• PARTIR-SCOTT THOMAS-ATTAL-LOPEZ-VIALLLAT-SUQUET-CORSINI

    Scott-Thomas, Attal, Suquet, Le nez dans le gaz Image Partir C. Corsini

    "Le nez dans le gaz" avec Scott-Thomas, Attal, Suquet. Image Film "Partir" de C. Corsini

    PARTIR
    un film de
    CATHERINE CORSINI
    durée 1h25
    Présenté en avant première le 6 juillet 2009 au Forum Kinépolis de Nîmes à 20 h. 30'


    SYNOPSIS
    Suzanne a la quarantaine. Femme de médecin et mère de famille, elle habite dans le sud de la France, mais l’oisiveté bourgeoise de cette vie lui pèse. Elle décide de reprendre son travail de kinésithérapeute qu’elle avait abandonné pour élever ses enfants et convainc son mari de l’aider à installer un cabinet. A l’occasion des travaux, elle fait la rencontre d’Ivan, un ouvrier en charge du chantier qui a toujours vécu de petits boulots et qui a fait de la prison. Leur attraction mutuelle est immédiate et violente et Suzanne décide de tout quitter pour vivre cette passion dévorante.

    Kristin Scott Thomas, Photo Jean Suquet, capture film Catherine Corsini

    Kristin Scott Thomas, Photo Jean Suquet, capture film Catherine Corsini

    ENTRETIEN AVEC
 CATHERINE CORSINI

    Même si le schéma de PARTIR est assez classique - la femme, le mari et l’amant - il y a, notamment dans le comportement de l’épouse qui quitte absolument tout du jour au lendemain pour vivre sa passion, un aspect radical qui en fait la singularité. Est-ce cela justement qui vous a donné envie de raconter cette histoire ?
    Je crois - c’est d’ailleurs ce que j’ai dit dès le départ à ma productrice, Fabienne Vonier - que chaque réalisateur, à un moment de sa carrière, a besoin et envie de se confronter à filmer une vraie histoire d’amour. J’avais envie de raconter une histoire très classique, très simple, qui me permettrait aussi de suivre la trajectoire d’une femme dans la lignée des héroïnes qui m’ont fait rêver : d’Anna Karénine à Madame Bovary… C’est parti de là, effectivement, dans ce contexte classique, de faire le portrait d’une femme qui ose l’aventure, qui choisit de ne transiger avec rien, peut-être parce qu’elle est à un moment de sa vie où elle sait qu’elle ne peut plus se permettre de passer à côté de ce qui lui arrive. Même ses enfants ne la retiennent pas. J’ai essayé de montrer ce qu’était le désir, son irruption dans une vie ordinaire et rangée, sa puissance, son côté inéluctable… J’ai souhaité faire une mise en scène épurée, pour accorder une grande place à la sensualité, à la nature… Au sens où l’amour débarrasse le film de toute psychologie et lui donne une impulsion pure, celle des corps qui cherchent à se rejoindre ou s’enfuir et donc lui imprime un mouvement.
    Le film commence quasiment par la fin de l’histoire. Dès le début, vous tenez donc à montrer qu’on va assister en fait à une tragédie…
    La vraie passion est toujours de l’ordre de la tragédie, parce qu’elle porte aussi en elle une part d’égoïsme voire de cruauté et d’aveuglement et qu’elle nie le monde - qui parfois le lui fait payer. Très vite à l’écriture, j’ai ressenti le besoin d’ouvrir le film avec ce coup de feu qui laisse présager le drame. Je voulais créer une tension, 
pour qu’immédiatement on sente qu’on irait au bout de la passion, avec tout ce que ça sous-entend de fort, de beau, d’inéluctable, de tragique. Dès le début, on sait donc qu’il va y avoir un drame, sans savoir pourtant s’il s’agit d’un meurtre ou d’un suicide. 
Le suspense reste entier. On sait qu’on va être spectateur de ce drame. Cette conscience du drame à venir fait peser sur les scènes de désir et d’amour 
une ombre qui leur donne encore plus de poids, plus d’intensité. Il y a comme une menace qui plane… Cela oblige aussi à accentuer et assumer le drame. On perçoit que les personnages sont condamnés d’avance et ce qui fascine, malgré tout, c’est comment ils vont s’y rendre, s’y abandonner, s’y précipiter. 
En ce sens le film est presque solidaire de ses héros qui vont consciemment vers leur fin, envers et contre tout. C’est presque comme s’il les approuvait, les accompagnait là où ils doivent aller.
    Commencer par la fin, la « donner » dés le départ, c’est aussi assez stimulant pour un cinéaste car c’est se condamner à n’exister que par la mise en scène, le récit et les personnages, puisqu’on attend moins le dénouement.
    Il y a un autre élément important, c’est le contexte social : elle, femme de médecin, prête à recommencer son travail de kiné, qui quitte mari et enfants, confort et maison, pour un ouvrier espagnol…
    Je tenais à cette dimension sociale, politique qui dénonce la place de la femme dans ce couple. Il y a un point de vue féministe revendiqué dans le film. Suzanne est piégée, elle n’a pas d’indépendance financière, elle est totalement entre les mains de son mari qui, lorsqu’elle s’en va, essaie par tous les moyens, même les plus vils, de la retenir, y compris en lui coupant les vivres. C’est l’histoire d’une femme qui s’arrache à son milieu, qui s’émancipe, quel que soit le prix à payer… 
Sa maison, que nous avons voulue assez froide et austère, est une prison dorée. C’est comme si elle avait vécu en semi dépression, un peu comme sous un couvercle pendant des années et puis tout d’un coup, le désir, l’amour, la passion, font qu’elle laisse tout, qu’elle se lance entièrement dans cette relation sachant qu’elle ne pourra plus revenir en arrière. Avec son mari, il y a quelque chose qui tient de l’enfermement, alors qu’avec son amant, elle réapprend à être elle-même. Tout d’un coup, elle est devant quelqu’un qui est là, qui la regarde, qui l’écoute, qui la désire. Elle apprend même le détachement. Elle avait certes tout le confort, son amant lui apporte des choses bien plus simples, mais essentielles ; le désir, le plaisir, la promesse d’un bonheur… 
D’où l’importance accordée à la nature, à une certaine douceur, comme dans cette scène en Espagne au bord de la mer avec la fille 
de son amant, ou comme dans cette ruine qui leur sert de refuge. Elle ne quitte pas un enfer, mais tout simplement elle découvre quelque chose de l’ordre de l’absolu qui empêche tout retour en arrière. Lorsque son mari lui interdit de le quitter, elle se révèle d’un coup. Comme on s’improvise soudain militant ou résistant - alors que rien ne nous y prédisposait, et parfois même à notre grand étonnement - parce qu’on est soudain témoin ou victime de quelque chose d’injuste et d’insupportable. Je pense qu’elle est elle-même surprise par la force de son désir puis par sa propre détermination et sa résistance.
    Qu’est-ce qui était le plus dur dans l’écriture ?
    Sans doute d’arriver à tout imbriquer : le désir, la passion, le suspense et le contexte social. D’être toujours dans le trait radical sans tomber dans la caricature, d’essayer d’avancer en finesse tout en inscrivant la rupture de cette femme avec son mari notable pour un ouvrier espagnol. De garder cette justesse des sentiments, des émotions…
    C’est un film que vous avez à la fois écrit seule et avec d’autres…
    En effet. Au départ, j’ai travaillé pendant un mois avec Gaëlle Macé, puis j’ai travaillé longtemps toute seule et j’ai fini par deux consultations avec Antoine Jaccoud, qui a écrit HOME avec Ursula Meier et qui est très fort en structure puis avec Emmanuelle Bernheim. Emmanuelle, par sa sensibilité, m’a apporté pas mal de petites choses délicates, de détails, sur la justesse des sentiments.
    L’avez-vous écrit en sachant que ce serait Kristin Scott Thomas qui serait Suzanne ?
    Oui. J’avais dit à Fabienne que, pour une fois, je voulais écrire pour quelqu’un de précis. Et tout de suite, j’ai pensé à Kristin. J’ai d’abord écrit huit ou dix pages et j’ai demandé à la rencontrer. Elle m’a dit que le personnage et le sujet l’intéressaient. Je me suis mise alors au travail avec Kristin en tête. Il y a vingt ans, j’avais pensé à elle pour un téléfilm mais à mon grand regret, ça n’avait pas pu se faire !
    Pourquoi aviez-vous envie de travailler avec elle ?
    Parce qu’elle me fascine. Il y a chez elle quelque chose d’assez mystérieux, une sorte de beauté glacée, de dureté apparente mais teintée d’une certaine mélancolie qui la rend fragile et vulnérable. Elle était l’idéal pour cette bourgeoise d’apparence assez froide 
qui porte une fêlure, quelque chose de désespéré... C’est ça que j’avais envie de trouver avec elle. D’autant que je sais qu’elle est capable de susciter le trouble, l’émotion, de manière vraiment incroyable. Il y a aussi ce lent glissement, imperceptible, avec ce visage d’abord passif, presque résolu, jusqu’à cette incroyable détermination qu’on lit sur son visage à la fin, quand elle tire.
    Sergi (Lopez), j’y ai pensé aussi comme une évidence pour le rôle de l’amant. J’avais déjà travaillé avec lui et ça faisait longtemps que je voulais recommencer. C’est un acteur agréable, facile, à l’écoute. J’aime bien sa présence rassurante, son côté charnel, physique… 
Son rôle est tout en finesse, c’est celui d’un homme qui ne se plaint pas même s’il sait qu’il est du mauvais côté, du côté des perdants.
    Pour le rôle du mari, j’ai hésité davantage avant de penser à Yvan (Attal). Bien sûr, je le connaissais bien comme acteur mais de le voir dans LE SERPENT, m’a fait penser à lui. Et je me suis souvenue que, déjà, il y a vingt ans, j’avais rêvé le mettre en couple avec Kristin. C’est jubilatoire de travailler avec lui. Il est vif, il a su rendre toute la complexité de ce bourgeois de province, avec sa belle voiture, 
sa belle maison, sa belle femme, ses beaux enfants et qui, tout d’un coup, montre sa vraie nature. Cette femme lui appartient et ce n’est pas possible qu’elle le quitte. Il a un côté quasi archaïque. Il interdit à sa femme de ne plus l’aimer ! Il est tout à la fois fragile et monstrueux. Comme un enfant narcissique qui ne supporte pas de perdre, il en fait presque une question d’orgueil. C’est encore plus humiliant pour lui, petit notable, qu’elle parte avec un type comme ça - un ouvrier qui a fait de la prison. D’un personnage civilisé bourgeois, il devient un monstre manipulateur, un homme abusif. Il prend soudain conscience de son pouvoir, d’un pouvoir en sommeil, inhérent à sa classe, et n’hésite pas à s’en servir.
    Le fait que Suzanne et Ivan soient étrangers tous les deux participait-il au désir que vous aviez d’eux pour interpréter ces amoureux, comme si cela donnait un sens supplémentaire à leur rencontre, à leur histoire ?
    Oui, ce n’est pas étonnant qu’ils se rencontrent. Cette ville de province où ils vivent n’est pas la leur, ils sont déracinés. Ils participent d’un ailleurs. Le désir est toujours mystérieux, mais le fait qu’ils se retrouvent, qu’ils s’accrochent comme ça l’un à l’autre, a forcément à voir avec leur origine, avec leur qualité d’étranger. S’ils avaient eu de l’argent, ils s’en seraient sortis.
    L’histoire est vraiment vue à travers les yeux de cette femme. On est sans cesse avec elle. Comme souvent dans vos films, c’est ce personnage de femme déterminée, radicale qui en est le moteur…
    Je sais ! A chaque fois, je me dis que j’aimerais bien faire ça avec le personnage masculin et c’est toujours le personnage féminin 
qui l’emporte ! Peut-être parce que ce sont les héroïnes qui m’ont donné envie de faire des films, toutes ces héroïnes un peu cassées, un peu fêlées qui foncent vers leur destin… Chez Suzanne, j’aime son courage. Elle n’est pas double, elle n’est jamais dans le mensonge. Très vite, elle dit à son mari : « Voilà, je suis amoureuse », puis 
elle essaie de se convaincre qu’elle va pouvoir renoncer à son amour, mais elle n’y arrive pas. Donc, elle s’en va, en laissant tout derrière. 
Le fait même de devoir aller travailler comme caissière pour gagner sa vie ne l’humilie pas. Elle est prête à tout, parce qu’elle sait que, désormais, sa place est là, avec son amant, avec ce que cela implique. Elle a un côté très entier. C’est peut-être en ça que mes personnages féminins se ressemblent, ils sont entiers, directs et ils vont là 
où leur désir les appelle. Ce qui peut d’ailleurs créer soit de la comédie comme dans LA NOUVELLE EVE soit du drame, comme ici.
    Le film se déroule l’été dans le Midi, la lumière est belle. Tout cela souligne la sensualité de la passion et les instants de bonheur mais rend le drame encore plus profond…
    C’est pour cette lumière, cette chaleur que j’ai choisi Nîmes. On y a tourné l’été dernier, en plein mois d’Août, il y avait des pics 
de chaleur, c’était vraiment étouffant. Un des acteurs m’a même dit que si je suis arrivée à leur faire faire certaines choses c’est parce qu’il faisait tellement chaud que ça leur faisait perdre la tête ! Moi, j’étais comblée parce que j’avais cherché un climat qui alimente ce désir ardent des personnages. Je recherchais aussi un endroit où il puisse y avoir ce déplacement - l’amant devait aller voir sa fille en Espagne, un endroit proche d’une frontière. En plus à Nîmes, comme dans beaucoup de villes, il y a ces quartiers bourgeois, un peu excentrés, presque protégés, et puis de l’autre côté de la ville, les cités. Deux mondes qui ne se mêlent pas.
    C’est votre quatrième collaboration avec Agnès Godard au cadre et à la lumière. En quoi vous complétez-vous ?
    Je sais qu’elle filme très bien les femmes, qu’elle est très délicate aussi dans les scènes d’amour que je voulais à la fois crues et belles… Tout ça compte, et puis je savais qu’elle donnerait au film une lumière qui justement apporterait de la sensualité, qui alimenterait le trouble. Cette histoire d’amour, il fallait la sublimer, lui donner de la grâce et de la beauté. Idem pour les paysages. Agnès est passionnée. 
Comme on se connaît bien, on a une grande complicité même si on est différentes et parfois en désaccord. On a une manière de sourire des mêmes choses, d’avoir tout d’un coup la même envie du même plan. Sur le tournage, ça se passe souvent de mots. On parle beaucoup en amont, on réfléchit beaucoup, sur le choix des décors, des cadres, de la façon dont on va filmer…
    Comment définiriez-vous vos partis pris de mise en scène ?
    Filmer simplement et en plan large afin de donner un sentiment de liberté, donner les choses à voir, à observer, laisser aux situations le temps de s’installer, de vivre, d’évoluer - dans l’ensemble les scènes sont peu découpées, je voulais laisser les amants exister pleinement dans le cadre à l’inverse entre elle et son mari, tout d’un coup, il y a une pression et là les plans sont plus courts. Entre elle et Sergi je laissais tourner, j’étais à l’affût, je cherchais à leur voler des petites choses. Ce n’était pas toujours simple, parce que Kristin, par exemple, n’a pas l’habitude de travailler comme ça. Elle veut savoir exactement ce qu’elle a à faire, alors que moi, j’aime bien dans certaines scènes brouiller les repères, essayer de faire perdre pied aux acteurs, les déstabiliser un peu.
    Qu’est-ce que vous attendez des acteurs ?
    Qu’ils acceptent d’être dérangés, qu’ils ne s’installent pas dans un savoir-faire, qu’ils soient aux aguets. J’essaie de trouver un petit peu leur faille, leur mystère. J’essaie de les emmener, de casser leur système s’ils en ont un, de les mettre en danger. On espère toujours qu’ils vont nous donner quelque chose qu’ils n’ont jamais donné à personne, qu’entre eux et le personnage quelque chose se passe, qui soit de l’ordre de la vérité. Rivette dit qu’un film c’est aussi un reportage sur une personnalité. Il y a de ça. C’est souvent au montage qu’on s’en rend compte. En montant PARTIR, je me suisainsi rendue compte qu’on entendait battre le cœur de Kristin dans certaines prises.
    Vous avez utilisé des musiques que Georges Delerue et Antoine Duhamel avaient composées pour des films de Truffaut. C’était un clin d’œil ?
    Plus que ça. J’en suis dingue, j’allais les enregistrer dans les salles avec mon magnétophone avant les cd. Simon Jacquet le monteur a fait des essais avec principalement les musiques de Delerue, sur une scène, puis sur deux, puis sur trois… Et c’était magique, ça fonctionnait tellement bien que je ne pouvais plus m’en passer ! Et ça donnait au film une dimension romanesque supplémentaire. On a décidé de les conserver, et j’étais émue de pouvoir les obtenir.
    La fin est une vraie fin de cinéma…
    La fin donne le sens. Elle appartient au metteur en scène. 
J’aime les fins où, malgré toutes les épreuves, l’amour triomphe, même si c’est pour mourir aussitôt ! On sait que c’est perdu et pourtant !… C’est encore plus déchirant. C’est un schéma assez classique, mais l’avantage avec ce type d’histoires, c’est que, justement, ce sont des films qu’on peut faire, refaire, revisiter éternellement et qui reste en cela des vrais défis de mise en scène. On rêve tous de vivre des histoires de passion, le cinéma nous permet de vivre ce qu’on ne s’autorise pas toujours dans la vie. 
On est tous avides de connaître ces moments de vertige…

    Ciellorism Point to Point Studio

    BIOGRAPHIE DE CATHERINE CORSNI

    Catherine Corsini suit l’enseignement d’Antoine Vitez et Michel Bouquet au Conservatoire d’art dramatique de Paris pendant trois ans. Après quelques rôles et assistanats au théâtre, elle se tourne vers l’écriture et la réalisation, grâce notamment à sa rencontre avec des élèves de l’IDHEC. Elle réalise plusieurs courts-métrages, tous primés. POKER est son premier long-métrage. Puis, en 1991, son film INTERDIT D’AMOUR avec Nathalie Richard et Maxime Leroux remporte les suffrages des téléspectateurs. En 1998, avec LA NOUVELLE EVE, une comédie générationnelle, elle rompt avec le ton plus dramatique de ses premières oeuvres. Deux ans plus tard, elle réalise LA RÉPÉTITION avec Emmanuelle Béart et Pascale Bussières. Le film est en compétition officielle au Festival de Cannes. En 2006, pour son septième long-métrage, LES AMBITIEUX, la réalisatrice retrouve Karin Viard aux côtés de laquelle Eric Caravaca interprète le rôle titre masculin. En 2008, elle a tourné son nouveau long-métrage, PARTIR, avec Kristin Scott Thomas, Sergi Lopez et Yvan Attal.

    Viallat, Suquet, Attal, ScottThomas, Partir, Corsini direction film

    Attal, ScottThomas, Viallat, Suquet, Partir film de Corsini.

    FILMOGRAPHIE

    LONGS-MÉTRAGES
    2008 PARTIR avec Kristin Scott Thomas, 
Sergi Lopez et Yvan Attal
    2006 LES AMBITIEUX avec Karin Viard, Eric Caravaca, Jacques Weber, Gilles Cohen
    Sélection officielle Festival International de Rome
    2003 MARIÉES MAIS PAS TROP 
avec Jane Birkin et Emilie Dequenne
    2000 LA RÉPETITION 
avec Emmanuelle Béart et Pascale Bussières
    Sélection officielle au Festival de Cannes 2001
    1998 LA NOUVELLE EVE 
avec Karin Viard, Pierre-Loup Rajot, Catherine Frot, Sergi Lopez
    Sélection au Festival de Berlin
    1995 JEUNESSE SANS DIEU 
avec Marc Barbé, Roland Amstutz, Samuel Dupuy
    Sélection au Festival de Cannes 1996 
« Cinéma en France »
    1993 LES AMOUREUX 
avec Nathalie Richard, Pascal Cervo
    Sélection au Festival de Cannes 1994 
« Cinéma en France »
    1987 POKER avec Caroline Cellier, Pierre Arditi

    COURTS-MÉTRAGES
    1999 MOHAMMED
    1985 NUIT DE CHINE 
Prix de la mise en scène à Grenoble
    1984 BALLADE 
Grand Prix Cinéma en France, Cannes 1985
    1983 LA MESANGE

    TÉLÉVISION
    1997 DENIS (Arte) avec Pascal Cervo, Dominique Reymond
    1991 INTERDIT D’AMOUR 
avec Maxime Leroux, Nathalie Richard 
Sélection au FIPA et au Festival de Créteil
    1989 FATALE OBSESSION 
avec Simon de la Brosse, Anne Roussel, 
Catherine Frot

    THÉÂTRE
    1992 LE LIT Mise en espace au Théâtre ouvert par Nelly Borgeaud et Hervé Petit

    COLLABORATION À L’ÉCRITURE
    1996 A TOUTE VITESSE 
avecGaël Morel

    COMÉDIENNE
    1999 A MORT LA MORT 
pour Romain Goupil
    1993 L’EXPOSÉ 
pour Ismaël Ferroukhi

    PARTIR film CORSINI Image ATTAL VIALLAT

    Liste Acteurs: Suzanne KRISTIN SCOTT THOMAS - Ivan SERGI LOPEZ - Samuel YVAN ATTAL - Rémi BERNARD BLANCAN - Dubreuil ALADIN REIBEL…


    PARTIR de Catherine Corsini - sortie le 12 août... par Johnvi

    Liste Technique: scénario Catherine Corsini avec la collaboration de Gaëlle Macé - Image Agnès Godard - Montage Simon Jacquet - Son Yves-Marie Omnes - Olivier Dô Hùu - Benoît Hillebrant - Décors Laurent Ott - Costumes Anne Schotte - Casting Brigitte Moidon - Assistant réalisateur Olivier Genet - Directeur de production Marc Fontanel - Scripte Camille Brottes-Beaul - Prêt des œuvres: Jean Suquet et Claude Viallat Point to Point Galerie.

    Liste Production: Produit par Fabienne Vonier - Producteur Associé Michel Seydoux - Coproducteurs Olivier Legrain - Vincent Malle - Producteur exécutif Stéphane Parthenay - Une coproduction Pyramide Productions - Camera One - Vmp - Solaire Production - Avec la participation de Canal + et Cinécinéma - En association avec Cofinova - Avec le soutien de La Région Languedoc-Roussillon - En partenariat avec Le Centre National de la Cinématographie - Développé avec le soutien de Cofinova, La Procirep et L’Angoa-Agicoa - Distribution France Pyramide.

    Réalisation Catherine Corsini 2009.

    +INFOS

    CLAUDE VIALLAT GALERIE

    JEAN SUQUET GALERIE

    © studio point to point XXI°

    « PARTIR de CATHERINE CORSINI avec KRISTIN SCOTT THOMAS-YVAN ATTAL-SERGI LOPEZKUNDERA MILAN - France culture Nïmes. EN SOIRÉE. »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :