• LA TOP PRÉSIDENTIELLE S'INTÉRROGE

    Pour lire le texte qui précise la définition liée à l'incertitude inquiète des branlocheux Nicolas et Carla, vous cliquez la photo.

    Je fais coucher d'abord mon idiot pour qu'il me foute sérieusement la paix (...) Je le branloche un tout petit peu, ça le tenait tranquille d'habitude. Phrase extraite  de "Mort à crédit" Roman de Louis Ferdinand Céline. La photographie est ancienne.


    Roman Photo "TVinfos"

    + Infos

    Anatomie d’une cybercatastrophe. Site de Carla Bruni-Sarkozy au coin de la rue 89

    © studio point to point

    « VOGUE FASHION CELEBRATION NIGHTBLINKY PALERMO »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 20 Octobre 2011 à 16:53
    C+N=BruniSarkosy=fille
    Welcome bébé Bruni-Sarkosy et bienvenue aux 125 609 filles du jour.
    2
    Mardi 13 Mars 2012 à 02:04
    Carla Bruni-Sarkozy
    Carla Bruni-Sarkozy : «Moi je préfère rester à la maison avec les enfants». Carla Bruni-Sarkozy s'est présentée sous un jour tellement modeste qu'il en est presque énigmatique. Celui d'une femme qui aurait une vie normale et préfèrerait plus que tout rester à la maison, avec ses enfants, en pleine campagne présidentielle. -------- Voir la vidéo.
    3
    Mercredi 24 Juillet 2013 à 23:38
    Bruni Sarkosy Low-Life fashion
    Durant la présidence de Nicolas Sarkozy, la première dame, Carla Bruni, a fait financer par l'État un site internet pour sa fondation. Coût total pour le contribuable : 410 000 euros. C'est ce que révèle un rapport de la Cours des comptes qui détaille les dépenses internet de l'Élysée. Le site internet personnel privé de Carla Bruni Fondation C. BRUNI-Sarkosy a coûté 330 000 euros en 2011, et 80 000 euros en 2012, le tout financé par l'État et donc par les contribuables. Comment peut-on accepter, alors qu'on demande des efforts importants à tous, que la première dame profite de sa position pour faire financer ce qui relève d'une dépense privée ? Non seulement une telle prise en charge de ces dépenses est indécente, mais en plus, ce site tel qu'il est conçu ne nécessitait certainement pas un tel investissement. En tant que développeur de sites internet, je connais le coût de tels projets. Ce qui coûte cher, lorsqu'on construit un site, c'est son développement, son design, ou encore sa maintenance et sa sécurisation. Mais rien de tout ça dans le site de Madame Bruni. Ce site aurait pu être fait par n'importe qui, pour moins de 10.000 euros. Comme l'analyse Olivier Laurelli dans un billet sur Rue 89, ce site a été créé sur la base de modèles de sites internet gratuit ou presque, et ne présente aucune garantie en termes de sécurité (il a lui même réussi à détecter de nombreuses failles dans le site. Le design du site est basé sur un modèle existant, et ce n'est donc pas non plus le travail de graphiste qui a du coûter cher. En plus, certaines fonctions du site pour lesquelles le contribuable a payé une maintenance n'ont pas été mises à jour depuis 2008... Madame Bruni a aussi engagé 8 personnes pour gérer les articles à poster sur ce site! 8 collaborateurs, pour une rémunération nette globale de plus de 36 000 euros. Soit en tout plus de 61 000 euros par mois pour faire fonctionner ce site d'auto-promotion. Je suis outré qu'une telle dépense ait été prise en charge par l'État. Sur son site, Carla Bruni écrit . Je pense souvent à cette expression qu'emploie le professeur Brigitte Estournet du superflu indispensable. Pour moi, le superflu n'est pas indispensable quand il s'agit de l'argent du contribuable. Nous ne sommes pas les porte-monnaie de nos élus : nous payons des impôts pour la communauté, pas pour satisfaire les besoins luxueux de ceux-ci ou de leurs proches. Rejoignez-moi pour demander à Carla Bruni de faire profiter les Français de ces 410 000 euros. Puisque la Fondation Carla Bruni agit pour aider “les publics vulnérables”, demandons-lui de rendre cet argent en faisant un don de 410 000 euros à des associations caritatives qui œuvrent pour les plus démunis. Puisque la Fondation Carla Bruni agit pour aider “les publics vulnérables”, nous vous demandons de rendre cet argent aux Français en faisant un don de 410 000 euros à des associations caritatives qui oeuvrent pour les plus démunis. Nous espérons sincèrement que vous répondrez à notre demande. Signez, partagez, et écrivez Cliquez sur le lien.
    4
    Jeudi 25 Juillet 2013 à 01:49
    Bruni Sarkosy Low-Life fashion
    Durant la présidence de Nicolas Sarkozy, la première dame, Carla Bruni, a fait financer par l'État un site internet pour sa fondation. Coût total pour le contribuable : 410 000 euros. C'est ce que révèle un rapport de la Cours des comptes qui détaille les dépenses internet de l'Élysée. Le site internet personnel privé de Carla Bruni Fondation C. BRUNI-Sarkosy a coûté 330 000 euros en 2011, et 80 000 euros en 2012, le tout financé par l'État et donc par les contribuables. Comment peut-on accepter, alors qu'on demande des efforts importants à tous, que la première dame profite de sa position pour faire financer ce qui relève d'une dépense privée ? Non seulement une telle prise en charge de ces dépenses est indécente, mais en plus, ce site tel qu'il est conçu ne nécessitait certainement pas un tel investissement. En tant que développeur de sites internet, je connais le coût de tels projets. Ce qui coûte cher, lorsqu'on construit un site, c'est son développement, son design, ou encore sa maintenance et sa sécurisation. Mais rien de tout ça dans le site de Madame Bruni. Ce site aurait pu être fait par n'importe qui, pour moins de 10.000 euros. Comme l'analyse Olivier Laurelli dans un billet sur Rue 89, ce site a été créé sur la base de modèles de sites internet gratuit ou presque, et ne présente aucune garantie en termes de sécurité (il a lui même réussi à détecter de nombreuses failles dans le site. Le design du site est basé sur un modèle existant, et ce n'est donc pas non plus le travail de graphiste qui a du coûter cher. En plus, certaines fonctions du site pour lesquelles le contribuable a payé une maintenance n'ont pas été mises à jour depuis 2008... Madame Bruni a aussi engagé 8 personnes pour gérer les articles à poster sur ce site! 8 collaborateurs, pour une rémunération nette globale de plus de 36 000 euros. Soit en tout plus de 61 000 euros par mois pour faire fonctionner ce site d'auto-promotion. Je suis outré qu'une telle dépense ait été prise en charge par l'État. Sur son site, Carla Bruni écrit . Je pense souvent à cette expression qu'emploie le professeur Brigitte Estournet du superflu indispensable. Pour moi, le superflu n'est pas indispensable quand il s'agit de l'argent du contribuable. Nous ne sommes pas les porte-monnaie de nos élus : nous payons des impôts pour la communauté, pas pour satisfaire les besoins luxueux de ceux-ci ou de leurs proches. Rejoignez-moi pour demander à Carla Bruni de faire profiter les Français de ces 410 000 euros. Puisque la Fondation Carla Bruni agit pour aider “les publics vulnérables”, demandons-lui de rendre cet argent en faisant un don de 410 000 euros à des associations caritatives qui œuvrent pour les plus démunis. Puisque la Fondation Carla Bruni agit pour aider “les publics vulnérables”, nous vous demandons de rendre cet argent aux Français en faisant un don de 410 000 euros à des associations caritatives qui oeuvrent pour les plus démunis. Nous espérons sincèrement que vous répondrez à notre demande. Signez, partagez, et écrivez Cliquez sur le lien.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :