• Avignon the festival. it's over! 


    Festival di Avignone. È fine.


    Festival von Avignon. Das ist beendet!

    À +

    © studio point to point


    votre commentaire
  • Sarah Kane Manque Or Crave Pointtopoint Studio

    ACTOR OA   my thought walks away with a killing smile leaving discordant anxiety
    which roars in my soul.

    ACTOR OB   ma pensée s’éloigne avec un sourire assassin
    laissant une discordante anxiété
    qui rugit dans mon âme

    LE CŒUR AVEC OA ET OB   sarah kane -Et je veux jouer à cache-cache et te donner mes vêtements et te dire que j'aime bien tes chaussures et m'asseoir sur les marches pendant que tu prends ton bain et te masser le cou et t'embrasser les pieds et te tenir la main et sortir dîner sans m'énerver quand tu manges dans mon assiette et te retrouver au Rudy's et te parler de la journée et taper ton courrier et te porter tes affaires et rire de ta paranoïa et te donner des cassettes que tu n'écoutes pas et regarder des films épatants et regarder des films nuls et me plaindre de la radio et prendre des photos de toi quand tu dors et me lever pour aller te chercher du café et des bagels et des feuilletés et aller au Florent boire un café à minuit et te laisser me voler mes cigarettes sans jamais être fichue de trouver une allumette et te parler du programme que j'ai vu la veille à la télé et t'emmener à la clinique des yeux et ne pas rire à tes blagues et avoir envie de toi le matin mais te laisser dormir et t'embrasser le dos et te caresser la peau et te dire comme j'aime tes cheveux tes yeux tes lèvres ton cou et fumer assis sur les marches jusqu'à ce que ton voisin rentre et fumer assis sur les marches jusqu'à ce que tu rentres et m'inquiéter quand tu es en retard et m'émerveiller quand tu es en avance et te donner des tournesols et aller à ta fête et y danser à en devenir bleu et me trouver désolé quand je suis dans mon tort et heureux quand tu me pardonnes et regarder tes photos et désirer t'avoir toujours connue et entendre ta voix dans mon oreille et sentir ta peau contre ma peau et avoir peur de tes colères quand tu te retrouves avec un œil tout rouge et l'autre bien bleu, les cheveux du côté gauche et ton visage qui prend un air oriental et te dire que tu es splendide et te serrer contre moi quand tu es anxieuse et t'étreindre quand tu as mal et te vouloir rien qu'à sentir ton odeur et te blesser quand je te touche et gémir quand je suis à tes côtés et gémir quand je ne le suis pas et bavoter sur tes seins et te recouvrir dans la nuit et avoir froid quand tu tires la couverture et chaud quand tu ne le fais pas et m'attendrir quand tu souris et fondre quand tu ris et ne pas comprendre pourquoi tu penses que je te rejette quand je ne te rejette pas et me demander comment tu peux bien penser que ça pourrait un jour arriver et me demander qui tu es mais t'accepter de toutes façons et te parler du garçon arbre et ange à la fois de la forêt enchantée qui a traversé l'océan parce qu'il t'aimait et t'écrire des poèmes et me demander pourquoi tu ne me crois pas et éprouver un sentiment si profond que je ne trouve pas les mots pour l'exprimer et avoir l'idée de t'acheter un chaton et j'en serais jaloux parce que tu t'occuperais plus de lui que de moi et te garder au lit quand tu dois t'en aller et pleurer comme un bébé quand tu finis par le faire et me débarrasser des cafards et t'acheter des cadeaux dont tu ne veux pas et que je remballe comme d'habitude et te demander en mariage pour que tu me dises non comme d'habitude et que je recommence malgré tout parce que même si tu penses que je ne le souhaite pas pour de bon c'est exactement ce que je veux depuis ma toute première demande et errer dans la ville en trouvant que sans toi elle est vide et vouloir ce que tu veux et me dire que je me perds mais tout en sachant qu'avec toi je suis en sûreté et te raconter ce que j'ai de pire et te donner ce que j'ai de mieux parce que tu ne mérites pas moins et répondre à tes questions quand j'aimerais autant pas et te dire la vérité quand je n'y tiens vraiment pas et chercher à être honnête parce que je sais que tu préfères et me dire tout est fini mais tenir encore dix petites minutes avant que tu ne me sortes de ta vie et oublier qui je suis et chercher à me rapprocher de toi parce que c'est beau d'apprendre à te connaître et ça mérite bien un effort et m'adresser à toi dans un mauvais allemand et en hébreu c'est encore pire et faire l'amour avec toi à trois heures du matin et peu importe peu importe peu importe comment mais communiquer un peu de / l'irrésistible immortel invincible inconditionnel intégralement réel pluri-émotionnel multispirituel tout-fidèle éternel amour que j'ai pour toi.

    CŒUR SANS  OA ET OB   Sarah Kane. Sarah Kane, extrait de 4.48 Psychose. EXTRAIT


    ACTOR OE  Je suis en train d'écrire une pièce intitulée 4.48 Pshychosis. Elle offre des similitudes avec "Crave (Manque)", tout en étant différente. La pièce parle d'une dépression psychotique. Et de ce qui arrive à l'esprit d'une personne quand disparaissent complètement les barrières distinguant la réalité des diverses formes de l'imagination. Si bien que vous ne faites plus la différence entre votre vie éveillée et votre vie rêvée.

    LE CŒUR   Sarah Kane extrait d'une conversation avec des étudiants, novembre 1998 - Le site des Bouffes du Nord Extrait


    ACTOR OC   Ce n’était pas pour longtemps, je n’étais pas là longtemps. Mais en buvant un café bien noir bien amer, j’attrape au vol cette odeur de médicaments dans un nuage de vieux tabac et quelque chose me touche dans cet endroit encore en sanglot et une blessure d’il y a deux ans s’ouvre comme un cadavre et une honte depuis longtemps enterrée hurle son infect chagrin en putréfaction.
    Une salle de visages sans expression fixent avec des yeux vides ma souffrance, si dépourvue de signification qu’il doit y avoir une intention  malveillante
    Dr Ci et Dr Ça et Dr C’est quoi qui ne fait que passer et pensait juste faire un saut histoire de se foutre de ma gueule. En feu dans un tunnel brûlant de consternation, mon humiliation totale quand je tremble sans raison et trébuche sur les mots et n’ai rien à dire sur ma « maladie » qui de toute façon se résume simplement à savoir qu’il n’y a rien à faire parce que je vais mourir.
    Et je suis acculé par cette douce voix psychiatrique de la raison qui me dit qu’il y a une réalité objective dans laquelle mon corps et mon esprit ne sont qu’un. Mais je n’y suis pas et n’y ai jamais été. Dr Ci prend des notes et Dr Ça tente un murmure compatissant. Me regardent, me jugent, flairent l’échec débilitant qui suinte de ma peau, mon désespoir qui s’agrippe et la panique dévorante qui m’inonde tandis que je reste bouche bée d’épouvante devant le monde et me demande pourquoi ils sont tous là à me sourire et à me regarder tout en ayant secrètement la connaissance de la honte qui me fait mal. Honte honte honte.
    Noie-toi dans ta putain de honte.
    Médecins impénétrables, médecins raisonnables, médecins déjantés, médecins qu’on prendrait pour des putains de patients si on ne vous prouvait pas le contraire, posent les mêmes questions, mettent les mots dans ma bouche, offrent des remèdes chimiques contre l’angoisse congénitale et se protègent mutuellement leur cul si bien que je finis par vouloir hurler pour que vous veniez, vous, le seul médecin à m’avoir touché volontairement, qui m’avez regardé dans les yeux, qui avez ri à mon humour noir avec ma voix de tombe à peine creusée, qui s’est foutu de moi quand j’ai rasé ma tête, qui a menti et dit que c’était un plaisir de me voir. Qui a menti. Et dit que c’était un plaisir de me voir. Je vous ai fait confiance, je vous ai aimé et ce n’est pas de vous perdre qui me blesse mais vos putains de fabulations effrontées déguisées en commentaires médicaux.
    Votre vérité, vos mensonges, pas les miens. Et alors que je croyais que vous étiez différent et que peut-être même vous ressentiez la détresse qui vacillait parfois sur votre visage et menaçait d’exploser, vous aussi vous protégiez votre cul. Comme n’importe quel stupide connard de mortel.

    LE CŒUR   4.48 PSYCHOSE SARAH KANE TOUTES LES INFORMATIONS SUR WWW.CIE-INSTANT.CH

    ACTOR OB   l’hermaphrodite brisé(e) qui ne se fiait qu’à lui-et-elle-même découvre la chambre en réalité pullulante et implore de ne jamais s’éveiller du cauchemar.

    PUBLIC OU SILENCE   Dernière d’une longue lignée de kleptomanes des lettres »

    ACTOR OB -J’ai rêvé que j’allais chez le médecin et elle me donnait huit minutes à vivre. J’étais restée assise dans la putain de salle d’attente pendant une demi-heure.

    LE CŒUR  Sarah Kane  (4.48 Psychose) 4.48 Psychose Au Théâtre du Champ de bataille à Angers. Sans mot de passe approprié vous n'étes pas autorisé à copier des des parties de ce document.

    ACTOR OB   J’ai rêvé que j’allais chez le médecin et elle me donnait huit minutes à vivre. J’étais restée assise dans la putain de salle d’attente pendant une demi-heure.

    LE CŒUR   LECOEURSarah LECOEURKane

    ACTOR OR   Je prendrais plutôt le risque d’une overdose au théâtre que dans la vie.
     

    LE CŒUR, Dr Ci, Dr Ça, et Dr   Sarah Kane.

    Dans le  Public STOP.

    Sarah Kane Portrait Pointtopoint Studio

    Essai de construction d'un texte, version française, pour un possible théâtre noir. La version en langue étrangère s'établie du même fonctionnement : clique Sarah Kane en langue ou tu sera -Copie, coller dans le "moteur de recherche", les citations sont jouées (à peine) par les acteurs les docteurs le public - le cœur actionne les références, la scène est noir avec quelques trous de sorties de secours.

    EXEMPLE UK

     ACTEUR 0K   But you have friends.
    (A long silence.)
    ACTEUR OA   Tinker: There’s a vertical passage through your body, a straight line through which an object can pass without immediately kill you.  Starts here.  (He touches Carl’s anus.)
    Carl: (Stiffens with fear.) Tinker: Can take a pole, push it up here, avoiding all major organs, until it emerges here. (He touches Carl’s right shoulder.) Die eventually of course.  From starvation if nothing else gets you first.
    LE CŒUR   Kane, Cleansed 12 Welcome to the Literary Encyclopedia ncreasingly, I’m finding performance much more than acting; theatre more compelling than plays. Unusually for me, I’m encouraging my friends to see my play Crave before reading it, because I think of it more as text for performance than as a play.∗∗
    ACTEUR OC  Can't have this again. A Stunned. B Storred. M I have a black side I know. I have a side so green you will never know B Have another drink, another cigarette.
    M Somtimes the shape of my head alarms me. When I catch sight of it reflected in a darkened train window, the landscape passing throught the image of ma head. Not that there is anything unusual or … alarming… about the shape of  my head, but it does.… alarm me. A Why do you do this? C I find it alarming M There's so little time.
    LE CŒUR   Sarah Kane - Formally, I’m trying to collapse a few boundaries as well. To carry on with
    making the form and content one. That’s proving extremely difficult...What I have to do is keep the same place but alter the time and action. Or you can actually reverse it and look at it the other way around: that the time and place stay the same, no the time and the action stay the same, but the place changes. I depends actually how you look at the play... For me the form did exactly mirror the content. And for me the form is the meaning of the play, which is that people’s lives are thrown into complete chaos with absolutely no warning whatsoever. (Rebellato, 1998) Dangereux please open the curtains (A very long silence.)
    ACTEUR OC   Ian Loved me last night. Cate I didn’t want to do it. Ian Thought you liked that. Cate No. Ian Made enough noise. Cate It was hurting (31).
    ACTEUR OA   Soldier She is in there? Ian Who? Soldier I can smell the sex.  He begins to search the room.... The Soldier is searching a chest of drawers. He finds a pair of Cate’s knickers and holds them up.  Soldier Hers? Ian Doesn’t answer. Soldier Or yours. He closes his eyes and rubs them gently over his face, smelling with pleasure. What’s she like? Ian Is she soft?  Is she - ?
    LE CŒUR   (38). https://dspace.lasrworks.org/bitstream/.../09ENG-ZhurbaDina.pdf?... 1Pages similaires+1 de vous en mode public pour ce contenu Annuler Format de fichier: PDF/Adobe Acrobat - Afficher Acteur -My thanks to all the writers, directors and actors, both at New Dramatists and in the UK, who gave their time to help develop this play.For the patients and staff of ES3 CLEANSED SARAH KANE http://www.scribd.com/doc/24140567/Sarah-Kane-Cleansed. Dangereux please open the curtains

    (A very long silence.) …/…

    All STAY

    Bien-sûr la méthode pour obtenir les scènes est irrespectueuse d'un public qui voudrait la lumière. Elle permet seulement d' avancer vers une dernière fois toujour à recommencer, sans définition, avec personne, sans démonstration, sans justice, sans garde fou. Juste du son. Juste musique. M. Pelana

    ®© studio point to point


    1 commentaire
  • Sarah Bernhardt (1844-1923) "Rêve de Théroigne de Méricourt" Fragment de la scène VIII, acte V. Pièce de Paul Hervieu 1902

    "The dream of Theroigne Méricourt"
    "Dream of Theroigne Mericourt" Hard ZON-O-PHONE
    International Zonophone Company 25cm, catalog number X-2129 [recorded in Paris, January-February 1903].

    Acte V scène VIII
    THÉROIGNE > Dans les profondeurs du sommeil, j'entendais une immense acclamation. Une femme m'apparut, que tous saluaient de ce même cri : "- Vive la Révolution!" Mais, dans les traits de son visage, je reconnus, avec stupeur, le mien.

    LA FOULE > Ha! ha! ha!

    THÉROIGNE > C'était moi! J'incarnais la Révolution. J'étais parée de belles couleurs blanches, rouges et bleues. Je tendais vers tout l'univers des mains fraternelles. Je prononçais des phrases sublimes. J'accomplissais des actes prodigieux. J'étais, vous dis-je, la Révolution !

    LA FOULE > Ha! ha! ha!

    THÉROIGNE > Soudain, le froid d'une bouche morte s'approcha de mon oreille. Ce François Suleau, dont j'ai assuré l'immolation, me suivait et me disait : "- Tu as goûté au moyen le plus sûr d'avoir toujours raison; tu ne te déshabitueras plus de tuer le contradicteur, de tuer pour qu'on se taise, de tuer encore, parce que tu auras tué !" Et je me sentis précipitée dans un océan pourpre, sur lequel roulaient des milliers de têtes coupées chez toutes les castes : têtes fines à cheveux d'argent, têtes hâlées d'où pendaient des barbes grossières, blondes têtes de femmes, des têtes même d'enfants ! Je me défendais contre leurs dents grinçantes.

                           Je criais : "- Erreur!... Vous me prenez pour la tyrannie. C'est elle seule qui, depuis les origines du monde, a eu le loisir de faire tant de têtes sans corps... Moi, vous voyez bien ma cocarde fraîche ! Je suis la Liberté nouvelle ! Je suis la généreuse Révolution !..." Mais toutes les têtes aux yeux fixes répondaient "C'est pourtant toi !... C'est toi qui nous as tranchées au ras des épaules, ouvrant ainsi les sources rouges, vidant les précieux réservoirs de sang qui se sont perdus en cette mer fumante. C'est toi, égale aux pires tyrannies, toi ! toi ! Révolution !"

    شكرا

     

    Sarah BERNHARD par Gaspard Félix TOURNACHON <NADAR>


    Une femme, une ville : Sarah Bernhardt 3/3 : Belle Ile en Mer

    La maison de Sarah Bernhardt à Belle ïle en mer documentaire Etiquette Productions > Carte

    Sarah Bernhardt Monstre Sacré

    Reynaldo Hahn The Dreams of Prince Églantine Pianiste Magda Taglaferro 

    Sarah Bernhard Sound

    Sarah Bernard Bio

    Anne-Josèphe Théroigne de Méricourt

    Henri Ducasse, député, a dit qu'il allait cesser ses relations avec Sarah Bernhardt attendu qu'il l'avait surprise avec le comte de Rémusat, son collègue à l'assemblée (...). Il a ajouté qu'il ne comprenait pas comment cette actrice consentait à recevoir des hommes aussi âgés. Il est bon de remarquer que M. Ducasse est lui-même très âgé, et de plus infirme. Lire plus Dans les secrets de la police, sous la direction de Bruno Fuligni. Editions de l’Iconoclaste. 336 pages. 69 €, ou Le livre des courtisanes Gabrielle Houbre 32 €

    © Studio point to point


    votre commentaire
  • Dans l'extrait du documentaire FFCC 17 visible sur youtube nous pouvons voir en images Gertrude Stein avec ou sans lunettes lire et rire en noir et blanc.


    Emma Morin
    jouera le j
    eudi 4 novembre 2010 à 20h à l'Odéon théâtre de Nîmes Listen to me du généreux auteur "Gertrude Stein". Contemporain de James Joyce, Virginia Woolf, Ezra Pound... Picabia, Picasso, Mondrian… Roussel, Satie, Craven… l'écrivain a participé au possible de textes proposant "une infini précision sonore" d'un présent chaque fois renouvelé.

    Écrit en anglais et traduit en français par Gertrude Stein Listen to me est le récitatif d'un acte en train de se faire dans l'action que nous vivons : le spectacle ! C'est la fréquence précise et indéterminée qui se réalise devant, et, avec chacun de nous ! Un texte-trame engagé et dévoué au concret du matériau-mots qui transpire le feu de la langue : Un amour comme degré nu !

    Emma Morain a une formation multiple : musicienne et danseuse classique ; elle a expérimenté de la danse bûto, le yoga… Elle fut dirigée et a travaillée avec les personnalité remarquables que sont : Fanny Gaillard, Jean-Jacques Roubine, Geneviève Schwoebel, Madeleine Marion, Dominique Frot, Christian Rist, Sébastien Roux, Manon Avram. Elle enseigne actuellement au Théâtre de la Bastille de Paris France.

    Voix de Emma Morin "Le regard du portrait" texte de Jean-Luc Nancy.Réalisation Collectif K.O.com, Manon Avram

    Une pièce avant les actes de Gertrude Stein Listen to Me
    Conception et jeu Emma Morin

    Lumière Laurent Bénard
    Assistant Marc Pérennès
    Film La Casa Ideale de Erwan Mahéo, 1996
    Vidéo 2008 Carole Cheysson
    Production et diffusion Marc Pérennès en collaboration avec Youness Anzane pour Le Cercle Nombreux.

    Théâtre de Nîmes - Odéon

    + d'infos

    Gertrude Stein - "If I told him - a completed portrait of Picasso" from Revista Modo de Usar 

    Voix de Gertrude Stein The Making Of Americans

    Dossier presse listen-to-me.pdf

    Photos diaporama Gertrude Stein

    © Studio point to point


    1 commentaire
  • Mythologie d’un siècle pris dans l’engrenage de la vitesse et de la technologie, Crash(s) ! Variations est une exception théâtrale. Cette adaptation très libre du roman de James Graham Ballard se situe dans la suite des films atrocement spectaculaire de Harley Cokliss, et du sulfureux de David Cronenberg.

    Dans un drive-in fantôme, au milieu de carcasses de voitures et de gyrophares d’ambulances, un couple rescapé surgit. Le public, installé dans des véhicules accidentés, est au centre d’un vertige spectaculaire.

    Vision apocalyptique et érotique, l’installation métallique, sonore et cinématographique de Bruno Geslin ne traite pas d’une catastrophe imaginaire : elle évoque un véritable cataclysme érigé en institution dans les pays industriels. La voiture n’est pas uniquement une métaphore sexuelle, c’est l’image archétypale de la société actuelle, son rapport quasi-pornographique à la technologie. Crash(s) ! exacerbe le mélange d’horreur et d’érotisme provoqué par le mariage funeste de la chair et du métal. Cherchant à explorer le choc frontal et brutal de l’accident, Bruno Geslin déclenche une expérience théâtrale extrême assurée par sa maîtrise de la mise en scène, corrosive et ultrasensorielle.

    Vision apocalyptique, Crash(s) ! Variations conduit l’expérience des sensations à son paroxysme érotique et violent, dans un étourdissement halluciné.

    Très librement inspiré de Crash, de James Graham BALLARD
    Conception scénographique et mise en scène Bruno Geslin

    Composition musicale Teddy Degouys et Marc Sens
    Images Bruno Geslin et Romain Tanguy
    Costumes Laure Mahéo
    Création lumière Maël Iger
    Régie lumière François Rault
    Régie son Teddy Degouys et Pierre-Yves Croguennec

    Avec
    Magali Milian, Romuald Luydlin, Delphine Rudasigwa, Marc Sens.

     

    Spectacle à la mémoire de Soaz Le Lay
    Administration Danièle Montillon.
    Coproduction Le Quartz – Scène nationale de Brest, La Grande Mêlée, La Ferme du Buisson.
    Production déléguée La Grande Mêlée.

    + sur l'histoire visuelle de CRASH (vidéos web)

    Toward crash. film de Harley Cokliss en 1971 basé on J. G. Ballard's short story Crash! Starring J. G. Ballard and Gabrielle Drake.

    (CRASH! HARLEY COKLISS FILM,PART 1 & 2)


    Crash! film de David Cronenberg en 1996 basé on J. G. Ballard's  Starring James Spader and Holly Hunter.

    (CRASH,DAVID CRONENBERG FILM,PART 4 & 9)

    L'interessant travail de Bruno Geslin vous est donné : à vivre! À voir! jusqu'à vendredi.

    PROFITER en PLEINEMENT

    Salle des Expositions, Stade des Costières de Nîmes
    Lundi 31 mai 2010 à 20h
    Lundi 31 mai 2010 à 21h30
    Mardi 1, mercredi 2, jeudi 3, vendredi 4 juin 2010 à 20h
    Mardi 1, mercredi 2, jeudi 3, vendredi 4 juin 2010 à 21h30 - Salle des Expositions, Stade des Costières

    © Studio Point to point


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique