• SuperPositionRed Seb Jarnot /Pointtopoint Studio

    細川 俊夫 は Toshio Hosokawa. Koto-uta, for voice and koto (1999).

    SuperPositionViolet Seb Jarnot/Pointtopoint Studio

    Silent Flowers par Arditti Quartet: Irvine Arditti, Graeme Jenings: violins / Dov Scheindlin, viola / Rohan de Saram, cello - Toshio Hosokawa, 細 川 俊 夫 (ホソカワ・トシオ), compositeur né le 23 octobre 1955 à Hiroshima (Japon)

    PLAY LISTE THE WELLEST COMPAGNY

    Seb Jarnot New Touching

    © studio point to point


  • Philip Guston, Edge 1976 Pagebook

    ....For piccolo, flute, piano, celesta, glockenspiel, vibraphone, marimba, and chimes...

    .... Pour piccolo, flûte, piano, célesta, glockenspiel, vibraphone, marimba, et carillons ...


     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    For Philip Guston Morton Feldman 1984

    Philip Guston, Friend to M 1978 Pagebook

    Playlists Morton Felman de by Stanchinsky

    + d'infos

    Page en cours

    Philip Guston Bio

    Philip Guston "Poor Richard"

    © Point to Point Studio

     

     


  • CHARLES IVES portrait

    Charles Edward Ives 20 Octobre 1874 19 Mai 1954. Photo 1913

    The Best of Charles Ives.

    La quatrième symphonie de Charles Ives 1965.

    Jouée en première mondiale par Leopold Stokowski et l'Orchestre Symphonique Américain. Ici, on voit le premier enregistrement du travail présentée par Stokowski, Jose Serebrier, David Katz, et John McClure, producteur de l'enregistrement CBS.

    The Unanswered Question / La question sans réponse de Charles Ives.

     

    Central Park in the Dark de Charles Ives conduit par le chef : James Sinclair sur l'orchestre des symphonies du Nord. 

    + infos

    Concerts pour jeunes avec Leonard Bernstein le pionnier américain : Charles Ives.

    Charles Ives,sa femme, harmony au Elk-Lake dans l'Adirondacks, 1909

    Charles Ives et sa femme Harmony Elk-Lake dans l'Adirondacks, 1909

    Charles Ives org

    The Charles Ives Tunebook

    Charles Ives archive.org

    Charles Ives wikipedia.org

    Liste des compositions de Charles Ives

    CHARLES IVES, merci Patrick,

    Il m t q ch. Merci Patrick.

    Page en cours © Point to Point Studio


  •  

     

    Henry Cowell (1897-1965)



    The Piano Music Of Henry Cowell (1963)
    1. Tides Of Manaunaun
    2. Exultation
    3. The Harp Of Life
    4. Lilt Of The Reel
    5. Advertisement
    6. Antinomy
    7. The Aeolian Harp
    8. Sinister Resonance
    9. Anger Dance
    10. Banshee
    11. Fabric
    12. What's This?
    13. Amiable Conversation
    14. Fairy Answer
    15. Jig
    16. The Snows Of Fujiyama
    17. The Voice Of Lir
    18. Dynamic Motion
    19. Trumpet Of Angus Og
    20. Tiger
    21. Henry Cowell Discusses The Above Works In The Order In Which They Appear On The Record

    LP released by Folkways, New York, NY, 1963, Vinyl, 33⅓ RPM

    Thanks UBU.com

     

    Henry Cowell

    ....For piano.... I-VI = Floating, frisking,fleeting, scooting, wafting, seething
    ...Pour piano .... .... I-VI = flottant, gambadant, fugitivement, trottin-trottant, flottant, bouillonnant

    Henry Cowell. De 1923 à 1933 Henry Cowell fit plusieurs séjours en Europe et donna lui-même la première interprétation d'Aeolian Harp (1923), œuvre où les cordes du piano sont directement frappées ou frottées à la main, sans avoir recours au clavier. Il composa de nombreuses pièces pour piano, The Banshee (1925), Tiger (1930), en employant ces diverses techniques qui inspirèrent John Cage pour son piano préparé. En 1921, Henry Cowell participa à la création de The International Composers' Guild, avec Edgar Varèse, expatrié aux Etats-Unis, Carlos Salzedo et de nombreux autres compositeurs, dans le but de mettre leurs forces en commun pour se faire entendre et organiser des concerts. En 1927, il créa la New Music Edition, publiant des partitions de Charles Ives, Schönberg, Webern, Ruth Crawford Seeger... Henry Cowell était alors l'une des figures centrales d'un cercle de compositeurs parfois réunis sous l'étiquette d'ultra-modernistes, parmi lesquels Charles Ives, Colin McPhee, Ruth Crawford Seeger, Dane Rudhyar, Carl Ruggles... Suite Clique Ici

    Symphony No.5 1948

    "La Banshee", "The Leprechaun" extrait de "Irlandais Suite" (1929) composée par Henry Cowell interprétée par Cheryl Seltzer,

    ℗ 1999, New Albion Records, Inc. Released on: 1999-01-01

    `

    The Banshee", composé par Henry Cowell.

    …Au début des années 30 Henry Cowell donna des cours de "Musique des Peuples du monde" ; en Californie et à New York, où il eut pour élèves: George Gershwin, Lou Harrison ou encore John Cage... Il enseigna ses connaissances sur les gamelans balinais, sur la musique d'Inde du Nord et du Sud, et la musique africaine.

     Lilt of the Reel, irish dance for piano (Two Pieces Nº 1), HC 463,1

    Partition :Télécharger « the lilt of the reel-H C-1930.pdf

     Persian Set , 1957.

    Henry Cowell Portrait

    + d'infos

    Playlist > musique et entretiens avec Henry Cowell

    Playlist > Link Wellesz Theatre , Music Hanry Cowell 

    Music Hommage Iran H Cowell 1963

    Henry Cowell

    Music Henry Codwell liste Juzp

    Cowell Partitions Lien

    Page en cours © Point to Point Studio


  • Equouation mathémartok

    MM = [RB * CFT] + VSI / PJ

    Damien Grange: Voix
    Baptiste Sarat: Trompette
    Damien Sabatier: Saxophone baryton
    Emmanuel Scarpa: Batterie
    Olivier Bost: Trombine, compositions

    [marteau matraque] = Rythmique Bucheronnesque par Cuivres Fulminants et Tapageurs plus Vocaliste Sauvagement Idiomatique sur Punk Jazz)

    Sic culture Jazz, du Jazz + Rock and punk sic GRRND zéro, un bell music + ma Voisine de concert, et, etc  pour les autres termes qui définissent  les sonorités rythmées qui résonnent à nos tympans. Une belle formation qui place l'air comme grille de sa composition, où percutent les sons qui ont destination de nous entrainer, chacun, dans la joie du collectif. C'est du plaisir. Du plaisir qu'il nous a donné ce quintet lyonnais. Ce soir pour son inauguration le Delco festival de Nîmes à poser une intelligence de formation qu'il sera bon de suivre.


    Bon de commande du dernier CD de MARTEAU MATRAQUE clique ici

    Prochaine dates Nîmes, Grenoble, Valence... 

    + d'infos

    Écoute Marteau Matraque

    Myspace Mateau matraque

    Pochette de François Lagrange

    Delco festival

    ©Point to Point Studio


  • L'album de David Lynch "Crazy Clown Time" à maintenant sur ​​le label Sunday Best, cliquez ici

    David Lynch "Crazy Clown Time" album out now on Sunday Best Recordings, click here

    David Lynch portrait

    lien/link
    Eraserhead 1977 clic Here

    Steaming Mulhalland Drive 2001 Click Here

    The Short Films, 1 Six Figures Getting Sick (Six Times) 2 The Alphabet 3 The Grandmother 4 The Amputee 5 The Cowboy and the Frenchman 6 Premonitions Following an Evil Deed 2002 clic Here

    David Lynch discusses his artwork, music, TM, and films with host Dusty Wright.

    + infos

    Conejos/Rabbits  David Lynch 2002

    Rabbits

    Coffee Barbie David Lynch

    Mp3 razy Clown

    ©Point to Point Studio


  •  

    Delco Festival Musiques Expérimentales et Arts Numériques à Nîmes. Image  wc  PtPsT

    Thursday, May 10 EVENING OPENING OF DELCO FESTIVAL 2012
    6:00 p.m. Gallery Opening From Point to Point
    place de la Calade • Free admission
    Jeudi 10 MAI SOIREE D’ OUVERTURE DU DELCO FESTIVAL 2012


    Programme du festival Delco 2012

    Présentation Carré d'art, Salle de conférence

    L’association TRIG, qui poursuit depuis 2006 son travail de création, diffusion et pédagogie autour des Musiques Expérimentales et des Arts Numériques, est heureuse de vous présenter la troisième édition de son Festival Delco. Cet événement est une fois de plus possible grâce à ses multiples partenaires. Il y a bien sûr les soutiens financiers mais aussi les soutiens logistiques et énergétiques. Merci donc à la ville de Nîmes et à tous ces lieux qui nous accueillent, aux structures qui combinent leur programmation au Delco, à la médiathèque Carré d’art et au légendaire disquaire 340 ms qui mettront en avant les productions des artistes invités. La présentation sera suivie de la projection du documentaire réalisé par Sam Harfouche, Marc Siffert et Fabrice Michel sur la venue d’Otomo Yoshihide au Festival Delco 2010. Bon festival.


    18H00 Vernissage Galerie From Point to Point. Place de la Calade • Entrée libre - Free

    Opening of the exhibition brings together /Vernissage de l’exposition collective réunissant Nicolas Roger Pène, Jean Marc Andrieu, Laurent Bourderon, Manuel Salvat, Thomas Bernardet

    Is ... tricky. It's musical. It is adequate. It is pentagonal.
    … c’est délicat. C’est musical. C’est adéquat. C’est pentagonal.

    19H00 CONCERT : MARTEAU MATRAQUE. Place de la CaladeEntrée libre - Free

    Avez-vous déjà entendu une fanfare free-jazz ? Le concept paraît fou. Le résultat l’est plus encore. Ça part dans tous les sens. C’est dérangé et déroutant. Mais Marteau Matraque va même plus loin. C’est free, d’accord. C’est jazz, très bien. C’est une fanfare, certes. Mais c’est aussi rock, et même punk.

    C’est une performance musicale, mais également vocale. De sa voix sombre et torturée, Damien Grange évoque nécessairement Captain Beefheart. Marteau Matraque semble réinventer les expériences musicales et sonores complètement loufoques, que seules les années 70 avaient osé produire. Un son que l’on n’a pas l’habitude d’entendre. Une originalité qui ne peut être que louable pour une fanfare. Une expérience inclassable dans un genre déterminé, décapante et vivifiante. Avec Olivier BOST : Trombone/Composition • Damien SABATIER : Saxophone baryton • Baptiste SARAT : Trompette Emmanuel SCARPA : Batterie • Damien GRANGE : Voix

    Programme_DELCO_Festival_musique_Nimes_2012.pdf

    Delco Fin

    + d'infos

    http://www.myspace.com/marteau4

    Picola Naine

    Thomas Bernardet

    Jean-Marc Andrieu

    Laurent Bourderon

    Manuel Salvat

    article en cours ©Point to Point Studio 


  • Pierre Bastien Photo Claudio Casanova

    Pierre Bastien performing the Star Wars Stage at Faster Than Sound , Bentwaters Airbase 2007 Filmed & edited by Mintonfilm.co.uk

    Klimperei & Pierre Bastien Musique paralloidre


    Pierre Bastien & Klimperei - Une Souris Verte = Click InPoLySons an unexpected label, sempiternally pataphysic

    Pierre Bastien Mecanoïd Revolt Lover

     

    Pierre Bastien Avid Diva

    Pierre Bastien Visions of Doing + click Karel Doings

    Пьер Бастьен  Pop + click Zoom#2: "Бог из машины

    Pierre Bastien & Mecanium, Orchestre, composé de neuf machines Meccano. Musiques Machinales


    + d'infos

    Klimprei

    InPoLySons

    Pinkushion

    All abaut Jazz

    Pierre Bastien Site

    Pierre Bastien France Culture

    Point to Point Studio


  • Portrait posé du musicien Erik Satie

    "Embryons desséchés" de Eric Satie joué par Jean-Joël Barbier

    " tapisserie en/fer Forgé" de Eric Satie

    ÉCOUTE DES ÉCRITS D'ERIK SATIE: MP3, CLIQUE SUR LES TITRES ET VIDÉOS. 

    Écrits Divers et a Variés

    Observations d'Un Imbecile Moi.  Chroniques Musicales  Ambroise Thomas Notes

    Mémoires d'Un Amnesique  Cahiers d'Un Mammifere

    Clique sur les Couleurs Lecture des textes de Alain Degandt mp3 gratuit Littérature audio

    Entr'acte réalisation René Clair, scénario Francis Picabia Adaptation, directeur de la photo Jimmy Berliet, Musique Erik Satie, direction musical Roger Désormière, chorégraphie Jean Börlin, production Rolf de Maré-1924.

    Valse "je te veux" Partition Alfred Eric Leslie Satie arrangement Thomas Koning

    Open publication - Free publishing - More issue rvg 

    Video guitare

    Socrate drame symphonique en trois parties "00:00 I. Portrait de Socrate: Le Banquet. 05:57 II. Bords de l'Ilissus: Phèdre. 13:05 III. Mort de Socrate. Phédon. avec voix de Jean-Paul Fouchécourt tenor, Ensemble Erwartung Bernard Desgraupes, 1993.

    + infos

    Socrate de monsieur Eric Satie Arrangement de monsieur John Cage 

     Musique Jeu Humour et Erik Satie. Entretien avec Vladimir JankélevitchÉric Binet, Jean-Joêl Barbier et Violette Morin.

    Page qui court © point to point studio


  • 5 cadavres exquis
    by shape2, druc drac, nebulo, picola naine & alan doe

    "Using the famous surrealist method called "cadavre exquis" (aka exquisite corpse or cadaver), we composed five short pieces through the internet."

    "À deux, trois ou cinq musiciens (selon les morceaux), nous nous sommes amusés à donner vie à cinq créatures sonores à la Frankenstein, nous envoyant des fragments par mail." druc drac, nebulo, picola naine & alan doe

    + D'INFOS

    }{

    Tyto Alba ou Stomoxine - Free downloads Téléchargement libre

    françois dumeaux

    © point to point studio


  • Lydia Lunch

    Lydia Lunch : Lydia Anne Koch est née le 2 Juin 1959, à Rochester, New York. Elle est chanteuse, poète, écrivain, scénariste et actrice dont la carrière a débutée sur la scène de la N-Y No Wave. Provocation et confrontation génèrent une déontologie "paradoxale" revendiquée. Celle-ci se dévoppe depuis les années 1980 par un actionnisme anti-commerciale qui situe la chanteuse hors des grands labels.

    Queen of Siam be. LV Ze Lady Scarface N.Y No Wave Teen Age Jesus

    The Sexual Misadventures of a Sexually insane girl. 1985
    Direction : Richard Kern. Sénario : Richard Kern, Lydia Lunch. Avec Lydia Lunch, Norman Westberg and Brian Moran

     + d'infos

    Photo Lydia Lunch 2012 Nîmes JP-Loubat


    Music Ze records.com

    Films Imdb.com Lydia Lunch

    Lydia Lunch.com

    © point to point studio


  • Gyorgy-Kurtag-Musicien-Piano-Point-to-Point

    Kurtág György, musicien au piano G. Fábri Zsuzsa Éditeur, Budapest, 1984

    részletek a Játékok című sorozatból I [Les Jeux]

    György Kortág, Márta Kortág Pianofort  et Zoltán Kocsis Piano

    1980. 01. 13.-14
    pf.: KOCSIS Zoltán (solo), KURTÁG György, KURTÁG Márta (négykezes)
    I. kötet
    Preludium és valcer C-ben 0:27
    Virág az ember/1b/ 0:19
    Virág az ember/1a/ 0:28
    /a csillag is virág/ 0:20
    Totyogós 0:42
    Unottan 0:48
    Hommage á Bartók 0:17
    II. kötet
    Hommage á Kodály 0:42
    Valcer /Hommage á Sosztakovics/ 0:21
    I. kötet
    Hommage á Csajkovszkij 1:02
    III. kötet
    Felhangjáték 1 (Hommage á Kocsis Zoltán) 0:32
    Hommage á Petrovics 0:17
    Sirató (2) 0:36
    Abbamaradós 0:30
    Hommage á Szervánszky (Csend) 0:34
    I. kötet
    Örökmözgó /Talált tárgy...és mégegyszer virág az ember 1:08
    KOCSIS Zoltán – Pianoforte
    I
    Dühös-korál négykézre 0:39
    Kéz a kézben/Hommage á Sárközy 2:33
    Harangok/Hommage á Stravinsky 1:09
    KURTÁG György és KURTÁG Márta – Pianofort

    Zoltán Kocsis Recital Gyorgy Kurtág à La Roque d'Anthéron 2002

    Eight Piano Pieces Op.3: Prestissimo possible  György Kurtág Piano Zoltán Kocsis. Thanks Playlist


    Double Portrait  KOCSIS Zoltán és RÁNKI Dezső  - Reportage: Bruno Monsaingeon 1976
     

    Jean Sébastien Bach > Duo piano Márta et György Kurtág

    ferenczi györgy Kocsis Zoltan pianiste

    Ferenczi György et Kocsis Zoltan pianistes hongrois.

    + infos

    Kocsis Zoltán connaissances Wikipedia

    Article Musicasola Kurtág ! (je suis un monstre)

    Musicologie Kurtág György

    György Kurtág connaissances Wikipedia

    « Viens, Liberté! Donne pour moi naissance à l’Ordre…»

    L’œuvre Les Jeux est née sous le signe de la liberté. Kurtág s’est essayé avec ce qu’il y a de plus dur : il a écrit des pièces pour piano à but pédagogique qui n’entravent pas l’enfant dans les fers de règles et d’attentes rigides. Elles ne le mettent pas – dès le début de ses études – sous la contrainte menaçante du « on ne peut le faire que comme ça » et ne le soumettent pas d’emblée, dès le premier moment, à la torture de la tâche qui semble impossible à réaliser. A la place, elles l’encouragent à faire ce qu’il essaierait de toute façon si on le laissait seul avec le mystérieux, grand et noir piano. Qu’il fasse courir sa main le long des touches, qu’il s’accoude dessus, qu’il tape dessus du poing ou bien qu’il effleure les touches de manière à ce qu’elles ne résonnent pas. Qu’il appuie sur la pédale de l’instrument, qu’il tape du doigt sur ses côtés et qu’il écoute ses « soupirs ».

    De nombreuses pièces issues des premiers cahiers des Jeux (Faisons des bêtises ensemble, Il est permis de taper à côté, Barbotage, Singeries) poussent le joueur à donner libre cours à sa fantaisie, courageusement, sans entrave. La partition vient au secours de l’imagination et il devient lentement évident que plus on la lit avec attention, plus elle nous fait penser à des choses. Les manières de jouer qui diffèrent du toucher traditionnel préservent la joie du mouvement et, dès le début de l’apprentissage, donnent à l’interprète le sentiment de réussite de la virtuosité triomphante, par exemple à celui qui joue Hommage à Paganini ou bien Perpetuum mobile (Objet trouvé). Kurtág enseigne que sans hauteur de note concrète et sans rythme précis, la musique existe quand même, mais aussi que sans geste, sans la volonté élémentaire de communiquer, il n’y en a pas! Toutefois, avec l’aide des notes, on peut raconter une histoire toute entière (Le Lapin et le Renard), une seule note est même suffisante pour le lancement d’une danse (Prélude et Valse en ut) et trois notes pour dépeindre un combat « sanglant » (Bastonnade-dispute). De même, il n’est pas nécessaire de se passer de ses jeux d’adresse favoris lorsqu’on est face aux touches du clavier (Frappe-main ou le dernier accord de Bastonnade-dispute, où les quatre mains se raccrochent entre elles comme dans un jeu de mains).

    Les petites compositions qui préservent la liberté du pianiste débutant ont également eu un impact libérateur sur le compositeur lui-même : après l’opus magnum « Les discours de Péter Bornemisza », au début des années 70, suite à une période de panne d’inspiration, c’est à nouveau la composition de petites unités musicales, l’instauration d’un ordre entre juste quelques notes qui fut la bonne voie à suivre. Le compositeur se voit lui aussi libéré de la contrainte du « on ne peut le faire que comme ça » : il ne doit pas s’engager uniquement à côté d’un seul et définitif type d’œuvre si au cours du processus de formation d’une idée musicale, plusieurs versions viables naissent. Ces versions (les mouvements de « L’Homme est une Fleur », les chorales et ligatures, etc.) reviennent sans cesse dans cette série.

    Le but pédagogique passe lentement au second plan dans les cahiers suivants des Jeux et laisse la place à un parti pris comme on en trouve dans un journal intime. Les entrées de ce journal intime définissent leur auteur – en utilisant les termes de Bartók – encore plus précisément qu’une biographie. Il organise dans les divers cahiers tous les événements et les souvenirs de sa vie et de son œuvre : le renouvellement et le deuil des amitiés, les messages personnels, les portraits des musiciens prédécesseurs et collègues, l’influence de la musique populaire et du grégorien.

    Pourtant Les Jeux ne sont pas que l’anthologie du langage musicale de Kurtág ou une sorte de guide touristique pour le monde musical du compositeur, mais un organisme vivant qui s’est développé jusqu’à nos jours et forme depuis longtemps l’atelier de composition de Kurtág. Atelier où l’on peut être témoin du parcours cohérent que suit une pensée musical ou encore de l’apparition et du développement d’un geste musical particulier. Il est ainsi naturel que les pièces des Jeux se rattachent par de nombreux liens aux grandes œuvres désignées par un numéro d’opus. C’est sans doute cela qui différencie Les Jeux du Microcosmos de Bartók, qui est d’ailleurs leur plus importante préfiguration. (Les Doubles Cordes renvoient aussi concrètement à Microcosmos : elles continuent là où le mouvement de Bartók qui porte le même nom et son Perpetuum mobile « s’étaient arrêtés ».)

    Il n’y a rien de plus caractéristique d’un homme que la manière dont il joue et dont il travaille. (Pour les plus chanceux, ces deux se recoupent.). Ce n’est pas un hasard si Kurtág, ensemble avec sa femme Márta, jouaient toujours au piano une sélection des Jeux lors de leurs représentations publiques. Dans les programmes arrangés et joués par le couple Kurtág, on ne retrouve pas que des œuvres de Kurtág mais également, le plus souvent, des mouvements de Jean-Sébastien Bach. Les retranscriptions de Bach ne comptent aucunement pour des invités surprise dans ces programmes, au contraire : je ne les ai sans doute jamais entendu aussi belles que dans l’interprétation de Kurtág. La sonatine de l’Actus tragicus est joué au piano droit. Dans ses dernières années, Haydn vieillissant ne pouvait plus supporter que son silencieux clavicorde. En écoutant le son du piano droit du couple Kurtág, il n’est pas difficile de comprendre pourquoi. Le son rayonnant de l’intérieur se transforme en lumière et en chaleur, et la simplicité extrême de l’interprétation, débarassée de tout ajout inutile, nous présente clairement le calme de la beauté qui peut tout détendre. Durant ces deux minutes et demi, notre notion du temps se trouve également libérée de ses entraves habituelles et ce qui a été brisé par la vie de tous les jours se trouve enfin unifié. Il n’y a plus de différence de style entre du Bach précoce et du Kurtág tardif et la petite fille de six ans (Krisztina Takács, Le Lapin et le Renard) peut avoir le même âge que le compositeur de 80 ans. Car le temps passé sous le signe du jeu est du temps passé sous le signe de Dieu : « die allerbeste Zeit ».

    Et « là où est l’esprit de Dieu, est la Liberté ». Zoltán Farkas lire + clique ici

     Page en cours © xxi° studio point to point





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique