enragés (un ouvrier).

    Attention : les arrivistes et les ambitieux peuvent se travestir en socialards

    Enragez-vous !!!

    Mur baignant infiniment dans sa propre gloire

    Un seul week-end non révolutionnaire est infiniment plus sanglant qu'un mois de révolution permanente

    Jeunes femmes rouges toujours plus belles

    Céder un peu c'est capituler beaucoup

    Les réserves imposées au plaisir excitent le plaisir de vivre sans réserve

    Violez votre Alma Mater

    L'émancipation de l'homme sera totale ou ne sera pas

    À bas le crapaud de Nazareth

    Seule la vérité est révolutionnaire

    Je prends mes désirs pour la réalité car je crois en la réalité de mes désirs

    Tout enseignant est enseigné. Tout enseigné est enseignant.

    Tout est Dada

    Regardez en face !!!


    Écrivez partout !

    Camarades, vous enculez les mouches

    L'art est mort, ne consommez pas son cadavre

    Vite !

    À bas le réalisme socialiste. Vive le surréalisme

    Je ne suis au service de personne, le peuple se servira tout seul

    Scrutin putain

    N'admettez plus d'être - immatriculés - fichés - opprimés - réquisitionnés - prêchés - recensés - traqués

    Camarades, l'amour se fait aussi à Sc. Po., pas seulement aux champs

    L'économie est blessée, qu'elle crève !

    Regarde ton travail, le néant et la torture y participent

    Je jouis dans les pavés

    Tout ce qui est discutable est à discuter

    Cache-toi, objet

    Vibration permanente et culturelle.

    À bas les journalistes et ceux qui veulent les ménager

    Le droit de vivre ne se mendie pas, il se prend

    Le sacré, voilà l'ennemi

    Tout acte de soumission à la force qui m'est extérieure me pourrit tout debout, mort avant que d'être enterré par les légitimes fossoyeurs de l'ordre

    J'aime pas écrire sur les murs

    Regarde-toi : nous t'attendons !

    La bourgeoisie n'a pas d'autre plaisir que de les dégrader tous

    Ne dites plus : Monsieur le Professeur, dites : crève salope !

    Désirer la réalité, c'est bien ! Réaliser ses désirs, c'est mieux

    La plus belle sculpture, c'est le pavé de grès. Le lourd pavé critique c'est le pavé que l'on jette sur la gueule des flics

    La vie est ailleurs

    L'art est mort, libérons notre vie quotidienne

    À bas le sommaire

    Le reflet de la vie n'est que la transparence du vécu

    Le rouge pour naître à Barcelone, le noir pour mourir

    Interdit d'interdire.  La liberté commence par une interdiction : celle de nuire à la liberté d'autrui

    Défense de ne pas afficher

    Un bon maître nous en aurons dès que chacun sera le sien

    Toi, mon camarade, toi que j'ignorais derrière les turbulences, toi jugulé, apeuré, asphyxié, viens, parle à nous


    L'art est mort. Godard n'y pourra rien

    Vive les enragés qui bâtissent des aventures

    Ne prenez plus l'ascenseur, prenez le pouvoir

    L'imagination prend le maquis

    Déculottez vos phrases pour être à la hauteur des Sans-culottes

    Qui parle de l'amour détruit l'amour

    À bas le vieux monde

    Un rien peut être un tout, il faut savoir le voir et parfois s'en contenter

    Le bonheur est une idée neuve

    Tant que tu croiras aux maitre, tu restera dans le trou

    Déboutonnez votre cerveau aussi souvent que votre braguette

    Il n'y aura plus désormais que deux catégories d'hommes : les veaux et les révolutionnaires.  En cas de mariage, ça fera des réveaulutionnaires

    Qu'est-ce qu'un maître, un dieu ?  L'un et l'autre sont une image du père et remplissent une fonction oppressive par définition

    Arrêtez le monde, je veux descendre

    Vive les mômes et les voyous

    Le bleu restera gris tant qu'il n'aura pas été réinventé

    Dans les chemins que nul n'avait foulés, risque tes pas !  Dans les pensées que nul n'avait pensées, risque ta tête !

    À bas l'objectivité parlementaire des groupuscules. L'intelligence est du côté de la bourgeoisie. La créativité est du côté des masses. Ne votez plus

    Que c'est triste d'aimer le fric

    La perspective de jouir demain ne me consolera jamais de l'ennui d'aujourd'hui

    une révolution qui demande que l'on se sacrifie pour elle est une révolution à la papa

    Bien creusé vieille taupe

    La culture c'est l'inversion de la vie

    Il n'est pas de pensées révolutionnaires. Il n'est que des actes révolutionnaires

    Ne vous emmerdez plus, emmerdez les autres

    Les syndicats sont des bordels

    Les armes de la critique passent par la critique des armes

    Vivre au présent

    Quand les gens s'aperçoivent qu'ils s'ennuient, ils cessent de s'ennuyer

    Crier la mort c'est crier la vie

    Ici, on spontane

    Belle, peut-être pas, mais ô combien charmant.  La vie contre la survie

    Abolition de l'aliénation

    La révolution prolétarienne est l'acte intellectuel par excellence

    Soyons cruels

    Le bâton éduque l'indifférence

    Cours camarade, le vieux monde est derrière toi

    Quand le doigt montre la lune, l'imbécile regarde le doigt

    Hurle

    L'aptitude de l'étudiant à faire un militant de tout acabit en dit long sur son impuissance—Les filles enragées

    Voir Nanterre et vivre.  Allez mourir à Naples avec le Club Méditerranée

    Contestation. Mais con d'abord

    Les frontières on s'en fout

    Soyez salés, pas sucrés !

    Nous ne voulons pas d'un monde où la certitude de ne pas mourir de faim s'échange contre le risque de mourir d'ennui

    La barricade ferme la rue mais ouvre la voix

    L'aboutissement de toute pensée, c'est le pavé dans ta gueule, C.R.S.

    La révolution n'est pas seulement celle des comités mais avant tout la vôtre

    Consommez plus, vous vivrez moins

    L'anarchie c'est Je

    Quand le dernier des sociologues aura été étranglé avec les tripes du dernier bureaucrate, aurons-nous encore des "problèmes" ?

    Le feu réalise !

    Parlez à vos voisins (et à vos voisines, bordel !)

    Bannissons les applaudissements, le spectacle est partout.

    Vous aussi, vous pouvez voler


    Le conservatisme est synonyme de pourriture et de laideur

    Soyez réalistes, demandez l'impossible

    L'action ne doit pas être une réaction mais une création.

    Baisez-vous les uns les autres sinon ils vous baiseront

    Explorons le hasard

    Quand l'assemblée nationale devient un théâtre bourgeois, tous les théâtres bourgeois doivent devenir des assemblées nationales

    Comment penser librement à l'ombre d'une chapelle ?

    Nous sommes tous des "indésirables"

    L'alcool tue.  Prenez du L.S.D

    Vous êtes creux

    Sous les pavés la plage

    L'action permet de surmonter les divisions et de trouver des solutions

    Aimez-vous les uns sur les autres

    Exagérer c'est commencer d'inventer

    Colle-toi contre la vitre. Croupis parmi les insectes

    Professeurs, vous nous faites vieillir

    Nul n'arrive à comprendre s'il ne respecte, conservant lui-même sa propre nature, la libre nature d'autrui

    Ayez des idées

    Un révolutionnaire est un danseur de cordes

    Vous êtes en face d'une force. Prenez garde de déclencher la guerre civile par votre résistance

    Changez la vie, donc transformez son mode d'emploi

    La société nouvelle doit être fondée sur l'absence de tout égoïsme, de tout égolatrie.  Notre chemin deviendra une longue marche de la fraternité

    Avant donc que d'écrire, apprenez à penser

    On ne revendique rien, on prend

    Professeurs, vous êtes aussi vieux que votre culture, votre modernisme n'est que la modernisation de la police, la culture est en miette (les enragés)

    Ceux qui parlent de révolution et de lutte des classes sans se référer à la réalité quotidienne parlent avec un cadavre dans la bouche

    L'âge d'or était l'âge où l'or ne régnait pas—Le veau d'or est toujours de boue

    Les étudiants sont cons

    Ôsons

    La société est une fleur carnivore

    Révolution, je t'aime

    Vous finirez tous par crever du confort

    Ceux qui font les révolutions à moitié ne font que se creuser un tombeau

    Prenons la révolution au sérieux, mais ne nous prenons pas au sérieux

    Autrefois, nous n'avions que le pavot. Aujourd'hui, le pavé

    La paresse est maintenant un crime, oui, mais en même temps un droit

    L'agresseur n'est pas celui qui se révolte mais celui qui affirme

    Si vous pensez pour les autres, les autres penseront pour vous

    Être riche c'est se contenter de sa pauvreté ?

    L'agresseur n'est pas celui qui se révolte mais celui qui réprime

    Zelda, je t'aime !  À bas le travail !

    Remerciements-Murs de Paris 1968

    © STUDIO POINT TO POINT XXI°

    « IN(K)ULTE : DES CATÉGORIES UN MÂLE DES PARTENAIRES DES FILLES DES BONS AMIS UN GÉNÉRAL BLOG EN RE-CRÉATION (PUB)GEORGES MACIUNAS-GEORGES WAHT'S FLUX? »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :