• De la rue Bogotá à Delarue Jean-Luc

    El bar le da homenaje a Jean-Luc Delarue.

    El bar es el más antiguo en su genero en el norte de Bogota,Calle 57 9-37, con mas de 18 años de existencia , anteriormente " BAR FRANCES LA RUE QUATRE VINGTS "

    Avenida Calle 57 # 13-65  Bogotá D.C., Bogotá 110231, Colombia

    © studio point to point


    votre commentaire
  • "Palestine Street, rue de Sauvage, ça traine" Diorama from point to point Gallery 

    "rue de Palestine, rue de l'abbé de Sauvage" est la reconstitution d'un travail in-situ. Celui de la rue de Palestine photographié par Laurent Malone à Paris en 2001, représenté, ici: à demi, arrêté dans sa reconstruction, rue de l'Abbé de Sauvage à Nîmes en 2012.
    Présent comme barricade sur la vitre de la galerie from point to point (le regard appuyé de Claude Viallat qui y vit le "diorama" permis de penser une vidéo qui autorisa une déposition politique avec pour la bande-son, une superposition d'extraits sonores de Max Neuhaus qu'il interpréta pour les musiciens: Brown, Feldman, Bussotti, Cage, Stockhausen.

    Page en cours © studio point to point


    votre commentaire
  • "Corner Light" the studio Seb Jarnot, August 2012. "Coin de Lux", à l'atelier de Seb Jarnot août 2012

    "Squareland", à l'atelier de Seb Jarnot août 2012. "Squareland" the studio Seb Jarnot, August 2012.

    + d'infos

    votre commentaire
  • Bruxelles, bières, and Point to Point Studio

    Marcel Broodthaers, Le Corbeau et le Renard, a seven minutes colors film that was shown at Knokke-Heist, 1967.
    Marcel Broodthaers, Le Corbeau et le Renard, un film en couleurs de 7 minutes présenté à Knokke-Heist,,1967.

    © studiopointtopoint


    votre commentaire
  • portrait de décembre

    Une image n'est pas forte parce qu'elle est brutale ou fantastique >/< mais parce que l'association des idées est lointaine, lointaine. Et juste

    Joseph Ratzinger

    Procédé la distribution des rôles–commencer la répétition–résoudre mes problèmes de mise en scène–régler soigneusement les entrées et les sorties–apprendre son rôle par cœur–travailler améliorer son interprétation–entrer dans la peau de son personnage avoir un rôle de >/<


    Pape-Benoit, Pope Benedict XVI

    L’image est une création pure de l'esprit elle ne peut naître d’une comparaison > c'est Vrai < mais du rapprochement de deux réalités plus ou moins éloignées. > tout con … . à ça je peux plus éviter < Plus les rapports de deux réalités rapprochées seront lointaines et justes, > enfoirés enfoirés < plus l’image sera forte. Deux réalités qui n’auront aucun rapport ne peuvent se rapprocher utilement. Il n’y a pas de création d’image et deux réalités contraires > Ich liebe <  ne se rapprochent pas, >< elles s’opposent.

    Autoportrait de Décembre JLG

    + Infos

    Jean-Luc Godard entretiens et Documents

    Adieu au Langague Jean-Luc Godard 2014

    © studio point to point XXI°


    votre commentaire
  • Nothing to cast, No smoking - Défense de fumer, Forbidden dogs - Interdit aux chiens

    The song was recorded in early 1972, at Whitney Studios in Los Angeles, with producer John Cale, but was not released until 1976, on the Modern Lovers' self-titled debut album. The recording featured Richman; lead guitar, vocals, Ernie Brooks; second guitar, Jerry Harrison; bass, and David Robinson: drums, with Cale playing the repetitive hammered piano part.
    The central character of the song is the charismatic 20th Century artist Pablo Picasso. The phrase "Pablo Picasso was never called an asshole" is repeated throughout the song

    La chanson a été enregistrée et produite début de 1972, aux Studios Whitney à Los Angeles, distribuée en 1976, sur les Modern Lovers leur premier album. L'enregistrement présenté Jonathan Richman: guitare, chant, Ernie Brooks: deuxième guitare, Jerry Harrison; contrebasse et David Robinson: batterie, et, John Cale qui joue la partie de piano.
    Le personnage central de la chanson est le charismatique peintre du XX° Pablo Picasso. L'expression "Pablo Picasso n'a jamais été appelé un trou du cul" en est le leitmotiv. David Bowie la reprend 2003.

    Page en courrs © studio point to point


    votre commentaire
  • Open publication - Free publishing - More autor
    In descandant The views are realized Menard street in Nimes France. Point to Point.
    Les vues ont été réalisées rue Ménard à Nîmes France. En descandant. Point to Point.
    "Moi-même,
    je suis une de ces images; non,
    même cela je ne le suis pas,
    mais seulement une image confuse des images."Johann Gotlieb fichte

    + d'infos





    votre commentaire
  • Even if they are attached in the back ! même si elles sont attachées sur le dos ! PointtoPoint Studio

    Project FUKUSHIMA!

    Activity Report/One year later: looking back at last year's activity-looking ahead to plans for 2012

    Otomo Yoshihide / Avril 2012

    We wanted to send the message, "The future is for us to make."

    The festival was covered widely in the media and stirred up a surprising amount of controversy. Some of the arguments were almost hysterical, but many of them made us think. The opinion we heard most often was: "You shouldn't do anything that will expose people to radiation--that's murderous." I thought it might be a sound argument, but at the beginning I couldn't judge whether it was sound or not because I didn't have enough scientific knowledge. I really felt that we needed a scientist to help us study this issue.

    Then I happened to see a special program on NHK Educational TV called "A Radioactive Contamination Map Created through a Network." As a result, I met Prof. Shinzo Kimura and we started looking ahead to the festival--but I'll save that for Part 2.

    There is no safe radioactivity. But that doesn't mean our world was ever radiation-free. We've always been exposed to tiny amounts of radiation, even before the accident. The amount of radiation people would be exposed to by going to Fukushima and spending 10 hours at the festival does not exceed 1mSv per year, which the government has indicated as the maximum acceptable annual amount. What's more, the radiation level at the festival venue, Four Seasons Village, is about one-third the level in Fukushima City, so you could actually say it's better for the people of Fukushima City to come to the festival.

    Of course, there are places in Fukushima prefecture where radiation levels are so elevated that people had to leave right away. But there are many other places where that wasn't the case. A lot of people live amid a range of radiation levels, and many are really struggling with the issue of evacuation. On the other hand, some of the people who left Fukushima are thinking they want to go back soon, and some who say they'll never leave Fukushima privately want to leave. So the situation in Fukushima can't be described in just a few words. Everyone is extremely anxious.

    In this situation, I could never try to tell people that they should or should not evacuate, since people have very different circumstances and I think they need to make this kind of life-changing decision for themselves. All we could do was respect whatever decision they made, and send the message, "Let's break the deadlock of this situation by looking squarely at reality."

    The message we really wanted to send wasn't "Fukushima is alive and well" or "Hang in there, Fukushima!" but "We can make the future with our own hands." And so we decided to make the festival's catchphrase "The future is in our hands."

    Festival FUKUSHIMA! took place on August 15 at Fukushima City Village of Four Seasons and Azuma Baseball Stadium. Michiro Endo, Otomo Yoshihide, and Ryoichi Wago were the Executive Committee representatives. At the venue, to ensure against the worst-case scenario of cesium coming into direct contact with people's skin or spreading through the air, many furoshiki (traditional Japanese multi-purpose cloths) gathered from all over Japan were spread over the ground to make a giant furoshiki of 6,000m2. This was also a work of art meant to convey the message that we won't let the cesium from Fukushima spread further. There were over 400 performers and about 13,000 visitors at the festival. Over 250,000 people saw it on U-STREAM. The event was covered extensively, for example on NHK's "ETV Special Report" and TBS's "News Special."

    The average person may think of musicians and our colleagues in the music field as flaky, but if nothing else we do what we think is right, and we were active in this effort from early on. The music community I'm in isn't so bad after all--that's how I felt. After the disaster, as time passed it gradually became clear that we wouldn't be able to see any progress without this kind of cultural activity.

    At the festival in August, everyone from musicians to the people behind the scenes worked without pay and even brought their own equipment. Normally you could never put on a festival this big without running up tens of millions of yen in expenses. We were able to do it, and without charging admission, thanks to all those people. Truly, there's no way I could possibly thank everyone enough. And if I did, they'd probably all say, "Give me a break. We came because this is our problem, too."

    I think this first festival gave the people of Fukushima hope that "a message can be sent from Fukushima." That wasn't our original objective, but I'd be really happy if that's how it turned out. I think it also turned out to be an opportunity for people outside of Fukushima to think about the situation, whether they agreed with our ideas or not. I'm very glad about that, too. For the festival's second year, though, I think we need to do more than that. If the first year opened the door, in the second year and thereafter we'll need to ask the question, where do we go from here?

    …/… 

    The theme for 2012 is "Different ways of thinking make the world rich."

    Right now the project members are coming up with lots of ideas about things we could do in 2012, and many of them are really interesting. I can't tell you what they are yet, but I think you'll like them.

    Last year the 6,000-square-meter furoshiki spread over the Village of Four Seasons became a sort of symbol of the first edition of the festival. Now we'd like this giant furoshiki, in a different form, to be a connection to the second edition. So the idea that we came up with was to make it into flags. Every furoshiki has a different design, and they're like patchworks made from pieces of fabric sewn together. We thought if we make the furoshiki into flags, it'll be interesting because they'll all have different designs.

    If we take this huge number of different-size flags made from the furoshiki--there may be hundreds or thousands of flags, I don't know--and suddenly put them up all over Fukushima City on August 15, it might be pretty interesting. Anyway, this is the vision we have at the moment.

    We're planning to hold the festival over a 12-day period from August 15 to 26, and now we're thinking about having different things happening in different places rather than a single large event. For instance, over the 12-day period the flags could be scattered around the world--not just one, like in the Olympic torch relay, but a number of flags with different designs--and as they fan out, a variety of events could be held in different parts of the world. It'd be even better if we could make it possible for people to see the flags online as they go all over the place. Of course, this is still in the dreaming stage, but the point is, we'd like to send a strong message that "We are not one." This is not meant in a negative way at all. It's a response to the attempt to unite people as one entity, which, ironically, ended up dividing people. We'd like to send the message that, no, that isn't right--people have different ways of thinking, and that's what makes the world rich.

    For instance, it would be great if we could connect these separate ways of thinking but allow them to remain separate, with a system similar to the "smart grid" featured in the energy revolution advocated by Professor Kaneko. In the "smart grid" the energy from many different types of electric power plants is shared through the use of computers, rather than having everything covered by the energy from a single large-scale plant. I think a big theme of the festival this year will be how different ways of thinking can create a network.

    A loose, broad-minded, high-spirited event that transcends divisions

    Last year many connections were born from the process of collecting furoshiki; and when we make flags from the furoshiki this year, a likely result is some kind of unexpected framework in which everyone can take part. Not just that, but we can make new flags ourselves. Not ready-made flags--we can make flags however we like, and no two will be the same. People will be able to participate by either making a flag or just coming to watch.

    We'd also like to have a lot of discussion events--we could hold them in various places around the city, for example. What's really important, I think, is discussion, talking--music can just be a side show (laugh). No, no, I'm kidding. I do think we should make music the main event. I wonder who will take part this year. You can be sure there's going to be art as well as music. At the same time, this year I'd also like to place importance on talking. We need both serious discussion and frivolous conversation. In fact, I think it'd be great if people from the national and Fukushima governments could come by anytime and join in the discussions. Maybe they're not that casual, I don't know. But it'd be nice if they decided to come just because it sounds sort of interesting.

    We'd like it if various people expressed various opinions. We want the event itself to be like the flags made from a patchwork of furoshiki sewn together, something everyone can be part of. How can we make this kind of event with this loose feeling? Broad-minded, wide-ranging and high-spirited, but also cynical at times. Anyway, I hope we can say, "We don't want to unite as one." (laugh)

    The big issue from now is going to be "How to send the message to other countries."

    We'd like to send dozens of the flags made from the furoshiki to other countries. Of course, they'd be thoroughly decontaminated first. A big problem that came up in last year's event was the international aspect.

    Actually, last year we made a big error. We really wanted to make the festival a worldwide series of simultaneous events, and there actually were events in New York, London, Beijing, Seoul, Singapore and so on; but it was hard to see exactly what sorts of festivals were held there. And the language problem really tripped us up. In terms of communicating the changing situation, the thing we most regret is that we didn't send the message overseas in a satisfactory way. In order to connect with the world, we would have had to instantly transmit everything in English, but not all of us are proficient in English. Personally, I'm not capable of explaining this sort of difficult issue in English. In the end we were late in making our English website, too. The experience made us think really hard about how we in the domestic Japanese-speaking world should connect with non-Japanese speakers.

    Since the earthquake, three books have been published about this project, all of them in Japanese only. If anyone reading this article would like to help with this, please get in touch.

    Project FUKUSHIMA! as a forum for discussion

    This project is obviously going to turn into a long-distance run. But how long is long-distance? Even though the government has announced that the nuclear power plant had been successfully contained, there's no real prospect of resolving the situation. Will it take decades? Maybe centuries? Will the situation continue throughout my lifetime and longer? As for Project FUKUSHIMA!, not even I know what will happen in the future. I only know that in order to keep going, we'd like it to be something flexible and ever-changing, rather than something with a fixed format like a traditional performing art--because the situation itself is ever-changing. And I'd like our thinking to be free and flexible enough that if it gets to a point where we think, "It isn't really worthwhile to keep doing what we're doing," we'll quit immediately and turn it into a different kind of activity.

    This article is an edited version of the first chapter transcribed for the publication of Japan's Future Starting from Fukushima, a book of conversations with Prof. Masaru Kaneko of Keio University Department of Economics, and Tatsuhiko Kodama, professor at the University of Tokyo's Research Center for Advanced Science and Technology (systems biology) and director of the University of Tokyo Radioisotope Center. It's certain that before the disaster I would never have had occasion to meet them or to work with Shinzo Kimura, Associate Professor of Dokkyo Medical University, who is mentioned in the text.
    There were so many things that I, a mere musician, didn't know how to interpret. Recently I also had the opportunity to speak to Hiroshi Kainuma, the young sociologist who wrote "Fukushima" Theory, and he helped me gain a much greater understanding of the current situation. In addition, it was thanks to many friends living in Fukushima that I found a direction for my activity. Over those months I was keenly aware of the importance of meeting people face to face and talking with them.
    What's necessary for Fukushima first of all is that it suffer no further damage, and that this kind of accident never happen again. It all comes down to that. And it's no exaggeration to say that turning FUKUSHIMA into a name with a positive sound will depend on what kind of future we can transmit from Fukushima. If Project FUKUSHIMA! has a reason for being, I truly think this is it. And I don't think it's an issue for Fukushima alone.                      Translation by Cathy Fishman +++ LINK

    the sea road ? la route de la mer ?  PointtoPoint Studio

    Projet FUKUSHIMA ! / Rapport d'activités: un an déjà Bilan de l'activité passée/Prévisions pour 2012

    Le Projet "FUKUSHIMA !" : une tentative de créer une vision d'avenir pour Fukushima.

    Nous devions tout d'abord nous trouver un medium apte à diffuser notre propre information. La première personne à laquelle nous avons songé pour cela fut Naohiro Ukawa, directeur de DOMMUNE, station de télé sur le net à Tokyo. On présenta KOCO Radio, station communautaire sur la bande FM basée à Koriyama, à Ukawa en lui demandant s'il pouvait en faire une chaîne de télé qui diffuserait sur le Net l'information émise en direct depuis Fukushima. C'est ainsi que le 8 mai 2011, la station de télé DOMMUNE FUKUSHIMA démarra ses programmes sur Internet. Si quelqu'un avait eu avant la catastrophe l'idée de diffuser de l'info depuis Fukushima à destination de Tokyo, je doute que quiconque à Tokyo s'y serait intéressé. Comme presque toute l'information arrivant à Fukushima après la catastrophe véhiculait le point de vue qu'en avait Tokyo, il était absolument capital que nous puissions diffuser directement les opinions et sentiments de la population de Fukushima, sans devoir nous en remettre à Tokyo.

    Parallèlement, on organisa des réunions d'étude sur la radiation à "l'Ecole de Fukushima !", on ouvrit aussi une école de poésie et de musique, et on se mit à diffuser des travaux vidéo et de la musique sur le site web "DIY FUKUSHIMA !". Tout en assurant la continuité de la diffusion, on gardait en ligne de mire notre cible principale : la tenue d'un festival en plein air le 15 août, ayant pour nom "Le festival de FUKUSHIMA !". Plutôt qu'un message ciblé, nous voulions juste montrer aux gens la situation réelle à Fukushima – ce qui en soi constituait déjà un message. Nous savions bien sûr qu'il allait y avoir des avis pour et contre la tenue d'un festival en plein air à Fukushima, là où les niveaux de radiation étaient supérieurs à la normale. Mais nous pensions dépasser ces clivages, non seulement en diffusant les avis favorables comme défavorables, mais surtout en fournissant une réponse à chaque question soulevée. De fait, nous nous disions que le fait de communiquer de façon pertinente sur la situation réelle à Fukushima montrerait comment nous surmontions chaque obstacle et faisions face à chacune des difficultés.

    On se posa aussi la question de savoir si l'on pouvait ou non inviter la population à un événement en plein air, sachant qu'il faudrait alors forcément vérifier les niveaux de radioactivité : le gouvernement ne le faisant pas, c'était à nous de les communiquer et de les interpréter, avec l'aide d'experts bien entendu. Afin d'éviter que la nourriture ne présente le moindre danger, nous nous devions d'en mesurer le taux de radioactivité, et de communiquer les résultats au grand public. Les médias ne communiquaient pas ? Nous aurions les nôtres. Le gouvernement ne faisait pas son boulot ? Nous le ferions à sa place. Porter tout ce processus à la connaissance du grand public, voilà ce qui nous paraissait capital.

    Une autre de mes motivations, toute aussi importante bien qu'intuitive, était que la forte envie qu'avaient tous ces gens de monter ce festival tenait précisément au fait qu'ils étaient passés par ces évènements terribles. A bien y réfléchir, la plupart des festivals qui subsistent encore aujourd'hui ont été créés suite à des épidémies, des incendies, des séismes importants, à une époque où n'existaient ni science ni technologie : les gens s'y investissaient afin d'apaiser les dieux, de prier pour l'âme des défunts, et le festival devenait pour les survivants un moyen d'exprimer leurs sentiments et croyances quant à leur désir de vivre – une sorte de manifeste en quelque sorte. Suite au séisme, les populations des zones sinistrées voulaient faire revivre les festivals traditionnels, mais il y avait aussi des individus qui comme moi avaient quitté Fukushima justement pour prendre de la distance avec ce genre de choses. Les festivals d'été de danses traditionnelles et de chants folkloriques sont sympathiques, mais plus personne n'écoute ce genre de musique, et quant à notre génération, elle aime le jazz, le rock, ou la techno. Nous n'avons pas grandi en baignant seulement dans la culture locale, mais dans une culture plus globale – qu'on pourrait dire "pervertie par l'Amérique" si ce n'était pas un peu trop simpliste, dans la mesure où nous avons trouvé notre propre façon d'être en incorporant avec discernement ces musiques à nos existences.

    Nous voulions transmettre ce message : "Nous fabriquerons notre futur".

    Le festival fut bien relayé dans les médias mais, curieusement, souleva une belle polémique. Si certains arguments avancés étaient carrément hystériques, d'autres nous firent cogiter. L'opinion la plus commune était : "Vous ne devriez pas faire quoi que ce soit qui puisse exposer la population aux radiations : c'est criminel". L'argument me paraissait solide, mais en l'absence de connaissances scientifiques suffisantes, je ne pouvais pas totalement le valider, et il nous parut nécessaire qu'un scientifique nous aide à étudier la question. C'est alors que je tombai sur une émission sur la chaîne éducative de la NHK intitulée : "Comment dresser la carte d'une contamination radioactive avec un réseau internet ?", ce qui m'amena, tout en continuant d'avancer sur le festival, à rencontrer le professeur Shinzo Kimura. Il n'existe pas de saine radioactivité. Cependant, notre monde n'a jamais été pour autant exempt de toute radiation. Nous avons toujours été exposés à d'infimes quantités de radiation, et ce avant même l'accident. La quantité de radiation à laquelle seraient exposés des individus venant à Fukushima et passant une dizaine d'heures au festival n'excéderait pas 1 millisievert, quantité décrétée acceptable annuellement par le gouvernement. Qui plus est, le niveau de radiation sur le lieu du festival, le Four Seasons Village (le Village des Quatre Saisons), n'affichait qu'un tiers du niveau enregistré à Fukushima City, de sorte que l'on pouvait affirmer qu'il valait même mieux que les habitants de Fukushima City viennent au festival.

    Bien sûr, on trouvait des endroits dans la préfecture de Fukushima où les niveaux de radiation étaient si élevés que leurs habitants devaient s'en aller immédiatement, mais aussi beaucoup d'autres où ça n'était pas le cas, et encore beaucoup d'autres individus vivant dans un entre-deux, ce qui les amenaient à s'opposer à toute idée d'évacuation. Et puis, on avait aussi ceux qui ayant quitté Fukushima pensaient à y revenir, et ceux qui, ayant pourtant affirmé ne pas devoir quitter Fukushima, voulaient quand même s'en aller : la situation, à ce moment-là, ne saurait être décrite en quelques mots, tout le monde étant alors rongé d'inquiétude, et il m'était difficile de dire aux gens s'ils devaient ou non évacuer, chacun vivant des situations particulières et la décision de changer de vie n'appartenant qu'à eux seuls. On ne pouvait que respecter leur décision, quelle qu'elle soit, tout en martelant cependant le message : "Sortons de l'impasse en nous confrontant franchement au réel".

    Le message que nous voulions envoyer n'était ni "Fukushima vit bien", ni "Tiens bon Fukushima", mais : "Nous pouvons bâtir notre futur", et c'est pourquoi le slogan du festival serait : "Le futur est dans nos mains".

    "Le Festival Fukushima !" se déroula le 15 août au Four Seasons Village et à l'Azuma Baseball Stadium de Fukushima City. Michiro Endo, Ryoichi Wago et moi-même étions les délégués du Comité exécutif. Sur le site, on prit des mesures préventives contre le pire scénario possible, celui du césium entrant en contact direct avec la peau des festivaliers ou se propageant par voie aérienne : nous avions fabriqué à même le sol un immense furoshiki (emballage en tissu) de 6000 m2 à l'aide d'innombrables furoshikis récoltés dans tout le Japon ; c'était aussi une réalisation à dimension artistique, destinée à véhiculer le message selon lequel nous ne laisserions pas le césium de Fukushima se répandre partout ailleurs. Le festival réunit environ 400 performers et 13.000 visiteurs, 25.000 personnes le suivirent sur U-STREAM, et l'évènement fut largement couvert, notamment sur ETV Special Report par la NHK et sur News Special par TBS.

    Il se peut que le citoyen lambda, tout comme nos collègues de la scène musicale, aient trouvé les musiciens plutôt confus, mais au moins ceux-ci ont-ils toujours fait ce qu'ils pensaient être juste. La communauté musicale à laquelle j'appartiens est loin d'être aussi nulle que ça – du moins je le crois. Dans cette ère post-catastrophe, ainsi qu'à l'avenir, il paraît clair que nous ne pourrons enregistrer le moindre progrès sans ce type d'activité culturelle. Au festival d'août, chaque musicien ou technicien non seulement travailla sans être payé, mais encore apporta son propre matériel. D'ordinaire, on ne peut pas monter un tel festival sans dépenser des millions de yens : nous l'avons pourtant fait sans grosses dépenses, grâce à tous ces gens que, sincèrement, je ne remercierai jamais assez, et si je le faisais, ils me diraient probablement : "Lâche moi avec ça, on est venu parce qu'on se sent concerné aussi."

    J'ai l'impression que ce premier festival a rendu l'espoir à la population de Fukushima, du simple fait qu'un message ait réellement pu être émis par Fukushima, et même si ce n'était pas notre objectif premier, j'étais vraiment heureux de cette orientation, tout comme du fait qu'ainsi des gens hors Fukushima, approuvant ou non nos idées, aient pu se pencher sur la situation. Pour la deuxième édition du festival, j'estime qu'on doit faire encore mieux, et si la première a ouvert la porte, la deuxième et les suivantes doivent poser la question : "Où allons-nous désormais ?".

    …/…

    Thématique 2012 : "Divers courants de pensée enrichissent le monde".

    Dès à présent, les acteurs du projet viennent avec des idées sur la façon dont on pourrait faire les choses en 2012, plusieurs étant vraiment intéressantes. Je ne vous dis pas encore lesquelles, mais je suis sûr qu'elles vous plairont.

    Les 6000 m2 de furoshikis répandus l'an passé sur le Four Seasons Village sont devenus comme le symbole de la première édition du festival, et on aimerait que, sous une autre forme, ce gigantesque furoshiki passe le relai à la deuxième édition : l'idée serait d'en faire des drapeaux. Chaque furoshiki présente un motif différent, étant lui-même une sorte de patchwork assemblé à partir de chutes de tissus cousus ensemble ; du coup, si nous découpons le furoshiki en drapeaux, le réassemblage de tous ces motifs deviendra très intéressant. Si l'on prend un très grand nombre de drapeaux de tailles différentes réalisés à partir du furoshiki – et il y en aura peut être des centaines voire des milliers – et qu'on les plante au dessus de Fukushima City le 15 août, ça peut avoir de la gueule. Voilà notre façon de voir les choses pour le moment.

    On prévoit un festival sur 12 jours, du 15 au 26 août, avec différents événements se déroulant à différents endroits, plutôt qu'un seul grand événement sur un seul site. On aurait, par exemple, sur ces 12 jours, des drapeaux disséminés partout dans le monde – pas qu'un, façon torche olympique, mais plusieurs drapeaux aux motifs très différents – et tandis qu'ils se déploieraient, se dérouleraient un peu partout dans le monde divers évènements. Et ça serait formidable si, en ligne aussi, les gens pouvaient voir les drapeaux chaque fois qu'ils changeront de site. On en est encore au stade du rêve, mais il n'empêche qu'on aimerait bien envoyer un message fort, du genre "Nous ne sommes pas qu'un" – ceci dit sans connotation négative, mais comme une réponse à cette tentative de vouloir réduire les individus à une seule entité, chose qui, ironie du sort, finit toujours par les diviser. Notre message sera carrément : "Non, cette façon de voir n'est pas la bonne, les individus pensent différemment et c'est ce qui contribue à la richesse du monde".

    Par exemple, ce qui serait idéal serait de pouvoir faire se connecter ces différentes façons de penser, tout en leur permettant de rester indépendantes, via un système semblable à "la grille intelligente" telle qu'elle figure dans la révolution énergétique préconisée par le professeur Kaneko. Avec cette "grille intelligente", l'énergie provenant de différents types de centrales électriques est gérée par divers ordinateurs, plutôt que tout soit régi par l'énergie provenant d'une seule usine de très grande envergure. Selon moi, cette année, la thématique principale du festival sera de montrer comment différentes façons de penser peuvent créer un réseau.

    Un événement suffisamment vague, large d'esprit, plein d'entrain transcendant les divisions.

    L'an dernier, de nombreux contacts ont pris lors du processus de création du furoshiki ; la fabrication des drapeaux constituera peut-être encore cette fois une sorte de cadre informel au sein duquel tout un chacun pourra participer. On inventera de nouveaux drapeaux, selon nos goûts propres, non pas des drapeaux déjà tous prêts, mais ceux qui correspondront au rêve de chacun : ainsi n'y en aura-t-il pas deux semblables ; les gens pourront participer en fabriquant le leur, ou en venant juste les admirer.

    On aimerait aussi avoir un maximum de forums qui pourraient se tenir un peu partout dans la ville et où l'échange, la discussion seraient privilégiés – et la musique n'y serait alors qu'un faire-valoir... Non, non, je plaisante : je continue à penser que la musique doit rester l'évènement majeur. Je ne sais pas qui participera cette année, mais soyez sûr qu'il y aura autant de musiciens que d'artistes. Mais cette année, j'aimerais qu'une place importante soit laissée à la prise de parole. Nous avons besoin de discussions sérieuses, tout autant que de conversations plus légères. J'aimerais autant que possible que se joignent à nos discussions des membres du gouvernement ainsi que des responsables de Fukushima ; peut-être ne saisiront-ils pas cette opportunité, je ne sais pas trop, mais ça serait bien qu'ils se décident à intervenir...

    Nous aimerions que toutes les opinions soient exprimées, que l'évènement soit à l'image des drapeaux fabriqués à partir de ce furoshiki, lui-même déjà immense patchwork, un truc dont tout un chacun puisse faire partie. Est-ce possible de réaliser un évènement à partir d'une idée aussi vague, large d'esprit, ouverte et pleine d'entrain, quoique assez cynique par moments ? Quoiqu'il en soit, j'espère que l'on pourra dire : "Nous ne voulons pas faire qu'un".

    Le défi à relever : comment faire parvenir le message aux autres pays ?

    Nous aimerions envoyer des douzaines de drapeaux faits à partir du furoshiki à d'autres pays. Bien entendu, ils seront préalablement décontaminés. La difficulté, l'an dernier, fut bel et bien cette dimension internationale. Il est évident que nous avons commis des erreurs. Notre souhait, déjà à l'époque, était que ce festival se traduise par des séries d'évènements simultanément partout dans le monde, et il y en eut à New York, Londres, Pékin, Séoul, Singapour, etc., mais ce ne fut pas facile de vérifier la nature exacte de ce qui se passait, tellement on butait sur des problèmes linguistiques. Pour ce qui fut de la communication sur l'évolution de la situation, notre principal regret est de n'avoir pas pu toujours envoyer nos messages de façon satisfaisante : dans ces échanges internationaux, nous avions pris le parti de tout transmettre en langue anglaise, et nous étions loin d'être tous performants dans cette langue (si je me prends pour exemple, je suis incapable d'expliquer ce genre de subtile problématique en langue anglaise), et on a fini par prendre du retard dans la fabrication de notre site en anglais. Cette expérience nous a fait réfléchir à la façon dont nous autres, locuteurs japonais, devons procéder pour établir et garder le contact avec des locuteurs non japonais.

    Projet "FUKUSHIMA !" : un forum de discussion.

    Ce projet prend de fait la forme d'une course de fond, mais quelle en sera la distance ? Même si le gouvernement a annoncé que la centrale nucléaire était désormais entièrement sous contrôle, il n'y a pas de réelle perspective permettant de résoudre le problème. Cela prendra-t-il des dizaines d'années ? Des siècles ? La situation restera-t-elle inchangée durant toute ma vie ? Au delà ? Et c'est pareil pour Projet "FUKUSHIMA !" : je ne sais pas ce qu'il en adviendra dans le futur, tout ce que je sais, c'est qu'on aimerait qu'il soit suffisamment souple et innovant, plutôt qu'un truc formaté comme on en voit traditionnellement dans le domaine de l'art – car il faudra bien tenir compte du caractère évolutif de la situation. J'aimerais que notre façon de penser reste libre et sache s'adapter, de sorte que si on en arrivait au point où l'on se dise : "ça ne vaut plus le coup de continuer à faire ça", on puisse arrêter illico et faire autre chose.

    Le plus important pour Fukushima est qu'on y répare les dégâts et que ne s'y produise plus jamais ce genre d'accident. Tout se résume à ça. Il n'est sans doute pas exagéré d'affirmer que pour que FUKUSHIMA résonne de façon positive, tout va dépendre du type de futur que nous serons capables d'émettre depuis Fukushima. Si Projet "FUKUSHIMA !" a une quelconque raison d'être, je pense sincèrement que c'est celle-ci. Et je ne pense pas que ceci ne soit valable QUE pour Fukushima...

    Traduit du japonais par Cathy Fishman. Traduction de l'anglais par Jacques Debout. Relue et corrigée par Alexandrine Kirmser. +++ LIEN

    + INFOS

    Otomo Yoshihide

    Project Fukushima!

    © studio point to point


    votre commentaire
  • Bye

    Bye, hood, child and water
    Ton rire et le soleil, le corps sous sa lumière
    L'herbe pousse je la prends, l'ombre plane sur le marbre: elle m'attend
     

    Eau tu files derrière la grille. Malin canal tu m'y emporteras. John Greenleaf

    © studio point to point


    votre commentaire
  • Être ou ne pas être, là est la question - immanence
    Avoir ou ne pas avoir, Ici la question - résistance
    Voir ou ne pas voir, question

    - révélation

     

    © studio point to point


    votre commentaire
  • Constantin Brâncuși

    " Je n’ai cherché, pendant toute une vie, que l’essence du vol... Le vol. Quel bonheur ! "

    Lecture du procès Brancusi Douane Des États Unis #01

    En 1927 s'ouvrait à New York un retentissant procès. L'objet du litige était une sculpture de Constantin Brancusi (1876-1957), L'Oiseau dans l'espace : les douanes américaines lui avaient refusé l'exonération de taxe, dont bénéficiaient légalement les oeuvres d'art. Brancusi contre-attaqua, et ainsi commença une procédure judiciaire qui devait faire date par les questions qu'elle soulevait : quels sont les critères pour juger de la notion d'oeuvre d'art ? Une oeuvre d'art doit-elle être belle ? Doit-elle représenta quelque chose ? A qui attribuer le statut d'artiste ? On lira ici l'intégralité des minutes du procès, qui constituent un document irremplaçable pour les historiens d'art, les juristes et les amateurs. Margit Rowell, conservateur en chef du département des dessins du Museum of Modern Art de New York, commissaire de l'exposition Brancusi au Centre Georges-Pompidou en 1995, en a écrit la préface. André Paleologue, historien de l'art, grand connaisseur de l'œuvre de Brancusi, présente la critique du procès dans la presse américaine de l'époque. Plus d'infos

    "Bird in Space" Lire le texte dans reds de Nathalie Heinich It's a bird !

    + d'infos

     Question n° 5

    Avez-vous conçu ou créé l’objet litigieux en cette affaire, désigné sous le nom de « L’Oiseau Bronze », entré dans le port de New York sur le Paris le ou autour du 21 octobre 1926 ?

    Réponse de Constantin Brancusi

    Oui, je l’ai conçue et créée dans mon propre atelier à Paris, dans les années mille neuf cent vingt-cinq et mille neuf cent vingt-six.

    Question n° 9

    Décrivez en détail le travail que vous avez accompli sur ce bronze ; décrivez en détail les processus de sa réalisation et de sa fonte.

    Réponse de Constantin Brancusi

    La première idée de ce bronze remonte à mille neuf cent dix et depuis lors je lui ai consacré beaucoup de réflexions et d’études. Je l’ai conçu pour être créé en bronze et j’en ai réalisé un modèle en plâtre. J’ai donné celui-ci au fondeur ainsi que la formule de l’alliage du bronze et d’autres instructions nécessaires. Lorsque la pièce brute de la fonderie m’a été livrée, j’ai dû combler les trous d’air et la cavité du noyau, remédier aux différents défauts, et enfin polir le bronze avec des limes et du papier émeri très fin. Tout cela je l’ai effectué à la main ; la finition artistique est un travail très long et équivaut à une recréation de l’œuvre entière. Je n’aurais permis à personne d’effectuer les finitions à ma place, le sujet de ce bronze étant ma propre conception et ma propre création, et personne d’autre que moi n’aurait pu mener ce travail à bien d’une manière satisfaisante à mes yeux.

    L’objet du litige était une pièce de métal jaune, dont l’identification laissait les autorités américaines perplexes. De forme mince et fuselée, mesurant 1,35 m de haut et polie comme un miroir sur toute sa surface, elle suggérait aux uns un objet manufacturé – dont l’utilité demeurait cependant mystérieuse -, là où d’autres voyaient une œuvre d’art, aussi belle que celles exposées dans les plus grands musées du monde. Ainsi s’ouvrit à New York, en 1927, le plus célèbre procès autour de la définition de l’œuvre d’art : Brancusi contre Etats-Unis.

    Depuis 1913, la législation américaine exonérait de droits de douane tout objet ayant le statut d’œuvre d’art. La loi précisait que les sculptures devaient être « taillées ou modelées, à l’imitation de modèles naturels » et en avoir également « les proportions : longueur, largeur et épaisseur ». Selon une définition plus large de 1922, les « sculptures ou statues » devaient être « originales », ne pas avoir fait l’objet de « plus de deux répliques ou reproductions » ; (…) avoir été produites uniquement par des « sculpteurs professionnels » (…),  «taillées ou sculptées, et en tout cas travaillées à la main (…) ou coulées dans le bronze ou tout autre métal ou alliage (…) et réalisées au titre exclusif de productions professionnelles de sculpteurs » ; et les mots « peinture », « sculpture » et « statue » (…) ne devaient pas être « interprétés comme incluant les objets utilitaires… »

    Le problème était donc de s’accorder sur la ressemblance entre l’objet et ce qu’il était censé « imiter » et, de plus, prouver qu’il était une œuvre « originale », réalisée par un sculpteur professionnel reconnu, et fabriquée entièrement de ses mains.  Si  aujourd’hui ces considérations font sourire, surtout au regard de la personne et de l’œuvre mises en cause, l’issue des débats était moins évidente en 1927. La sculpture de Brancusi, dès sa première exposition à New York en 1913, à l’Army Show, n’avait-elle pas provoqué des appréciations incongrues…Aussi le procès de 1927 – 1928 n’en est-il que plus exemplaire dans sa tentative de débattre devant une cour de justice de questions essentielles : quels sont les critères pour juger de la notion d’œuvre d’art ? À quoi reconnaît-on l’artiste ? Qui est juge en la matière ?

    Ce procès ne correspondait ni à la première ni à la dernière  déconvenue de Brancusi avec les douanes américaines. Le plus abstrait des sculpteurs figuratifs était paradoxalement très apprécié aux Etats-Unis. On peut même affirmer que c’est là-bas que sa notoriété trouve son origine, à partir de 1913 – 1914. Cependant, dès 1914, à l’arrivée de plusieurs sculptures destinées à sa première exposition personnelle, leur statut artistique fut mis en cause. L’artiste dut se présenter au Consulat américain de Paris, et jurer sous la foi du serment que ces œuvres étaient bien de sa main, et donc œuvres d’artiste.

    C’est ainsi qu’en octobre 1926, lors de l’envoi d’une vingtaine de sculptures à New York pour son exposition personnelle à la galerie Brummer, tout le chargement, accompagné de Marcel Duchamp, est saisi par la douane.

    Il importe de signaler qu’entre 1914 et 1926 l’œuvre de Brancusi était devenue progressivement plus abstraite, et que le chargement comprenait plusieurs très belle pièces en bronze poli, qui pouvaient évoquer aux yeux des douaniers et une matière coûteuse et une finition industrielle. Parmi celles-ci se trouvait l’Oiseau dans l’espace, appartenant au peintre et photographe Edward Steichen, un vieil ami que Brancusi avait connu à Paris et qui depuis s’était installé aux Etats-Unis. Une fois finies l’exposition de New York, et sa présentation à Chicago en janvier 1927, Steichen se vit réclamer la somme de 240 dollars – soit 40 pour cent du prix d’achat de la sculpture – pour pouvoir la conserver.

    Le 7 février 1927, apprenant la nouvelle, Brancusi écrit à Duchamp et lui exprime tout son désarroi : « J’ai reçu ta lettre du 23 janvier en même temps que l’avis de Dowing & Co. Je t’ai câblé de protester énergiquement car c’est une grande injustice. L’erreur de la douane c’est qu’on croit que tous les oiseaux que j’ai exposés à New York sont tous les mêmes et que ce n’est que le titre qui diffère. Pour détruire cette croyance, il faudrait exposer publiquement le tout ensemble – ce n’est qu’alors qu’on verra l’erreur. On verra alors que c’est le développement d’un travail honnête pour atteindre un autre but que les séries manufacturées pour faire de l’argent… ».

    Entre temps d’autres sculptures de Brancusi sont saisies par la douane, et Duchamp décide de faire appel. Il mobilise un grand nombre de personnalités du monde de l’art à New York, et propose l’Oiseau de Steichen comme pièce à conviction. Il va sans dire que pour tous – avocats, artistes, critiques, collectionneurs, marchands –l’enjeu dépasse de loin le cas concret de la pièce retenue à titre d’exemple. Le litige porte purement est simplement sur la libre circulation des œuvres d’art.

    C’est alors qu’en octobre 1927, s’ouvre le procès Brancusi contre les Etats-Unis.

    Le 26 novembre 1928, le juge rend son verdict. Après avoir admis que certaines définitions toujours en vigueur sont en fait périmées, il reconnaît qu’ « une école d’art dite moderne s ‘est développée  dont les tenants tentent de représenter des idées abstraites plutôt que d’imiter des objets naturels. Que nous soyons ou non en sympathie avec ces idées d’avant-garde et les écoles qui les incarnent, nous estimons que leur existence comme leur influence sur le monde de l’art sont des faits que les tribunaux reconnaissent et doivent prendre en compte. » En fonction de ces nouveaux critères, la Cour a jugé que l’objet était beau, que sa seule fonction était esthétique, que son auteur, selon les témoignages, était un sculpteur professionnel, et qu’en conséquence, il avait droit à l’admission en franchise. Extrait – Les minutes intégrales du Procès de Brancusi contre les Etats-Unis ont été publiées pour la première fois par Adam Biro, Paris, en 1995 sous le titre : « Brancusi contre Etats-Unis. Un procès historique, 1928 » et traduites par Jocelyne de Pass.Thanks .

    Quand la loi défini l'art Nathalie Heinich

    Estelle Brun

    Nathalie Heinich pdf illustré

    Constantin Brancusi par Edward Steichen 1922

    Photo de l'oiseau dans l'espace, marbre noir par Constantin Brâncuși

    Constantin Brâncuși

    Page en cours © Point to Point Studio


    votre commentaire
  • GO

    Ce Jeudi, la démocratie républicaine française a voté pour le partage, pour la réunion des idées des hommes et des femmes, pour l'union des peuples, pour la justice, pour la nature, pour la recherche, pour l'éducation avec humanité, pour le social, pour la parité, pour l'indépendance avec équité, pour l'économie, pour la communication, pour la santé avec organisation ... Elle s'est engagée dans la société avec fraternité, égalité pour autoriser la liberté de chaque individu dans un monde pluriel. Mathilde Courcelle "Dix neuf vième siècle - 1848 - Dimanche".

    + d'Infos

    Education_sentimentale_Gustave_Flaubert.pdf

    © Point to Point Studio


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique