• FIAC, FOIRE INTERNATIONALE ART CONTEMPORAIN, PARIS

    FIAC PARIS
    Steve McQueen-Photographs 
    by William Claxton, By Matias Faldbakken, by Lisa McLure by Point to point Studio

    Grand Palais   Hors Les Murs   Events    Out & About   Partners    Visitor Information    Shop

    18 au 21 Octobre 2012

    + d'infos

     Jennifer Flay parle des nouveautés de la 39 foire d'art de Paris: Lieux, chiffres, valeorisation, …

    William Claxton


    © studio point to point

    « ÉTERNEL DÉTOURUN PAS INCERTAIN: UNE SINGULARITÉ FRANÇAISE »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 22 Octobre 2012 à 01:47
    FIAC 2012 sujets qui fâchent
    En ces temps de crise, la FIAC 2012 est marquée par un retour aux valeurs sûres et une volonté de ne pas choquer. Un mot d'ordre, ne pas choquer Partout sont évités les sujets qui fâchent et surtout ceux qui rappellent l'état de la planète, les économies au bord du gouffre, le monde à feu et à sang. Seules quelques oeuvres y font allusion, par petites touches. A la manière d'Annette Messager écrivant en lettres de métal, le mot "Chaos". En règle générale, les marchands, y compris les plus jeunes regroupés au premier étage, semblent s'être passés le mot : ne pas choquer. Une exception confirme la règle. Chez Hauser § Wirth, est exposée une imposante sculpture de l'Américain Paul Mc Carthy, représentant Georges Bush, du temps où il était président, en train de sodomiser un cochon. Une oeuvre politique certes mais tellement trash que pour le coup, on s'en serait volontiers passé. Le George Bush de Paul McCarthy, dont on se serait passé. Le George Bush de Paul McCarthy, dont on se serait passé. REUTERS/Jacky Naegelen On mesure à quel point cette 39é édition est une foire de crise: par cette volonté de ne pas heurter. Plus que jamais, elle s'adresse aux collectionneurs, les vrais, qu'il ne faut, en ces temps anxiogènes, surtout pas inquiéter mais séduire. A tout prix. Et quels que soient les prix, pourrait-on ajouter. Car les tarifs, eux, n'ont pas diminué. Les artistes modernes restent bien sûr inabordables au commun des mortels. Idem pour les contemporains. Les artistes en vogue, Théo Mercier, Gilles Barbier, Fabrice Hyber, Wang Du... s'affichent en milliers d'euros et les stars en dizaines de milliers. L'un des grands formats de Cindy Sherman dans lesquels la photographe se met en scène, se vend 450 000 euros et une sculpture hypnotique d'Anish Kapoor, 500 000 livres. Qui dit mieux? The incomplete truth, oiseau blanc saisi en vol signé de Damien Hirst, peut s'envoler à 2,3 millions de livres. Et pour le Bush de Paul Mc Carthy, il faut compter 2 millions de dollars. A ce prix-là, on peut sans doute négocier.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :