• CONTENIR REGARDER JOUER BRUNO MUNARI ENZO MARI PARIS 1970

    Enzo Mari Building Project Nîmes Point to Point Studio

    CONTENIR REGARDER JOUER

    Bruno Munari - Enzo Mari

    Cher Bruno Danese
    Avec la situation chaotique d'aujourd'hui qui existe également à tous les niveaux de la culture, il me semble trop facile et dangereux de monter une exposition qui puisse être composée de travers où même interprétée uniquement comme cachet culturel, comme cela arrive pour beaucoup d'exposition sérieuse de ce genre, vues ces dernier temps. Aujourd'hui faire une exposition sérieuse de design devrait avoir une signification socio-économique, c'est à dire politique. Dans ce sens il aurait été impossible de dire et de ne pas dire sans mystifier. Par ailleurs, limiter une approche du design au seul niveau de la méthode et de la technique, qui est ce que l'on fait dans le meilleur des cas, est une attitude bien médiocre et qui de plus peut être mystifiée, car les aspects économiques sont aussi les aspects prioritaires de la méthode.
    D'autre part, réaliser une exposition par deux interventions " personnelles", la mienne et celle de Munari - qui implique également des intérêts extérieurs à tes productions - prétendant communiquer au public deux idéologies différentes au moyen d'exemplifications variées, mais en soulignant cependant les objets réalisés par "Danese" aurait signifié et même particulièrement mis l'accent sur les aspects culturels, tout en sacrifiant les idéologies particulières. D'autant plus que j'estime les implications culturelles suffisamment claires, à travers les objets de la production. Nous pouvons conclure aujourd'hui, pour la "Production Danese" comme pour toute autre production au monde, l'unique solution (si l'on ne veut pas faire de la publicité indirecte, bien que pire que la directe) consiste à présenter les objets de la façon la plus simple et la plus neutre possible. Ce point de vue est celui qui devrait insprer tant la conception du catalogue que l'organisation de l'exposition…/… Enzo Mari extrait de texte présent dans contenir regarder jouer 1969

    Bruno Munari et Enzo Mari, Catalogue Musée des arts décoratifs - Palais du Louvre. Paris 70

    Bruno Munari Enzo Mari

    + Infos

    Enzo Mari est associé à des enjeux théoriques plus qu’aux retombées commerciales, le travail de Mari a transformé le champ du design en privilégiant une réflexion critique poussée qui s’exprime autant dans des textes que dans les formes d’un design fonctionnel, comme avec Proposta per autoprogettazione (1974), une série de mode d’emploi pour construire des lits, des tables et des armoires, tous dessinés par Mari et gracieusement offerts au public qui pouvait ainsi détourner les circuits de la distribution et customiser son mobilier. Mari est souvent décrit comme un humaniste passionné et insolite, un caractère à part, échappant à tous les diktats et les orthodoxies qui s’imposent. Libre par conviction, Mari a fréquemment été placé dans le rôle de conscience critique du design, mais, modeste, il se voit plus comme le protagoniste du conte de fées : « Les habits neufs de l’empereur » dans lequel un empereur nu qui croit être habillé d’un tissu extraordinaire défile nu devant la foule qui s’esbaudie poliment. +++ CH

    Bruno Munari s’est intéressé au graphisme, à l’illustration, au livre, tout autant qu’aux arts plastiques, au design, à la photographie, au cinéma. Il a traversé et participé à de nombreux mouvements artistiques des avant gardes du 20ème siècle. Très jeune, il participe aux mouvements Futuriste et Surréaliste. Très impliqué dans le Mouvement Art Concret, fondé à Milan en 1947, qui regroupe, entre autres, des artistes comme Max Bill, Klee, Kandinsky, Arp, Sottsass, il expérimente les formes géométriques, triangle, cercle, carré, cherchant à supprimer le superflu. Son travail concilie l’architecture, le design industriel et les arts visuels chers au Bauhaus. Dès les années 1930, le livre va devenir le support de ses recherches artistiques. Formé par l’un des maîtres du Bauhaus, Herbert Bayer, l’activité graphique de Munari commence avec des innovations radicales. Son goût pour la typographie l’amène à utiliser la lettre comme un langage en soi, à la manière du constructiviste russe El Lissitzky. S’inspirant d’anciens livres d’anatomie, il introduit des feuilles transparentes qu’il juxtapose entre des feuilles opaques, il joue sur les dimensions et les matériaux, mettant l’accent sur l’aspect tactile du livre-objet, sans oublier l’aspect ludique et l’humour. Il s’adresse tout particulièrement à l’enfant qui sommeille en nous avec ses « livres illisibles » (1949), avant la série des « Pré-livres » destinés aux tout-petits. Appliquant au livre ses expérimentations d’artiste dans un but d’appropriation par le lecteur, il vise l’art « de tous » et non «pour tous ». Passionné de pédagogie, il crée des ateliers de découverte, à l’instar de celui installé en 1977 à l’Académie des Beaux-Arts, dite Brera, de Milan. Il réalise des performances pour jeune public, activité dont il ne se lassera jamais.

    Bruno Munari concave convexe 1947  Chair ∆  1974/XXI° par Enzo Mari 

    Danese Web site

    Livres Design Architectures Revues

    © studio point to point

    « CASINO LECLERC CARREFOUR UN NOUVEAU DÉPART UN NOUVEAU LOGOLIVRES ARCHI,DESIGN,GRAPH,LIVRES ET DOCUMENTS À VUE »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :