• CLAUDE CAILLOL, NOTES ET VISUELS 1981/2015

    Claude Caillol Peinture Rhinoceros exposition from Point to Point galerie

    Peinture Rhinocéros exposition from Point to Point galerie

    Cher Claude Caillol,
    toutes ces oeuvres m'enchantent. Et celles du style de la "peinture" derrière moi : ce pont entre les japonais, Mon et et Van Gogh à l'ère du trop plastique de nos hypers et celles encadrées d'un cadre au rustique design très Schwitters et Rauschenberg au temps des marques... Et tout ça reste très neuf, très allègre, très beau...
    À définir comment les faire voyager ?
    Amitiés. Bernard Ceysson

    Peinture Claud Caillol Feuille 2014

    Claude Caillol Feuille Peinture 2014

    oublié de vous dire que j'aime beaucoup votre dessin des insectes, du bateau, des poissons, de l'immeuble... belles oeuvres... ça marche bien avec la sauvagerie de Saytour et quelques oeuvres actuelles d'artistes comme Damien Deroubaix et quelques autres... mais j'aime bien le côté neuf, allègre, très pop de vos pièces...
    beaucoup de travaux actuels, ceux des artistes auxquels je fais allusion me semblent un peu tristes parce que se voulant "donneuses de leçon".

    Exosition Claude Caillol Genève Suisse -Tableau et Sophie

    Exposition Claude Caillol 2014/15 Galerie Ceysson, Genève Suisse

    LA DOMBI CULTURE

    Une érection clandestine,
    face à l’épidémie culturelle.

    Les objets en général  permettent d’aborder de multiples sujets : plastiques, artistiques, scientifiques, techniques bien sur, économique et social ;
    Mais on ne pourra pas avec les bidons s’empêcher de remarquer le cadavre dans le placard.
    Sous le technicien de surface affleure l’histoire abyssale des rituels autour de la mort : ses onguents, ses parfums, sa statuaire.
    Sur nos étagères, un petit peuple de fétiches s’est développé à l’écart de notre attention. Lorsqu’ils entrent chez nous, nous les tenons dans les profondeurs obscures. Ils connaissent nos ombres mieux que nous les connaissons nous-mêmes.

    Pour montrer qu’ils ont les mains sur les hanches, des épaules, et un cou, on leur a mis une tête «  Ce sont des acteurs formidables »
    Version industrielle du santon, ils nous représentent et force notre imagination. Leur collaboration fragile et sensible nous impose un art récurant

    L’avènement du bidon entêté est un artccident de ménage.Notre desir de faire un film ne provient pas de l’envie de raconter une histoire, mais de la volonté de sortir les flacons de l’ombre et de leurs placards
    Leur photogénie, leur amour de la camera en font des << STARS >>
    Rencontrer ces objets au destin de poubelle avec une caméra est une expérience étonnante : Ils n’en font qu’a leur tête et de toute leur force ils influencent le film. 2000

    CLAUDE CAILLOL, NOTES ET VISUELS 1981/2015

    L'ART DU FIN FOND

    On met sur sa cheminée, sur son buffet, les oripeaux, la photo, les images du paysage, les objets pour se consoler, et
    L'on attend les fées, les artistes et les chansons d'amour pour les ranimer.
    Le plus important dans les émotions esthétiques, la beauté des paysages, la lumière des belles œuvres d'art, l'harmonie quand on se penche vers le ciel, l'amour que l'on connaît les uns pour les autres  c'est le lien immatériel qu'elles tissent entre nous et la vitalité qu'elles peuvent, donner à notre existence.
    En dehors d'un regard d'ethnologue, d'une curiosité sociologique ,nous devons revisiter notre cadre de vie, pour comprendre comment ce lien immatériel peut faire de l'énergie des sociétés industrielles une aventure spirituelle.
    Nous voulons confirmer l'intuition, que la production des hommes est l'adolescence de la plus belle des étoiles, celle qui peut briller de toutes ces âmes et s'émerveiller de l'univers et de son aventure.
    Dans les entrailles de l'humanité, les chevaux de Pech-Merle nous apprennent dans un grand soulagement, l'intemporalité de l'émerveillement et de la fantaisie.
    La grotte, le cosmos, le fond sous-marin, trois entropies qui fascinent.
    Une entropie nouvelle: le grand magasin.
    Le grand magasin avec ses galeries marchandes dans une architecture de lumière et d'images, dans un chaos de signes hurlants réunit la place publique, le marché, les objets, vidés de tout débat.
    Nos œuvres, comme des gestes d'amitié et de reconnaissance, apparaissent pas dans ces lieux bigarrés comme des incongruités, mais apportent par l'exemplarité de leurs organisations, un débat apaisé, quelque chose que l'on peut regarder plus d'un instant fugace l'expérience d'une émotion esthétique.1996

    Têtes-Bidon, sculpture Caillol Claude

    Pierrot/Tête bidon, sculpture 1999

    Comme tout le monde le sait, VAN GOGH est mort ; non pas d'une quête de vérité qui lui aurait desséché la cervelle, mais de n'avoir pu répandre la lumière de son travail aux yeux de tous.

    La systématisation de la touche, la quantité d'œuvre, la couleur, l'émotion, la lumière offerte à grande vitesse faisaient un produit qui avait l'ambition de son siècle industriel. La joie de penser qu'il y en aurait pour tout le monde.

    En marge de la distribution, VAN GOGH est mort de rater son
    projet
                                    … être reproduit de son vivant sur toutes les boites de chocolats… Lindt, Poulain, Nestlé, Lanvin, Mon Chéri. 1992

    Van Gogh, Collection FNAC Paris, Claude Caillol Bartolani Judith

    Van Gogh. Batolan/Caillol 1991 - Collection FNAC

    "Contrat entre les artistes et les spectateurs"

    La valeur d'une œuvre d'art n'est pas dans la satisfaction d'un goût mais dans la qualité du débat social qu'elle développe, seule garantie de sa pérennité.

    L'art doit questionner son époque pour produire des œuvres et des pensées qui donnent à tous le talent d'être des hommes.

    Malheur aux hommes ! L'art a perdu l'ambition de les servir (au sein de l'œuvre la place du spectateur est remplacée par le verdict du spécialiste). Pour créer en dehors des pressions de l'opinion et des contraintes commerciales, les artistes ont renoncé à leur rôle social (contrat avec le spectateur), créant des œuvres expérimentales ils ont organisé un vaste "private joke" (autour des nouveaux pouvoirs du spécialiste) fabriquant une oppression supplémentaire, des hommes sans art qui ne peuvent se réjouir de leur humanité.

    Trois manières de devenir de grands artistes ou pas -les artistes plus grands morts que vivants -le pouvoir a toujours paru plus juste avec l'assentiment des artistes et les artistes plus grands dans la reconnaissance du pouvoir -les grands artistes populaires

    Pour devenir de grands artistes populaires, nous créons l'évènement en créant du jamais vu (l’art comme lien social hors classe). Pleins de vie nos travaux échappent aux spéculations intellectuelles et financières (production d'une distinction de classe), colorent l'espace de tous, émerveillent en donnant joie et entendement et améliorent la santé sociale et individuelle.     Judith Bartolani et Claude Caillol 1991

    écureuil sculpture Judith Bartolani Claude Caillol

    Hitchcock/De Gaule L'écureuil de Caillol/Bartolani Sculpture 1997

    Aujourd'hui, le monde de Bartolani et Caillol ne manque de rien, tout lui est proche, aisé, ludique et rien ne semble modérer son inflation dévaluante, sa provoquante prolifération dans l'ivresse du presque tout et du quasi n'importe quoi. Les oeuvres qu'ils ont conçues pour notre exposition ne dérogent ni à l'esprit ni à la lettre de cette résistance amusée. Sous le régime d'une parodie atmosphérique, elles évoquent une assemblée d'objets-personnages et de cadeaux divers, aux emballages miroitants, quelque chose comme le cauchemar d'un bazar populaire qui se réveillerait dans le rôle d'une galerie d'art contemporain. Le merveilleux est ici dans l'échec flagrant de la métaphore, c'est-àdire dans le triomphe serein d'un onirisme de pacotille.

    ...Christian Bernard " le désenchantement du monde "(extrait) )1990

    Têtes-Bidon, sculpture Caillol Claude Point to Point

    Bidons Têtes. Caillol/Bartolani

    Nous choisissons certain objet en fonction du statu qu’il nous confèrent
    Nous nous appuyons sur eux pour faire connaître nos positions dans la société notre richesse, notre pouvoir, notre violence ou au contraire, notre indigence notre assujettissement,ainsi que  notre appartenance à un groupe ou à un autre. Avoir une grosse voiture nous octroie, puissance et autorité, comme la peau, les griffes, les dents, des grands fauves le faisaient, on pense, pour notre ancêtre chasseur - guerrier .
    Dit comme ça on pourrait penser que les objets ont des pouvoirs magiques.
    Que la vie de consommateur consiste à s’accaparer ces pouvoirs.
    Dit comme ça on peut penser que nous ne sommes pas libre puisque nous dépendons du pouvoir des objets, que nous ne sommes pas égaux puisque ces objets nous hiérarchisent. De fait nous ne sommes pas très fraternel.
    Que penser des objets qui ont autant de pouvoir ?
    Pouvons-nous les appeler des Idoles ?
    Nous leur sacrifions beaucoup, liberté, égalité, richesse.
    C’est difficile de ne pas participer à cette idolâtrie - la publicité, les enseignes des magasins, la télé - et chacun de nous est un relais.

    Lorsque j’étais enfant et qu’avec ma mère on croisait un clochard, elle le saluait et me disait que c’était un philosophe ; elle me disait par là qu’il y avait une pensée à côté, qu’ en marge une réflexion était possible sur notre manière de vivre, et qu’on pouvait choisir de faire autrement

    Aujourd’hui avec S D F ce qui est en dehors n’a pas de point de vue respectable.

    Claude Caillol Peinture-Sans Titre 1981

    Caillol Claude sans titre 1981 photo Delpech

    Lire L'art du fin fond Caalogue Bartolani/Caillol images en maœuvres éditions 1999

    Plus d'infos sur les peintures de Claude Caillol

    Sélection de notes © Studio point to point XXI°

    « DANIEL LEVY EXPOSITION FROM POINT TO POINT GALERIECLAUDE CAILLOL EXPOSITION DE MAI FRANCE »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :