• JEAN NOUVEL UNE CONCEPTION DÉCONTRACTÉ UNE RÉALISATION RÉFLÉCHIE

    Building project - Point to Point Studio

    Jean Nouvel portrait à l'Institut du Monde Arabe Paris

    ANTI-MANIFESTE PARODIQUE EN FAVEUR D'UNE ARCHITECTURE PLURIELLES

    J'aime que les architectures soient intelligentes et caractérisées. Je les aime comme on aime une époque, une civilisation. Comme signe révélateur de savoir-faire, des préoccupations esthétiques et pratiques. Je les aime surtout comme pétrifications d'un instant d'imagination. Je les aime aussi en tant qu'intentions réalistes. Comme résultat d'un acte de volonté et de maîtrise. Comme constat d'une proposition qui a su, pour exister, se faire admettre. Je les aime comme illustrations des limites du possible daté. Je les juge comme témoins de consensus économiques et culturels.
    Je suis près à en aimer beaucoup. Des pures et des impures. Des vertueuses et des putains. Des spontanées et des sophistiquées. Des nes et des sapées. Des prolos et des bourgeoises. Pourvu qu'elles soient vivantes ! J'ai horreur des momies et des ressuscitées ! Laissons sa fiancée à Frankenstein. Pourvu qu'elles soient tolérantes ! Esclave cherche maîtresses : très peu pour moi. Le rapport de type sado-maso de celles qu'imposent leur mode de vie et qui font perpétuellement la démonstration ostensible de leur force. NON MERCI ! Pourvu qu'elles soient intelligentes ! On ses lasse même des ravissantes idiotes ! Si elles ont de l'esprit ! si elles sont cultivées et si elles n'étaient pas leur savoir , je les écouterai. Si elles sont savantes, je leur rendrai visite et m'intéresserai à leur découvertes. Tant qu'à faire, je les préfère belles, ce n'ast pas forcément Marylyn, encore que… non, je veux dire avec du charme et des petits défauts attachants genre Barbar Streisand par exemple.
    Je n'aime pas les imaginer comme des systèmes, comme des robots faits des mêmes pièces interchangeables, bien programmés pour répondre à des questions limitées. Je préfère les penser uniques, trimbalant des qualités et des défauts inscrits dans leur patrimoine génétique. Fragiles et mortelles, nécessitant amour soins et attentions. avec, comme tout le monde, destin incertain lié au coups du sort et à la communauté à laquelle elle appartiennent. Je les aimes pour elles-mêmes pour leurs personnalités singulières. J'ai un faible pour les branchées sensibles à l'esthétique du temps, influencées par la littérature, par la bd, la télé, le ciné, la photo,et la création artistique de l'heure ; se servant avec discernement de tous les aspects de leur vie, pour se faciliter et se la rendre heureuse, des appareils électroniques "up to date" et des inventions plus récentes. Je m'intéresse aux intellectuelles, qui savent comment elles sont faites, qui se posent des questions existentielles : où suis-je ? d'où je viens ? où vais-je ? Celles qui s'organisent pour exploiter au mieux leurs qualités et leurs défauts conscientes de l'importance de leur inconscient.
    Je ne désespère pas d'en connaître beaucoup. de l'une à l'autre, j'assume les ruptures et suis le champion du pluralisme. A l'une et l'autre, j'ajoute LES autres. A la noire et la blanche j'ajoute toutes les couleurs, toutes les nuances et les chamarrées et les bigarrées. Elles ne sont tenue qu'à être vivantes, tolérantes, intelligentes et différentes. Plutôt que de promener l'une ou l'autre, l'une et l'autre, dans chaque ville ville, dans chaque port, je choisis sur place, parmi les autres. Plusieurs c'est plus sûr. Jean Nouvel 1983/4 En réponse à la demande de Patrice Goulet : Moi qui attendais de toi un contre manifeste !?


    Pourquoi-pas? Explorer View Pub pages 2 et 3, L'Architecture d'Aujourd'hui n 231.


    Maison de Poupées 1983
    Chaque Objet implique une Architecture Différente. Jean Nouvel

    De fait, j'aime bien les cocktails venturiens bien dosés : un peu d'art pop, trois symboles, deux références historiques le tout lié à à la sauce sociologique et saupoudré d'ironie. Mais depuis la recette est appliquée dans tous les fastfoods pour peu qu'ils se trompent dans les dosages , ça donne des aigreurs d'estomac. Arrêtons… Et pour conclure disons, sans ambiguïté : Venturi and Co, c'est intelligent, c'est une approche conceptuelle sur des préalables qui méritent d'être discutés. Jean Nouvel

    Revue AA Architecture Aujourd'hui spécial Nouvel 1984

    + Infos

    Projet Corbu
    Projet Menphis
    Projet Contain


    Jean Nouvel website

    Portraits-Photos d'autres architectes

    © studio point to point 

    « JOEL HUBAUT, MADAME.AVEC ETTORE SOTTSASS-TRAVERSE FORMALISE SENSIBILISE CRISTALLISE COPULE PRÉSENTE »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 1er Juillet 2014 à 14:08
    Chantier Philarmonie de Paris
    Le chantier de la philharmonie de Paris qui les rend tous fous.///Un an d'enquêtes exclusives/// Par Claude Askolovitch sur vanity Fair/// l’échelle de l’éternité, pas de doute, tout sera sublime. Mais c’est au présent que l’on souffre et Jean Nouvel, bâtisseur pour l’histoire, a du mal avec les contingences. Au printemps 2013, le plus grand architecte français vivant tempête à Paris. Il veut voir Dieu, le président de la République, le monarque. Il a une injustice à lui soumettre. Il veut lui parler de la philharmonie, la salle de concert de 2400 places qu’il a reçu pour mission d’ériger à Paris – son espérance et sa doléance. Il doit lui dire, à François Hollande, que des malfaisants abîment l’œuvre, qu’on le paye mal, qu’on travaille mal. On bâcle le projet, on construit sans lui, l’architecte en titre, spolié, bafoué... Mais Nouvel tempête en vain, l’Élysée ne s’ouvre pas et c’est dans cette désolation qu’on le rencontre, dans son atelier du XIe arrondissement…/// … Le chantier de la philharmonie a deux entrées. Porte de la Villette, dans de grands Algeco, siègent Bouygues et les entreprises ; on y sert du café avec biscuits, une jeune chargée de communication distribue une plaquette bien faite sur la philharmonie, où l’on voit des ouvriers aux couleurs du groupe de BTP (orange et blanc) jouer de la musique. Des clients de l’entreprise visitent le chantier. De l’autre côté, porte de Pantin, d’autres Algeco où cohabitent maîtrise d’œuvre et maîtrise d’ouvrage, les équipes de Januel et le peuple de Nouvel. C’est le lieu des tensions. À l’étage trône une maquette de la future salle, si grande qu’un homme peut y entrer. Quand Brigitte Métra y pénètre, elle oublie les avanies et imagine les notes qui demain empliront l’espace/// lire plus sur http://www.vanityfair.fr/1-an-vanity-fair-france/articles/symphonie-inacheve-le-chantier-de-la-philharmonie-de-paris-qui-les-rend-tous-fous/14613
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :