• BOZART-FAUT-IL SE COUPER L'OREILLE? FILMS DÉDIÉS AUX ÉTUDIANTS DU FUTUR

    Bozarts Les arts plastiques et la société québécoise, de "Refus global" à "Opération Déclic"

    Bozarts par Jacques Giraldeau, Office national du film du Canada 1969, 58 min 6 s

     Ce long métrage documentaire recueille l'essentiel de la pensée d'un bon nombre de peintres, sculpteurs, critiques d'art, architectes, directeurs de musées et de galeries que la rupture artistes-société inquiète. En outre, il donne au grand public l'occasion d'émettre ses opinions sur les œuvres dont la beauté et la signification échappent parfois. L'art pourra-t-il un jour sortir de son isolement? Plaidoyer en faveur du droit de tout être humain à l'expression, ce film réuni, entre autres, Armand Vaillancourt, Marcel Rioux, Gilles Hénault, Marcelle Ferron, Claude Jasmin et Jean-Paul Mousseau.  Lire article videotrom Clique ici.

    Faut-il se couper l'oreille? par Jacques Giraldeau, Office national du film du Canada 1970

    Faut-il se couper l’oreille? Le documentaire de Jacques Giraldeau présente la société artistique québéquoise. Intérrogeant directeurs de musées de galeries, esthéticiens, industriels, critiques d'art, regardeurs artiste: sculpteur, peintre, graveur, architecte, designer, concepteur, poète  questionnant l'art, la société, et soit-même.

    + Infos

    Jacques Giraldeau découvre le cinéma à 13 ans. Son ravissement est tel que, quelque dix ans plus tard, alors qu'il achève des études en philosophie et en sociologie à l'Université de Montréal, il fonde, avec son confrère Jacques Parent, le premier ciné-club au Québec. Membre fondateur de la Commission étudiante du cinéma, de l'Association professionnelle des cinéastes et de la Cinémathèque québécoise, Jacques Giraldeau sera également rédacteur à la revue Découpages et critique au journal Le Front ouvrier.

    Parallèlement aux combats qu'il mène alors contre la censure, pour l'essor du cinéma québécois et la liberté des cinéastes indépendants, Jacques Giraldeau promène l'œil de sa caméra partout au Québec. Ses films sont principalement axés sur les arts visuels.  Lire article Prix du Québec clique ici.

    Films Jacques Giraldeau

    Quarante ans plus tard, la donne n’est plus la même. Le contexte qui ramène la question du rôle social de l’artiste est celui de la contestation étudiante, pas celui d’une révolution spécifique aux arts. Que peut donc l’art en temps de crise sociale ? L’artiste doit-il s’engager politiquement ? Qu’est-ce que l’engagement ? L’autonomie de l’art, sa liberté, est-elle compromise par la participation sociale ? C’est ce genre de questions, pas nouvelles mais de nature sensible et toujours pertinentes, que Brunette a posé aux artistes. Lire Plus > Des artistes, leurs discours et le politique

    © studio point to point XXI°

    « MANÈGE MARCELCADEAU DE BONNE ANNÉE,HAPPY NEW YEAR,丰年,GUTES JAHR,GOOD MWAKA, BUEN AÑO, »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :