• L'ART DEVRA NOUS TIRER DE LÀ… PAR UN MASSAGE DE L'ESPRIT. MARSHALL McLUHAN

     Marshall McLuhan, site foundation


    McLuhan - L'art est l'école de la perception. La publicité veut nous ajuster à son uni- vers. Nous y devenons des cervo-mécanismes. Toutes les sociétés pré-alphabétiques sont constituées de robots. Wyndham Lewis disait que la meilleure définition du robot, c'est l'être qui est parfaitement adapté à son environnement. L'art cherche à disloquer l'homme.
    K.Varent - Quels sont les rapports entre l'art et la nature?
    McLuhan  - Dans Man's Presumptuous Brain, Simeons affirme que notre héritage biologique, qui nous permet de nous adapter à notre environnement, a cessé d'évoluer depuis plus d'un demi million d'années, bien avant l'apparition de la moindre technologie. Le cerveau de l'homme n'a pas changé depuis. Avec l'invasion de toutes les technologies, la seule manière de s'acclimater vient de l'art. L'art reprend la tâche de l'évolution que la nature a abandonnée.
    K.Varent  - Comment?
    McLuhan - L'artiste reprogramme les sens pour nous permettre de survivre dans l'environnement technologique. Survivre en tant qu'être humain, s'entend. Parce que l'homme adapté aux technologies est un robot-zombie qui dort à poings fermés.
    K.Varent - Et la nature?
    McLuhan -  Il n'y en a plus. Depuis le 17 octobre 1957.
    K.Varent - Ah!
    McLuhan  - Avec le lancement du premier spoutnik. Les Russes ont transformé la planète en une forme d'art. En tant que forme d'art, la planète nous remet dans la situation de l'homme le plus primitif, c'est-à-dire, dans la pré-archéologie. Le rôle de l'art change radicalement dans ces conditions. Il devient crucial. Maintenant que nous sommes passés du monde de l'œil à celui de l'oreille, parce que l'environnement d'information simultanée est structurellement acoustique, l'histoire, qui appartient au monde créé par l'écriture, et qui est essentiellement visuelle, a fondu entièrement dans le "Maintenant" l'éternel présent de Siegfried Giedion, l'auteur de Space, Time and Architecture. L'art devra nous tirer de là.


    Marshall McLuhan et l'Homo Civilis par maleger


    Marshall McLuhan, professeur de littérature anglaise et essayiste canadien (Edmonton, Alberta, 21 juillet 1911 – Toronto, Ontario, 31 décembre 1980). Auteur visionnaire et volontiers provocateur (« Je n’explique rien. J’explore. »), le Canadien Marshall McLuhan a consacré son œuvre à redéfinir les rapports entre la forme et l’essence des civilisations.
    Après une formation d’ingénieur, il opte pour l’étude des lettres anglaises et obtient une maîtrise à l’Université du Manitoba. Étudiant brillant, il poursuit, ou plutôt reprend entièrement, sa formation sur le Vieux Continent, à Cambridge, où il repasse sa licence, enchaîne une seconde maîtrise et soutient un doctorat sur les littératures antiques, médié-vales et classiques (1943). En parallèle, il enseigne dans plusieurs universités nord-américaines (Wisconsin, Saint-Louis, Windsor...), avant de s’installer à Toronto en 1946 et d’obtenir en 1952 une chaire de la fondation Ford sur la culture et la communication. En 1963, il fonde et anime le Centre pour la Culture et la Technologie qu’il animera jusqu’à sa mort en 1980, et où il se consacre à l’analyse des influences psychologiques et idéologiques des médias de masse.
    Ses nombreuses publications font date par leur forme provocatrice. Illustrant ses points de vue théoriques par des passages littéraires (Shakespeare, Joyce...), des photos publicitaires (son premier ouvrage The Mechanical Bride est consacré à l’analyse de cinquante images de publicité), voir des montages typographiques (sans compter les œuvres multiformes et les happenings), McLuhan déroute les lecteurs habitués au respect d’une logique formelle. Confiant dans la fonction heuristique des trouvailles verbales les plus déconcertantes, il n’hésite pas, par exemple dans The Medium Is the Massage, à transformer la transmission d’un message en "massage de l’esprit".

    +d'infos

    CBC Life and Times - Marshal Mcluhan
    Out of Orbit: The Life and Times of Marshall McLuhan (1999)

    Sage of Aquariuus

    Маршалл Маклюэн

    Marshall McLuhan Fondation,

    page en cours © studio point to point 

    « ICI OFFREZ VOUS UN BALLON UN FLEUR UN FANION.DENYS ZACHAROPOULOS, MUSÉE D'ART CONTEMPORAIN DE THESSALONIQUE GRÈCE »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :