• "L'APPORT DE LA CULTURE DANS L"ÉCONOMIE DE LA FRANCE RAPPORT IGF IGAC"


    °

    Aurélie Filippetti réagit au rapport commandé conjointement par les ministères de l'économie et de la culture. "L'apport de la culture à l'économie en France" Cette étude fut établie par Serge Kancel, inspecteur général des affaires culturelles ; Jérome Itty, inspecteur des finances ; Morgane Weill, inspectrice des finances ; sous la supervision de Bruno Durieux, inspecteur général des finances, à la demande de l’inspection générale des finances et à l’inspection générale des affaires culturelles par Pierre Moscovici, ministre de l’Economie et des Finances et Aurélie Filippetti, ministre de Culture et de la Communication.

    Rapport à lire sur fichier pdf

    Culture_et_croissance_la_culture_sur_tout_le_territoire_le_developpement_du_secteur_numerique-Rapport-IGF-IGAC-Culture-et-economie.pdf

    Sommaire du document

    Trois thèmes y sont abordés : Culture et croissance, la culture sur tout le territoire, le développement du secteur numérique.

    INTRODUCTION
     

    1. LES BRANCHES CULTURELLES CONTRIBUENT À 3,2 % DE LA RICHESSE NATIONALE ET EMPLOIENT 670 000 PERSONNES
    1.1. Un cadre conceptuel et statistique inspiré des initiatives de l’Unesco et de l’Union européenne
    1.2. Une valeur ajoutée culturelle de 57,8 M d'euros en 2011, mais dont la part dans la valeur ajoutée nationale est en diminution depuis 2005
    1.2.1. La valeur ajoutée des entreprises culturelles : 57,8 Md'€ en 2011
    1.2.2. Après avoir crû entre 1995 et 2005, la part des activités culturelles dans lavaleur ajoutée nationale diminue régulièrement depuis lors
    1.3. Une empreinte plus large de la culture dans l’économie à travers des consommations intermédiaires et des emplois
    1.3.1. Une production culturelle de 129,8 M d'euros et l’apport de la culture à l’économie de 104,5 M d'euros en 2011
    1.3.2. Si les entreprises culturelles emploient 670 000 personnes (2,5 % de l’emploi total en France) dans des professions culturelles et non culturelles, les professions culturelles (870 000 personnes) irriguent également les entreprises non culturelles
    1.4. L’intervention de l’État dans l’économie de la culture, une intensité et des modalités variées selon les secteurs
     

    2. LES SECTEURS CRÉATIFS DU JEU VIDÉO, DE L’AUDIOVISUEL, DU CINÉMA ET DE LA MODE PRÉSENTENT UNE STRUCTURATION DE LA VALEUR AJOUTÉE PROCHE, MAIS DES DÉFIS DIFFÉRENTS À L’INTERNATIONAL
    2.1. Des poids économiques différents, mais une structuration de la chaîne de valeur similaire
    2.2. Une intensité et des modalités d’intervention publique variées, mais aux finalités convergentes dans les quatre secteurs
    2.3. La compétitivité à l’export et le caractère « disruptif » du numérique, des défis structurants pour les quatre secteurs
     

    3. L’ANALYSE DE L’IMPACT D’UNE IMPLANTATION CULTURELLE SUR LE DYNAMISME SOCIO-ÉCONOMIQUE D’UN TERRITOIRE TEND À DÉMONTRER UNE CORRÉLATION POSITIVE ENTRE CULTURE ET DÉVELOPPEMENT LOCAL
    3.1. Une initiative récente de formalisation de méthodologies d’analyse d’impact conjoncturel de manifestations culturelles
    3.2. Une méthodologie visant à analyser l’impact structurel d’une implantation
    culturelle sur le développement local
    3.3. Des résultats indiquant une corrélation plausible entre implantation culturelle et dynamisme socioéconomique d’un territoire

    CONCLUSION DU RAPPORT

    En évaluant la valeur ajoutée des activités culturelles, la mission a pu constater les difficultés
    inhérentes à la construction d’un périmètre cohérent, homogène, fondé sur des données
    objectives, pour apprécier l’apport de la culture à l’économie. Ce travail de compilation est
    fortement corrélé aux choix méthodologiques et conceptuels de la mission, qui a souhaité
    évaluer la part du produit intérieur brut (PIB) attribuable à la culture en s’appuyant sur des
    approches complémentaires du champ culturel.
    Ce travail permet d’obtenir une appréciation objective de l’apport macroéconomique
    de la culture et s'appuie sur un périmètre culturel cohérent. À ce titre, il devrait permettre
    à l’avenir, par une actualisation régulière, d’assurer un suivi cohérent de l’évolution
    des activités culturelles. Pour autant, la mission n'a pas considéré que se justifie la mise en
    place d’une structure permanente pour alimenter un éventuel « compte satellite ». Le suivi
    souhaitable sera d’autant plus précis par l’incitation faite à certaines entreprises culturelles
    de participer à l’effort d’inventaire en adoptant plus systématiquement le code d’activité
    spécifique à leur secteur (jeu vidéo), ou par la création de nouveaux codes NAF afin
    d’appréhender des activités mal identifiées : c'est notamment ce que préconise la mission
    s'agissant du marché de l’art, aujourd’hui confondu au sein d’ensembles trop vastes (« autres
    commerce de détail » ou « commerce de détail de biens d’occasion »).
    L’analyse macroéconomique conduite par la mission doit être appréciée à l’aune des
    conclusions tracées dans la partie du rapport relative aux cinq secteurs culturels
    étudiés sous l’angle de la structuration et de la compétitivité économiques. En effet, si
    l’évaluation statistique de la culture permet d’obtenir un apport brut dans le PIB, c’est bien la
    capacité des politiques publiques à anticiper et à suivre les mutations sectorielles qui
    conditionnent la réussite des activités culturelles et leur compétitivité à l’international.
    La création d’une méthodologie statistique pour évaluer l’impact d’un investissement
    culturel sur un territoire est la première étape de la démonstration de l’existence d’un
    lien de causalité entre culture et développement. Loin des discours convenus sur l’intérêt
    pour un territoire d’investir dans un évènement ou un équipement culturel, la mission a pu
    démontrer que les territoires ayant bénéficié d’une implantation culturelle était en moyenne
    plus performants au regard de données socioéconomiques que des territoires comparables.
    La mission a établi une corrélation positive entre la présence d’une implantation
    culturelle et le développement socio-économique d’un territoire.

    Paris, le 20 décembre 2013.

    Un satisfecit qui précise et vérifit le poids de l'économie de la culture française...


    + d'infos

    Le_poids_économique_direct_de_la_Culture_Auteur_Yves_Jauneau 03-2013.pdf 

    Quelques chiffres clés du ministère de la Culture et de la Communication qui bénéficia d’un budget de 7,4 milliards d’euros, (baisse de 2%) 2013

    7,363 Md de crédits pour le ministère de la culture et de la communication (-2,3%)

     3,8 Md€ pour l’audiovisuel public

    -3,3% mission Culture (-4% hors évolution de CAS pension)

    322 M€, le ministère de la Culture et de la Communication maintient ses engagements en faveur des monuments historiques

    385,8 M€, les interventions en faveur du spectacle vivant et des arts plastiques sont sanctuarisées

    232,2 M€ en faveur de l’enseignement supérieur culturel (+2.52%)

    +10,8% sur les bourses de l’enseignement supérieur culturel

    33,2 M€ en faveur de l’éducation artistique et culturelle (+8%)

    516 M€ en faveur des aides à la presse

    774,4 M€ en faveur des DRAC

    1,130 Md€ en faveur des opérateurs 

    Le poids économique direct de la culture Auteur Yves Jauneau

    Associations Subventions Article Le Monde

    Mission Culture Sénat

    PAGE EN COURS © Point to Point Studio


    votre commentaire
  • Changer l'air de la ville de Nîmes et de sa galerie d'art contemporain From Point to Point pour: créer, honorer, rappeler, accomplir: selon les Principes d’Économie Poétique qui visent à la création d’un nouvel art de vivre. C'est sur quoi s'accordent ses documents afin de saluer dignement le 17 janvier prochain le Millionième et Cinquante Deuxièmes Anniversaires de l'Art et porter, haut la main, un toast à Robert Filliou.

    Galerie ChantierBoiteNoire Montpellier

    Conférence donnée par Robert Filliou "une histoire chuchotée de 'art" en décembre 1977 au New Wilderness Studio de New York enregistrée par Ondine Fiore.

    This recording of Robert Filliou giving his lecture a "Whispered History of Art" was recorded in mono at New Wilderness Studio in New York by Ondine Fiore in December 1977.

    + Infos

    Robert-Filliou-Bio-Press-Musee-Art_Moderne-Lille-Metropole.pdf

    Robert Filliou centre Pompidou

    ChantierBoiteNoire Montpellier

    Page en © studio point to point


    votre commentaire
  •  Théo Van Doesburg [années 1920 -+]

    MANIFESTE  ART PROLETARIEN
    La Haye, 6 mars 1923

     
    Un art qui se réfère à une classe déterminée d'hommes n'existe pas, et existerai-il, il serait sans importance pour la vie.


    A ceux qui veulent créer un art prolétarien, nous demandons: " Qu'est-ce que l'art prolétarien?" Est-ce l'art fait par les prolétaires eux-mêmes? Ou un art ne servant que le prolétariat? Ou un art destiné à éveiller les instincts prolétariens (révolutionnaires)? Il n'existe pas d'art fait par les prolétaires parce qu'un prolétaire qui crée de l'art n'est plus un prolétaire mais un artiste. L'artiste n'est ni prolétaire ni bourgeois et ce qu'il crée n'appartient ni au prolétariat ni à la bourgeoisie mais à tous. L'art est une fonction spirituelle de l'homme et vise à le délivrer du chaos de la vie (du tragique). L'art est libre dans l'utilisation de ses moyens mais lié à ses lois propres et à ses lois propres seulement, et sitôt qu'une oeuvre est une oeuvre d'art, elle est bien au-dessus des différences de classes prolétariat-bourgeoisie. Si l'art devait servir exclusivement le prolétariat, en dehors du fait que le prolétariat est contaminé par les goûts de la bourgeoisie, cet art serait alors aussi limité qu'un art spécifiquement bourgeois. Un tel art ne serait pas universel, ne prendrait pas ses racines dans le sentiment national universel mais dans des considérations individuelles, sociales, limitées dans le temps et dans l'espace.
    Si l'art devait éveiller des instincts de tendance prolétarienne, il se servirait au fond des mêmes moyens que l'art religieux ou nationaliste. Aussi banal que cela paraisse, au fond, il revient au même de peindre une Armée rouge avec Trotski à sa tête ou une armée impériale avec Napoléon à sa tête. Pour la valeur d'un tableau en tant qu'oeuvre d'art, il n'est pas nécessaire d'éveiller des instincts prolétariens ou des sentiments patriotiques. L'un comme l'autre sont, du point de vue de l'art, une escroquerie.
     
    L'art a pour seul devoir d'éveiller par ses propres moyens les énergies créatrices de l'homme, son but est la maturité de l'homme, non pas celle du prolétaire ou du bourgeois. Seuls les faibles talents sont amenés, par manque de culture et par étroitesse de vue, à produire de manière bornée quelque chose comme de l'art prolétarien (de la politique en peinture). L'artiste, lui, renonce au champ spécifique des organisations sociales.
     
    L'art que nous voulons, l'art n'est ni prolétarien ni bourgeois parce qu'il doit développer des énergies assez fortes pour influer sur l'ensemble de la culture au lieu de se laisser influencer par les rapports sociaux. Le prolétariat est un état qui doit être dépassé, la bourgeoisie est un état qui doit être dépassé. Mais les prolétaires qui imitent le Bourge'kult avec leur Prolet'kult sont précisément ceux-là mêmes qui soutiennent cette culture pourrie de la bourgeoisie et ce, sans en être conscients; au détriment de l'art et au détriment de la culture.


    Avec leur attachement conservateur à de vieilles formes d'expression qui ont fait leur temps et avec le dégoût absolument incompréhensible qu'ils éprouvent pour l'art nouveau, ils maintiennent en vie ce que, à en croire leurs manifestes, ils prétendent combattre: la culture bourgeoise. C'est ainsi que l'on en vient à ce que le sentimentalisme bourgeois et le romantisme bourgeois, malgré les efforts persévérants des artistes radicaux pour les abroger, n'en continuent pas moins d'exister et même d'être à nouveau cultivés et entretenus.


    Le communisme est aujourd'hui une cause déjà aussi bourgeoise que le socialisme majoritaire, c'est-à-dire le capitalisme nouvelle formule. La bourgeoisie utilise l'appareil communiste, qui n'est pas une invention du prolétariat mais de la bourgeoisie, dans le but de servir à la rénovation de sa culture en décomposition (la Russie). En conséquence, l'artiste prolétairarien ne se bat ni pour l'art ni pour une nouvelle vie à venir mais pour la bourgeoisie. Toute oeuvre d'art prolétarienne n'est rien qu'une affiche publicitaire pour la bourgeoisie.


    Tristan Tzara [années 1915/20]
    Ce que nous préparons au contraire est l'oeuvre d'art totale, qui se propulse largement au-dessus de toutes les affiches publicitaires, qu'elles vantent les mérites du champagne, de Dada ou de la dictature communiste.

    Kurt Schwitters [années 1930 -+]


     
    Manifeste signé de Théo Van Doesburg, Kurt Schwitters, Christophe Spengemann, Tristan Tzara
    Traduction de Marc Dachy 1990 et 6 mars 1993.CC Nicolas Furstenberger

    Documents_Manifestes_Declaration_Ecrits_Programmatiques_du_Fond_Des_Archives_De_La_Critiques_dArt.pdf.zip

    Page en © studio point to point


    votre commentaire
  • Stickers circles for sale in galleries contemporary art american

    + infos

    Prix sur demande

    © point to point studio

    votre commentaire
  • Gommettes pour la vente en galerie de l'art contemporain européen

    + infos

    Prix sur demande

    © point to point studio

    votre commentaire
  • Joyeux Noël 2013

    Ingrédients de la vue du sandwich: Philippe Parreno-Pompidou 2009, Raphaêl Zarka-Sérignan 2013

    Dupuy Jean  Jarnot Seb

    Œuvres diverses de Saytour, Mayaux, Perez, Viallat, Huguet                        pour une crèche.

    Vitrine en cours II

    From Point to Point

    + infos

    Vitrine I

    © point to point studio

    votre commentaire
  • The Foreigner, ouverture film de Amos Poe avec Eric Mitchell et Debbie Harry, Blondie 1978

    Musique Ivan Král

    Les artistes sont des anges dont Dieu aurait coupé les ailes. À l'incertitude de cette céleste action, Elia ben Asher Halevi Levita Ashkenazi nous rappellent que c'est avec ses dents que le divin leur arracha les plumes pour les jeter sur la Terre. Si l'on sait que celles-ci couvrirent la nudité des dinosaures, dans les ouvrages du XVI° siecle sur l'astronomie nautique, Alcofribas Nasier et João de Castro, n'ont jamais conté comment les étrangers ont appris à nager.

    © Point to Point Studio


    votre commentaire
  • Clair de Lune Galileo Galilei

    Lorsque la Lune, avant ou après la conjonction, se trouve proche du Soleil, son globe se présente non seulement sous la forme d'un fin croissant très brillant mais aussi on observe un cercle très fin, peu lumineux qui semble délimiter le contour de la partie sombre, celle qui est cachée des rayons du Soleil, et la séparer du fond plus obscur de l'éther lui-même. Si maintenant nous observons ce phénomène de façon plus précise, nous observerons que le bord externe de la partie sombre et cette partie non éclairée elle-même luit d'une clarté qui n'est pas faible. Mais cette partie n'apparaît brillante qu'à cause de la proximité de l'obscurité plus grande du ciel ; le reste de la surface apparaît au contraire plus obscur parce qu'elle est en contact avec les cornes illuminées qui éblouissent notre vue. Pourtant si l'on choisit un endroit pour observer tel que ces cornes brillantes soient cachées par un toit, une cheminée, ou quelque autre obstacle qui s'interpose entre notre regard et la Lune et qui soit éloigné de notre œil, alors que le reste du globe lunaire demeure exposé à notre vue, on s'aperçoit que cette région de la Lune, elle aussi, brille d'une lumière qui n'est pas trop faible, bien qu'elle soit privée de la lumière solaire. Ce phénomène est plus visible dans le ciel nocturne, après le coucher du Soleil, car sur un fond plus sombre une même zone peu lumineuse apparaît plus brillante. J'ai découvert aussi que cette lumière secondaire (si je puis dire) de la Lune est d'autant plus forte que celle-ci est moins distante du Soleil. Galilée Sidereus nuncius. Le messager céleste. + de texte voir Pdf Observations-de-la-Lune-Galileo-Galilei-Point-to-Point.pdf

    Balllade dans l'espace avec Alexey Leonov 1965

    Lancement pour la lune de Apollo 11, le 16 Juillet 1969

     "Un petit pas pour l'homme, un bond de géant pour l'humanité." 

    La phrase de Neil Armstrong, le premier homme à poser les pieds sur la lune Mission Apollo 11 de 1969


    Vue de la fusée Apollo Mission 18

    + INFOS

    La terra vista dalla luna

    © Point to Point Studio


    votre commentaire
  • À la fin du XXe siècle, des artistes contemporains circulèrent dans les rues de Nîmes pour se rendre à la Galerie d'Art Contemporain Carreton du Boulevard Carnot afin d'exposer dans leur carré

    Un Bouddha à une fenêtre de Nîmes.

    Une fenêtre à la galerie de Nîmes

    Space Walk Place Nimes

    SEA [derrière]. Promenade Contemporaine

    La porte principale de la galerie d'art contemporain du XXe siècle à Nîmes

    Around You. Parcelle Contemporaine "Ton Carré", Dessin Dante Camel Voir à Nîmes.

    + Infos


    Page en cours © studio point to point


    votre commentaire
  • Construction Pop Baticoop France Nimes Capture Phone Point to Point Studio

    Pier Paolo Calzolari Art Book pages I and My 5, fish-hooks in the corner of my real real sermon

    Pier Paolo Calzolari Moi et mes 5 Hameçons dans l'angle de mon vrai vrai sermon

    Richard Burton Look. Portrait


    Is more important than art, that's what makes important - La est plus importante que l'art d'où l'importance de  "

    James Baldwin, Alfredo-Jaar Billboard Painted Photo Point to Point Studio

    James Balwin Document video sur sa vie/ - Filmography of his life + sur Vimeo Clicque Ici


    © Point to Point Studio


    votre commentaire
  • Georges Didi Huberman Portrait video André Malraux and his Musée imaginaire documenta 13

    Semaine de juillet 2013, dédiée à l’essayiste, historien des images et critique d’art Georges Didi-Huberman, né à Saint-Étienne le 13 juin 1953. Il revient sur ses thèmes de prédilection : « qu’est qu’une image ? »,  « Comment ne pas subir la tyrannie des images ? », « Comment les décrypter aussi bien dans notre vie quotidienne que dans l’histoire de l’art ? ». Georges Didi-Huberman décrit ainsi son parcours, son itinéraire, sa méthode de travail…

    Hors champ Laure Adler s'entretien avec Georges Didi Huberman.

    Aby Warburg, Portrait, 1912

    Hors champ Laure Adler s'entretien avec Georges Didi Huberman

    Flamenco Gitan Galvan Hors champ Laure Adler s'entretien avec Georges Didi Huberman

     Pascal Conver Hors champ Laure Adler s'entretiennent avec Georges Didi Huberman

    William Marx Hors champ Laure Adler s'entretiennent avec Georges Didi Huberman

    William Marx Le tombeau d'Oedipe, pour une tragédie sans tragique video.

    + Infos


     
    Aby Warburg Aby Warburg et l'image en mouvement par Philippe-Alain Michaud

    Aby Warburg  1866/1925 par Martin Warnke

    cinéma

    e saute rhin, abi-warburg et le serpent dans les archives de la- memoire

    Aby Warburg. Le Rituel du serpent : récit d’un voyage en pays pueblo

    Aby Warburg et le pouvoir des images

    © point to point studio


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique